Céline provoque chez moi des sentiments contradictoires. D’un côté l’écrivain génial, que je considère comme étant l’un des plus importants de la littérature française du 20ème siècle, de l’autre le délateur qui n’a pas hésité de faire envoyer ainsi des gens aux camps de la mort. Charles de Gaulle, qui aurait dû approuver sa peine de mort, l’a sauvé de la guillotine. Contrairement à d’autres collaborateurs qui furent exécutés, Céline fut gracié, bien qu’il ait été un des plus abjectes criminels. Toute la question qui se pose pour moi, est de savoir si on peut dissocier une œuvre d’un comportement humain. Dans ce contexte particulier il y a deux démarches différentes. Il y a des livres comme « Le voyage au bout de la nuit », où l’aspect comportemental de l’écrivain n’est pas aussi marqué que les pamphlets immondes contre les juifs qui ont été écrits pendant l’occupation. Ici l’homme émerge avec une grande clarté. Il n’y a là pas de dualité comme c’est le cas dans son récit « D’un château l’autre » où il décrit d’une manière magistrale l’exode du gouvernement de Vichy à Sigmaringen en Allemagne du Sud à la fin de la guerre. Les traîtres à la patrie regroupés autour de Philippe Pétain mènent pendant quelques mois l’existence d’un régime en exil. Ce portrait dévastateur reproduit d’une manière impressionnante le déclin, le déni et la décadence de certaines personnes qui se prenaient pour des penseurs. Une perversion de l’âme, déchirée entre la volonté de briller et une autre réalité qui est celle de larbins qui se sont prêtés à la violence pour satisfaire leur avidité de pouvoir en se mettant à la solde de l’ennemi. Céline y est sans pitié. Nous nous trouvons dans une opérette macabre qui reflète d’une manière acide ce que l’homme peut devenir, s’il vend son âme. Force est de penser au Faust de Goethe qui l’a fait dans l’espoir de se réaliser. Weiterlesen…

Il y a 500 ans que Martin Luther affichait ses 95 thèses à la porte de l’église de Wittenberg. Cela marqua le début de la réforme. Hier a eu lieu à Berlin l’ouverture des festivités qui marqueront la commémoration de cet événement de portée mondiale. Le Pape s’est rendu lundi à Lund, en Suède, pour marquer sa volonté de faire évoluer l‘œcuménisme. Dans une période secouée par les conflits interreligieux c’est une nécessité absolue de rassembler de plus en plus les chrétiens sous une bannière, celle de la paix et de la fraternité. Ce qui se passe actuellement est à l’image du chaos qui régnait au 16ème siècle. Lorsque Martin Luther a provoqué le schisme, il y avait déjà des foyers de crise. La question des indulgences, qui étaient monnayables, a déclenché la réforme. On pouvait s’acheter la remise des péchés, théologiquement une action impensable. Il est indéniable que l’initiative du réformateur marque le début de l’Europe moderne. Sa traduction de la Bible est une référence en ce qui concerne la langue allemande. Mais comme souvent chez des personnages qu’il serait possible de qualifier de lutteurs, il y a deux faces. Luther s’est enferré de plus en plus dans des diatribes contre les Juifs, contre l’Islam, contre les filles de joie et finalement aussi contre les paysans, qu’il avait soutenu au débit. Il réclamait dans un langage terrible leur extermination, ainsi que celle des catholiques. Un réflexe d’intolérance et de haine, qui assombrit l’image qu’on se fait de ce docteur en théologie. Ces écrits ont influencé l’Allemagne jusque dans les années épouvantables du nazisme. Hitler les a pris en référence pour justifier les camps d’extermination. Il est malheureusement impossible de dissocier Martin Luther de ce drame. Weiterlesen…

