Au mois de mai de cette année, Donald Trump a au cours d’une conversation téléphonique avec le président des Philippines, Rodrigo Duterte, félicité ce dernier pour la justice qu’il faisait régner dans son pays. Pour combattre les trafiquants de drogues il les fait tuer séance-tenante sans aucune forme de procès et s’il y avait des innocents parmi eux, peu importe. Depuis son avènement au pouvoir, il a fait assassiné plus 3400 personnes, certaines de ses propres mains. Hier la police a fait le carton : 32 soit-disant criminels ont été massacrés. Le tout se passe en dehors de toute légalité. Un système que les SA puis ensuite les SS ont appliqué. Au lieu de se démarquer de telles pratiques qui contredisent toute éthique démocratique, Trump se rend complice. De même en ce qui concerne ses sympathies pour le Klu-Klux-Kan, les néonazis américains, qui ont aussi scandé leur haine contre les juifs. Dans ce cas-là le président devrait cautionner, s’il était conséquent, que son gendre et ses petits-enfants passent à la chambre à gaz. Ce qui se déroule en ce moment pourrait sonner le glas de la démocratie. On se demande combien de temps encore les Américains pourront accepter une telle attitude. Rodrigo Duterte semble appliquer, ce que Trump voudrait bien faire aux USA, s’il avait complètement les mains libres. Il n’y a qu’un pas à faire pour inciter la police d’abattre le plus de noirs possible qui sont probablement pour lui de la vermine. Je pense qu’il est du devoir d’un peuple en partie adulte, de combattre le plus énergiquement possible ce genre de pensées. Tuer des délinquants de couleur pour faire régner la paix des blancs, quelle ignominie !  À quand à nouveau la ségrégation raciale? Weiterlesen…

La rentrée sera chaude. C’est ce qu’a annoncé Emmanuel Macron. Il veut sûrement parler tout d’abord du nouveau code du travail. Il va avoir à faire à une dure résistance venant des syndicats et d’un grand nombre de salariés qui auront peur de perdre des prérogatives. Souvent des personnes désillusionnées qui ne croient plus à une relance. Il y a tout d’abord l’emploi. Il n’est pas dit, que même dans le cas d’une meilleure conjoncture, il puisse y avoir une stabilisation dans ce domaine. Sans vouloir s’immiscer dans les négociations des partenaires sociaux, il est à mon avis indispensable que l’État ne donne des avantages fiscaux, qu’aux entreprises qui tiennent compte d’une charte qui aurait comme prérogative de maintenir ou de développer l’emploi en son sein. Il ne peut pas être question de rationaliser la production aux détriment des employés. Et si pour des raisons économiques il n’y avait pas d’autres solutions, il faut impérativement mettre sur pied un plan social qui aurait comme but suprême de réintégrer au plus vite les chômeurs dans le monde du travail. Ceci bien entendu aussi à la charge des firmes qui « dégraissent ». Avant de satisfaire les investisseurs, il faut tout faire pour soutenir tous ceux qui se retrouvent dans la précarité. Je souhaite que le Président tienne compte de mes remarques. Sans un appoint important de la population nous irons à nouveau à l’échec. Je suis tout à fait d’accord qu’il faille revoir de fonds en comble le code du travail, de donner à tous, j’inclus ici les partenaires sociaux dans leur ensemble, un outil efficace ne générant pas d’injustice. Je sais qu’il n’est pas possible de satisfaire tout le monde mais il faut éviter à tout prix une paralysie du pays cet automne. Le Président doit avant tout s’impliquer pour son peuple, non pas seulement pour une élite qui a trop souvent promis des choses qu’elle ne pouvait pas tenir. Weiterlesen…

Un suprémaciste blanc a été arrêté à Oklahoma City, la ville où a eu lieu en 1995 un attentat qui a fait 168 morts. Jerry Varnell, âgé de 23 ans, voulait s’en prendre à la banque centrale fédérale à Washington, afin de s’attaquer au gouvernement américain et l’intimider. Ceci deux jours après les émeutes de Charlottesville. Il est évident que nous assistons à une recrudescence du racisme et de l’intolérance. Il est déconcertant que l’idéologie nazie revienne en force, que cela soit aux États-Unis ou en Europe. Sans vouloir sombrer dans la panique, il faut se poser des questions pour en connaître la raison ? Je peux m’imaginer, tout au moins aux USA, qu’il s’agit d’un problème démographique. D’ici quelques années les blancs seront minoritaires dans ce grand pays multiculturel. Il en va de l’influence ethnique des descendants des migrants venant de l’Europe. Une population qui a dû quitter le vieux continent à cause de la précarité ou parce que certains individus n’étaient pas considérés comme honorables dans leurs pays d’origine. On se débarrassait d’eux en les incitant à s’exiler. Parmi eux les arrières-grands oncles de ma mère, qui n’avaient pas forcément une chemise blanche. Ils se sont établis à Détroit, où ils ont été à l’origine de la fondation des prédécesseurs de la GM à la fin du 19ème siècle. Mais il y a les autres qui n’ont pas vraiment trouvé chaussure à leur pied et qui ont végété plus ou moins « dans la terre promise du capitalisme ». Ceux qui sont aujourd’hui issus des couches défavorisées de la petite bourgeoisie. Des frustrés qui cherchent à redorer leur blason en semant la haine raciale. Des personnes envieuses, aigries par leur mauvais sort. Weiterlesen…

