Le volontarisme peut jouer de mauvais tours, lorsqu’il vient d’en haut. Emmanuel Macron semble l’avoir compris en ce qui concerne les banlieues. Il faut que les efforts viennent du sein de la population entière, loin s’en faut que des milieux désavantagés. La première chose à faire est d’essayer de comprendre ce qu’on entend par le mot ghetto ? Il s’agit tout d’abord d’un réflexe qui consiste à pratiquer l’apartheid. Et là aussi il s’agit de différencier les causes. Il a pour but de maintenir sous cloche des habitants, avec qui on ne veut pas avoir à faire. Il s’agit de mettre dans une bergerie les brebis galeuses et ériger des barrières virtuelles, qui découlent de la situation matérielle et intellectuelle de personnes, avec lesquelles on ne veut pas être confronté directement. Il est évident que la peur de l’inconnu joue un rôle essentiel. Mais le ghetto peut aussi être un repli sur soi-même, peu importe que ce soient des pauvres ou des riches, des manuels ou des intellectuels. Des gens se mettent volontairement dans un vase-clos pour se démarquer des autres. Je pense aux quartiers de riches, où ces derniers se réfugient derrière des murs et des barbelés comme au Brésil par exemple. Des personnes vivant dans la peur constante d’être agressées. Il est évident qu’en « cultivant » le ghetto, peu importe d’où il vienne, il ne sera pas possible de faire des progrès en ce qui concerne le repli, quel que soit son origine. Il est évident que les causes de l’apartheid ne sont pas dues seulement à l’aspect matériel des personnes concernées. La conception de la famille, de l’éducation des enfants et évidemment, comment pourrait-il en être autrement, de la religion sont des éléments qui coupent des liens avec les autres compatriotes. Mais vouloir briser le communautarisme avec une massue, ne peut que mener à l’échec. Vient s’ajouter en ce qui concerne les banlieues l’aspect électoraliste qui a pour but de cultiver la peur. Tous les éléments que j’évoque ici sont les résultats d’un mal-être qui ne peut pas être résolus à coups de milliards. Weiterlesen

Une fois au pouvoir, il est très difficile de se débarrasser de l’extrême-droite, comme c’est le cas avec Viktor Orbán en Hongrie. Il aura au parlement une majorité des deux tiers, malgré le score du Fidesz, qui est autour des 50 %. Cela permettra au nouveau ministre-président hongrois d’en faire à sa guise et de restreindre de plus en plus les droits de l’opposition. Nous avons donc affaire à une dictature larvée. Jean-Claude Juncker, le président de la Commission Européenne, a mis en garde Viktor Orbán contre toutes tentations totalitaristes. Les vœux de pratiquer l’absolutisme, surtout lorsqu’il s’agit des questions de l’immigration et des rapports avec les étrangers est grande. Il est évident que la discrimination dépassera le pic actuel, ce qui ne correspond pas aux règles émises par Bruxelles. Aussi là, il faudra s’attendre à plus de tensions. Monsieur Orbán, le souverainiste, se dresse contre l’UE, mais n’a aucune objection d’empocher l’argent qu’on lui jette en pâture. Plus ce genre de personnage agit d’une manière malhonnête, nommons les choses par leur nom, plus on lui graisse la patte. C’est du moins l’impression que j’en tire. Et cela avec l’argent que je paie au fisc. Cela me met en colère, comme c’est le cas pour la Pologne. Si le mépris sous toutes ces formes, est ainsi pris en compte, il faut se dire que nous faisons tout pour donner à la ségrégation ses lettres de noblesse. Tout le monde sait à quel point la Hongrie est devenue discriminatoire envers tous ceux qui sont différents, sans oublier l’antisémitisme. La victoire du Fidesz est une motivation pour toutes les formations racistes en Europe de humer l’air pur des sommets. Cela leur confirme qu’ils détiennent la vérité infuse. Un appel à pratiquer de plus en plus la xénophobie. La violence, qu’elle soit verbale ou physique, est au programme. Weiterlesen

Il pensait être le faiseur de rois, le voilà viré de la plate-forme ultra-nationaliste Breitbart-News. C’est le prix que l’ancien conseiller de Donald Trump doit payer pour les accusations portées contre le fils du président dans le livre « Fire and Fury » du journaliste Michael Wolff. Steve Bannon voulait faire des USA un bastion du néo-fascisme avec lui à sa tête. C’est en recréant un Parti Républicain raciste et discriminatoire qu’il voulait arriver à ses fins. Le voilà privé d’un poste, d’où il pouvait proférer ses diatribes empoisonnées. Il sera dorénavant un homme de l’ombre. Cela ne le rend pas pourtant moins dangereux à mon avis. Je suis malheureusement certain qu’il a de nombreux soutiens au sein de la population, que ses idées continueront à être du goût notamment d’une classe moyenne sur le déclin. Depuis que Trump est devenu président, de telles pensées ne sont plus du domaine de l’impossible. Il serait temps qu’une personnes charismatique s’oppose à cette monté irrésistible de l’extrême-droite aux États-Unis. Oprah Winfrey, la célèbre femme de télévision, qui est l’idole de très nombreuses personnes, pourrait être tentée de se présenter contre Donald Trump en 2020, s’il était à nouveau candidat. Elle est connue pour son talk-show et ses options politiques et serait du point de vue de ses options à l’opposé de ce qui se fait et qui se dit à la Maison Blanche. Ce serait une réponse à donner à Steve Bannon et son idéologie. Il en faudra de la force pour chasser les démons qui hantent malheureusement la vie politique américaine. Weiterlesen