Recep Tayyip Erdogan n’y va pas par quatre chemins. En acceptant avec certaines réticences de combattre l’IS, il fait d’une pierre deux coups. Il en profite pour attaquer les bases secrètes du PKK dans le Nord de l’Irak et ceci au détriment des forces de l’OTAN qui soutiennent sur le terrain les combattants kurdes. Quelle gabegie ! Une situation insupportable qui a été provoquée par les déboires électoraux du roi. Ce dernier aimerait qu’il y ait à de nouveau des élections ayant pour thème la cohésion nationale. Ce n’est qu’en montrant du doigt un ennemi commun qu’il y arrivera. Erdogan prétend que le pays tout entier est en danger, ce qui l’a obligé à employer les grands moyens et de rompre les négociations de paix. Il est vrai que le PKK n’est pas tout à fait innocent. Il y a eu à nouveau des attentats à l’Est de l’Anatolie. Des soldats et des policiers ont été tués. Mais tout ceci ne justifiait en aucune façon cette déclaration de guerre. Weiterlesen…

Les actes islamophobes et antisémites ont augmenté d’une manière drastique pendant le premier semestre de 2015. Les racistes semblent s’en donner cœur-joie. Un état de suspicion gagne le pays. On se méfie de tous ceux qui sont étrangers, on les rejette. Une situation analogue en Allemagne où chaque semaine des éléments extrémistes mettent le feu à des centres d’hébergement pour les réfugiés venant d’Afrique ou ailleurs. Il est évident qu’il y a un profond malaise au sein de la société. Les autochtones ne supportent pas la mondialisation, car elle impute plus de solidarité. Plus personne ne peut faire son beurre sans contribuer à la correction de certaines injustices. Cela revient à dire qu’il faut partager, en particulier avec tous ceux que le monde occidental a exploité pendant des décennies. Mais cela ne rentre pas dans les cerveaux de tous ceux qui se considèrent encore comme des colonialistes. Ils sont nombreux ! Il y a aussi la peur de perdre ses acquis, d’autant plus que les communautés musulmanes et juives ne sont plus prêtes à se soumettre. Puis les agissements inadmissibles de l’EI, qui ne contribuent pas à la sérénité. La peur des attentats est perceptible un peu partout. On ne se sent plus en sécurité dans son propre pays ! Ces éléments provoquent des réflexes de rejet. La nostalgie de se retrouver dans un pays idyllique, où « on se sent bien chez nous », ne se réalisera plus. Weiterlesen…

Une fois de plus Jean-Marie Le Pen réitère sa déclaration de 1987 prétendant que les chambres à gaz sont un détail de l’histoire. Il avait été condamné, mais cela ne semble pas l’impressionner. Au contraire, il dit n’avoir jamais prononcé des paroles antisémites. Patrick Bruel, pour lequel il voulait organiser une nouvelle fournée, ne serait sûrement pas de cet avis. Marine Le Pen se distance depuis 2005 de son père en ce qui concerne de tels propos. Elle a réagi très mal en le réécoutant. L’image qu’elle veut donner au FN ne correspond pas aux vues de son géniteur. Une histoire de famille qui fait tache. Le senior se situe dans le cadre d’une tradition antisémite qui sévit aussi en France depuis des générations. Je suis malheureusement d’avis que beaucoup d’électeurs votant pour sa fille partagent ses opinions. Mais aussi les autres partis sont concernés. Des déclarations scandaleuses justement dans des temps difficiles pour la communauté juive. L’attaque du magasin casher et le meurtre de quelques clients par les islamistes ont provoqué une ambiance de suspicion. De plus en plus d’israélites veulent quitter leur pays d’origine parce ce qu’ils ont tout simplement peur. Weiterlesen…

C’est ainsi que le Président de la République a qualifié l’antisémitisme lors du dîner annuel du CRIF, le Conseil représentatif des institutions juives de France. Comment lutter contre ce fléau ? Ce n’est pas avec les armes ou avec des descentes de police qu’on réussira à extirper ce virus, établi depuis la nuit des temps chez un nombre non négligeable de citoyens. Les églises ont eu leur part de responsabilité en accusant les israélites d’avoir tué le Christ et de ne l’avoir pas reconnu comme le Sauveur. Ils sont restés, malgré les pogroms, fidèles à leur croyance ce qui n’est pas une évidence. Mais pour survivre ils se sont repliés sur eux-mêmes, ce qu’on leur reproche aussi. Vient s’amalgamer sur tout cela le conflit au Proche Orient, qui suscite la haine des deux côtés, que ce soit chez grand nombre d’Arabes ou chez les juifs fondamentalistes. La raison a fait place aux émotions, qui comme on le sait , n’arrangent rien. Weiterlesen…