Il ne faut pas s’attendre que Madame Merkel fasse des discours enflammés pour défendre sa politique. Elle se taira le plus possible et donnera l’impression d’être au-dessus de la mêlée. C’est ce qui fait sa force. Tout aussi bien ses adversaires que ses partisans ce sont cassés les dents sur ce que des personnes non averties pourraient décrire comme de la passivité. Nous avons affaire à une femme qui connaît très bien ses limites. Elle sait qu’elle ne réussira pas à enflammer les foules avec des discours super-engagés. Elle n’en est pas capable. Je la qualifierais comme une remarquable joueuse d’échecs qui attend que son son vis-à-vis fasse une erreur tactique. Puis il y a chez elle un effet téflon. On a beau l’attaquer, elle garde son calme et donnera l’impression que les critiques ne la concernent pas. Lorsque Horst Seehofer, le chef du parti-frère, la CSU, a essayé de la déboulonner de son poste à cause de sa politique migratoire, il a échoué car toutes ses récriminations buttaient contre des parois en caoutchouc. Et tout ceci sans élever particulièrement la voix. C’est ainsi, que sur ses airs badins, elle a réussi à éliminer tous ceux qui pouvaient lui faire ombrage. En ce qui concerne la coalition avec les sociaux-démocrates elle a toujours veillé de ne pas les attaquer frontalement. Elle leur a attesté un certain succès, a fait des éloges lorsqu’elle pouvait en tirer profit. Et finalement elle est auprès des électeurs la seule bénéficiaire d’une politique portant aussi le cachet du SPD. Il faut le faire ! Weiterlesen…

À Charlottesville, en Virginie, des militants nazis se sont rassemblés parce que la municipalité de cette ville a décidé de déboulonner la statue d’un général sudiste qui était un chaud partisan de l’esclavage. Et ceci en 2017 ! « Des Sieg Heil » accompagnaient leurs menaces de mort contre des opposants antiracistes, qui exerçaient de la résistance contre ces voyous, dont certains appartenaient aussi au Klu Klux Kan. Plus tard un véhicule a percuté des antinazis. On déplore un mort. Le président Trump a sur twitter écrit : „Nous devons tous nous unir et condamner la haine. Il n’y a pas de place pour ce type de violence en Amérique. Unissons-nous pour ne faire qu’un !“ Il ne pouvait pas faire autrement. Peut-être le pense-t-il vraiment ? Mais dans ce cas-là il devrait arrêter de jeter l’anathème sur tous ceux qui ne lui plaisent pas, faire des déclaration prônant la violence dans le contexte international, être plus diplomatique dans tous les domaines. N’oublions pas que cette terrible extrême-droite a appelé le peuple a voter pour lui. Bien qu’il s’en soit distancé, un arrière-goût désagréable reste ancré chez tous ceux qui croient en l’humanisme. Une fois de plus l’ombre d’Adolf Hitler plane sur l’Amérique. Ce virus, qui fait aussi des ravages en Europe, est difficile à éradiquer, car il donne à tous les frustrés licence de semer la haine autour d’eux. Un des artisans de cette arme redoutable a été le Dr. Goebbels qui a justifié le meurtre de ceux qu’il nommait les parasites, pour purifier la race blanche. C’est bien la démarche des racistes américains, qui si on leur en donnait les moyens, massacreraient les noirs pour des raisons patriotiques. Ils se croient évidemment dans le droit d’agir ainsi pour sauver l’âme de la nation. Ils réclament la légalisation du nettoyage ethnique. Weiterlesen…