Des milliers de citoyens anglais ont défilé hier dans les rues de Londres. Ils s’opposent au Brexit et voudraient bien que le référendum soit remis en question. Du point de vue de la démocratie, cela me semble être difficile, car cela remettrait en question une décision prise par le peuple dans son ensemble. Même si le oui l’a remporté avec une infime majorité, c’est lui qui compte… Malheureusement dans ce cas bien précis ! Une fois de plus je veux m’atteler au principe du scrutin populaire. Je trouve le principe même du référendum absolument positif, mais à condition qu’il tienne compte de certaines règles. Il implique de la part des électeurs une grande perspicacité. Pour prendre la bonne décision, il doit de surcroît être très bien informé, ce qui implique une certaine pratique, comme celle appliquée depuis très longtemps en Suisse. Il est évident que le pragmatisme devrait être son moteur, ce qui n’a pas été le cas en grande-Bretagne avec le Brexit. David Cameron a fait l’erreur historique de croire que des personnes exaspérées par l’immigration sauvage soient en mesure de juger les tenants et aboutissements d’une telle décision. C’est la grogne qui a triomphé. Probablement un réflexe compréhensible, mais très dangereux comme on le voit. Sur un coup de tête, tout l’avenir d’un pays est remis en question, une décision qui concerne avant tout les prochaines générations. Je comprends parfaitement le désarroi de tous ceux qui voient avec appréhension l’avenir. Il est profondément perturbé ! J’ai déjà souvent évoqué l’erreur politique commise avant tout par les Tories. Pour des raisons électorales ils ont joué à la roulette russe. Je qualifierais leur démarche comme étant antipatriotique. Ils ont fait passer des raisons partisanes avant l’intérêt de la nation toute entière. J’y vois le talon d’Achille de la démocratie. Il est effectivement très difficile de dissocier ces deux notions, si les responsables y voient le moyen d’asseoir leur pouvoir. Et c’est de cela qu’il a été question. Weiterlesen

À Charlottesville, en Virginie, des militants nazis se sont rassemblés parce que la municipalité de cette ville a décidé de déboulonner la statue d’un général sudiste qui était un chaud partisan de l’esclavage. Et ceci en 2017 ! « Des Sieg Heil » accompagnaient leurs menaces de mort contre des opposants antiracistes, qui exerçaient de la résistance contre ces voyous, dont certains appartenaient aussi au Klu Klux Kan. Plus tard un véhicule a percuté des antinazis. On déplore un mort. Le président Trump a sur twitter écrit : „Nous devons tous nous unir et condamner la haine. Il n’y a pas de place pour ce type de violence en Amérique. Unissons-nous pour ne faire qu’un !“ Il ne pouvait pas faire autrement. Peut-être le pense-t-il vraiment ? Mais dans ce cas-là il devrait arrêter de jeter l’anathème sur tous ceux qui ne lui plaisent pas, faire des déclaration prônant la violence dans le contexte international, être plus diplomatique dans tous les domaines. N’oublions pas que cette terrible extrême-droite a appelé le peuple a voter pour lui. Bien qu’il s’en soit distancé, un arrière-goût désagréable reste ancré chez tous ceux qui croient en l’humanisme. Une fois de plus l’ombre d’Adolf Hitler plane sur l’Amérique. Ce virus, qui fait aussi des ravages en Europe, est difficile à éradiquer, car il donne à tous les frustrés licence de semer la haine autour d’eux. Un des artisans de cette arme redoutable a été le Dr. Goebbels qui a justifié le meurtre de ceux qu’il nommait les parasites, pour purifier la race blanche. C’est bien la démarche des racistes américains, qui si on leur en donnait les moyens, massacreraient les noirs pour des raisons patriotiques. Ils se croient évidemment dans le droit d’agir ainsi pour sauver l’âme de la nation. Ils réclament la légalisation du nettoyage ethnique. Weiterlesen

Je veux revenir sur l’incendie qui a eu lieu dans la nuit d’hier à Londres afin d’exprimer ma colère. Les mesures de sécurité ont été déplorables malgré les diverses demandes des habitants de remédier aux lacunes. Car ils étaient dans leur majorité issus de la migration et qu’il était possible de les qualifier de pauvre, on n’a pas voulu les entendre. 121 appartements ont été ravagés dans cet immeuble entraînant la mort de douze personnes ainsi que de nombreux blessés. C’était un HLM, où des cas sociaux étaient logés. Une enquête préliminaire a indiqué, que la façade était recouvertes d’éléments synthétiques inflammables. C’est par l’extérieur que le feu s’est propagé du quatrième étage au haut de la tour. Un matériaux des années 70 qu’on aurait dû arracher pour cause de danger. Les autorités responsables le savaient, ce qui frise le scandale. Je ne pense pas que si des brookers de la City avaient habité ici, qu’on aurait accepté une telle vétusté. Les causes du sinistre ne sont pas encore connues à l’heure où j’écris ces lignes. Le gouvernement anglais a ordonné que tous bâtiments ayant les mêmes caractéristiques soient contrôlés et que des mesures adéquates soient prises pour éviter un tel drame. Cela revient à dire d’arracher tous les panneaux pouvant mettre en danger des locataires. Cela arrive bien tard ! Faut-il qu’il y aille des victimes pour réveiller les responsables ? Toutes les récriminations des familles ont été balayées parce qu’elles émanaient de gens considérés comme étant de deuxième classe, pas de bons anglais. Je ressens le besoin de m’exprimer ainsi, parce que je pense qu’il y a dans ce pays, comme en France ou en Allemagne d’ailleurs, une forte proportion de racisme. Il serait bon de faire un examen de conscience et de se poser la question, si une telle attitude correspond aux valeurs chrétiennes, que tant de personnes disent vouloir défendre. Weiterlesen

Peut-être que certains de « mes amis » sur Facebook trouveront légitime qu’il y ait eu l’année passée en Allemagne près de 3500 attaques contre les centres d’hébergement des réfugiés. Il y a eu 560 blessés dont 43 enfants. Je suis outré ! Je condamne tout autant si des requérants d’asile s’en prennent aux autochtones. Pour moi il n’y a pas deux poids et deux mesures. D’après les renseignements fournis par la police et la justice, le pourcentage de délinquants est identique que ce soit chez les Allemands ou chez les migrants. Samedi un homme de 35 ans est entré avec une voiture dans un groupe de personnes à Heidelberg. Une des victimes est morte à la suite de ses blessures. Il avait 73 ans. Le journal télévisé du ZDF a diffusé hier soir la nouvelle que les forces de l’ordre ont été attaquées sur Twitter. Des injures ont été proférées les accusant de mentir. Qui commet un tel méfait ne peut qu’être un homme de couleur, un arabe, qu’un sous-homme. Ce n’est pas le cas. L’accusé, qui s’est enfui à la venue des policiers, est un étudiant et est allemand. Cela a déclenché une levée de boucliers, identiques aux diatribes diffamantes que je peux lire dans les médias-sociaux. Je suis peut-être un spécimen assez spécial car je n’arrive pas à ressentir de la haine. Je ne suis non plus rancunier. Cela ne veut pas dire que je reste figé comme une statue et n’intervient pas pour combattre l’injustice, au contraire. Weiterlesen

Il y a eu de manifestations contre l’élection de Donald Trump hier à Berlin. C’est une bonne chose, car si la passivité était de mise, elle pourrait passer pour du désintérêt. Un grand nombre de personnes de tous horizons se rendent bien compte qu’il serait nocif de se taire. Mais la question se pose malgré tout quels sont nos moyens pour lutter contre la montée du fascisme, de l’exclusion et du racisme ? J’essaie de m’y atteler mais dois avouer que je n’ai pas encore trouver la bonne recette. Je suis parfaitement conscient que le profond dégoût que je ressens, n’est pas l’arme adéquate pour lutter contre le totalitarisme. Tout d’abord je me vois obligé de faire une analyse pour savoir pourquoi de telles tendances sont à ce point tentantes pour une bonne partie de la population ? Je pense que pour chacun d’entre-nous la recherche de la sécurité se trouve au premier plan. Nous ne supportons pas tout ce qui est mouvant, de peur de sombrer dans le vide. La démocratie, dans sa forme noble, est ouverte à tout, même à l’élection d’un Donald Trump. Ce qui à première vue est une marque de tolérance, est pour beaucoup un facteur d’incertitude. Le citoyen prend conscience que lui seul est responsable de son destin, ce qui pour une majorité d’entre-eux, l’indispose. Lorsque cela va mal, il a la nostalgie de l’être-providence qui pourrait le tirer du bourbier dans lequel il se trouve. En fait l’homme n’est pas fait pour vivre en dehors du troupeau. Son émancipation n’est que factice. Il s’en remet plus volontiers aux chefs, qui le guident sans que qu’il n’ait à penser. C’est malheureusement une évidence que nous devons prendre en compte et qui explique le succès des führers. Et c’est cela qui rend la lutte contre la dictature si difficile. Weiterlesen