Le voilà à la porte du saloon revolver au poing ! Pour impressionner la galerie quelques coups de feu en l’air. Puis, comme tout le monde s’est réfugié sous les tables. L’occasion pour lui de faire rouler ses mécaniques. Il se donne évidement un air martial afin de bien jouer son rôle. Puis il menace son petit copain Kim de tous les maux de la terre. Pour seule réponse le gosse lui fait le pied de nez! Plus ce dernier le provoque, plus le grand Donald trépigne des pieds ! Il se sent tout à fait dans son élément et se perd dans ses menaces. L’arsenal nucléaire des USA est désamorcé et il suffit d’appuyer sur un bouton pour déclencher un feu d’artifice. C’est bien cela qui le fait jouir, ce guignol ! Comme moi Trump doit aimer les westerns, mais contrairement à ma personne il les prends au sérieux. Aimerait-il entrer dans le rôle du grand justicier. D’un Robin des bois voulant entraîner tous les pleins de soupe dans son sillage en jouant au tout puissant. Ne faut-il pas les conquérir en se faisant passer pour un enfant terrible, ne reculant devant strictement rien. Même pas devant un désastre à l’échelle mondiale. Ce qui se passe actuellement à Washington en ce concerne la Corée du Nord est parfaitement ridicule. Au lieu d’ignorer les diatribes insensées du petit Kim, il tombe dans son panneau. Croit-il vraiment que ses bombinettes atteindront demain l’île de Guam ? La technologie concernant la défense nucléaire ou les missiles à moyenne et longue portée est-elle en mesure de provoquer la grande surprise ? David contre Goliath, le rêve des plus faibles de pouvoir s’affirmer un jour. Ces vénérables messieurs ont-ils pensé à Hiroshima et à Nagasaki? C’est d’antan plus étrange que plus d’une dizaine de milliers de Coréens ont été les victimes de little boy. C’étaient des travailleurs forcés qui ont subi cette hécatombe nucléaire. Mais ces messieurs ont l’air de s’en foutre royalement, car ils ne pensent qu’à leur gloire. Et elle passe forcément par des prouesses militaires. Weiterlesen…

« Non, vous ne m’avez pas vu. Et comme vous ne m’avez pas vu, je ne peux pas vous donner d’interviews. » Lorsque les ministres s’esquivent du Palais de l’Élysée, ils ont le profil-bas. Le patron n’aime pas le bavardage. Ils laissent cette tâche à Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement. Rien de comparable avec le poulailler en folie de l’oncle Donald. Motus et bouche-cousue ! Je veux bien, mais comme je l’exprime toujours à nouveau dans mes articles, il y a un manque de pédagogie. Parfois il serait bon que le président fasse passer des messages à la nation, de lui à nous, tout simplement. Il faut trouver un fin dosage, éviter toute inflation dans ce domaine. Pourquoi ne pourrait-il pas organiser tous les deux mois une rencontre avec des citoyens qui auraient des questions à lui poser ? À une époque où il règne tellement d’insécurité que ce soit au sujet du terrorisme ou de l’avenir social qui est comme nous le savons fortement imbriqué avec la relance économique, il devrait rassurer, expliquer pour quelle raison il faut faire des sacrifices et quelles seraient dans ce contexte les perspectives. Emmanuel Macron doit savoir que sans le concours de tous les Français il ne peut y avoir d’avenir. Mais afin qu’ils le soutiennent, ils doivent parfaitement savoir quelle pourrait être leur contribution. Il est évident qu’ils auront des pilules amères à avaler, mais ce serait plus supportable si on leur énonçait le pourquoi. Il serait dans ce but indispensable de veiller à la plus grande transparence possible, le cas échéant même accepter certaines modifications. Ce dialogue pourrait devenir une institution démocratique. Des citoyens représentant toutes les couches de la population devraient y prendre part. Le président pourrait dresser les grandes lignes d’un projet de loi, le ministre concerné entrer dans le détail. La règle du jeu serait l’écoute mutuelle et la possibilité d’intervenir directement dans le débat. Cela devrait se faire avant le vote à l’Assemblée nationale et au Sénat de tel ou tel projet. Weiterlesen…

„Nous engageons une baisse de l’impôt sur les sociétés et nous substituons un impôt sur la fortune immobilière à l’impôt de solidarité sur la fortune“ (ISF). Voilà ce qu’a déclaré Édouard Philippe sur RTL. À la remarques que ces mesures étaient un cadeau fait aux riches, le premier ministre a répondu qu’il fallait voir le budget dans son ensemble. Une fois de plus il a été assez vague. La raison pour laquelle je vais essayer de vous donner mon interprétation. Je suis aussi d’avis qu’il faille donner aux entreprises plus de souffle afin qu’elles puissent investir dans le futur, mener des actions commerciales à l’étranger, investir dans la recherche. Mais je ne donnerais pas de blanc-seing sans garanties. Pour qu’il y ait exonération fiscale, il faudrait qu’elles décrivent exactement quelles mesures elles veulent prendre. Il n’est pas acceptable de financer des maisons qui emploieraient l’argent économisé pour rationaliser la production au détriment des employés. Il faudrait pouvoir exiger un business-plan sur trois à cinq années pour pouvoir se faire une idée du plan d’entreprise. Je pense que cela serait tout à fait légitime. J’irais même un pas plus loin en accordant à des projets prometteurs des crédits avantageux. Le tout devrait être parfaitement imbriqué.

Weiterlesen…