L’attentat hier à Londres dirigé contre des membres d’une communauté musulmane est sans aucun doute une très mauvaise nouvelle, car elle démontre que le conflit entre les religions s’accentue. C’est justement le but du terrorisme d’arriver à provoquer de tels actes. Il est à craindre que l’esprit de vengeance trouvera de plus en plus d’adeptes, si les gouvernements ne mettent pas très rapidement ce genre de comportement à l’index. Je suis surpris qu’il y ait eu jusqu’à présent relativement peu de drames de cette nature, bien qu’on entende toujours à nouveau, notamment en France, qu’il y eut des attaques contre les lieux de cultes. Il est évident que les discours racistes de certains leaders des partis populistes en Europe n’arrangent guère les choses. Qui veut combattre le fondamentalisme sous tous ces aspects, doit le faire dans son ensemble. Mais une chose me paraît certaine, les tensions s’accentueront. Nous aurons beau parler de tolérance, de mettre en garde les gens contre des généralisations erronées, il ne fait pas de doute que chaque attentat terroriste plombe de plus en plus l’atmosphère. Il mène à plus en plus de méfiance au sein de la population et encourage l’exclusion. On a beau se cabrer contre une telle évolution, je ne vois malheureusement pas de moyens efficaces d’y contrer. Pour beaucoup la tolérance est une marque d’abdication des valeurs occidentales. Ils la rejette car pour eux elle est synonyme de faiblesse. C’est au niveau du jardin d’enfants et de la petite école qu’il faut tout d’abord agir. Elles sont souvent un creuset multiculturel, où les rapports entre des enfants d’origines diverses, font partie du quotidien. Weiterlesen…

Martin Schulz , l’ancien président du Parlement Européen, est dorénavant le candidat du SPD pour la chancellerie. En peu de jours il a réussi à hisser son parti en première place dans les sondages. Il a réussi à enthousiasmer les Allemands par son franc-parlé et par l’optimisme qu’il propage. Il ne se complet pas dans la morosité ambiante déclenchée par l’élection de Donald Trump. Au contraire il dit tout simplement ce qu’il pense de lui sans faire mille détours diplomatiques. L’opinion publique pense qu’il pourrait prendre la relève d’Angela Merkel pour redonner à son pays et à l’Europe l’envie de se battre. C’est un battant, qui n’a pas hésité de dévoiler ce qu’il l’anime personnellement. Sa vie n’a pas toujours été facile. Il a sombré dans l’alcoolisme lorsqu’il a dû ranger ses chaussures à crampons. Tout le destinait à devenir un footballeur. Un accident a mis un terme à la carrière qu’il aurait bien voulu faire. Après une thérapie il a fait un apprentissage de libraire et a ouvert avec sa sœur une boutique. Puis il a été pendant dix ans le maire d’une petite ville de Westphalie, avant de devenir député européen. Pendant 20 ans il a tenu tête à des attaques verbales, notamment de la part de Silvio Berlusconi, qui l’a traité de capo des camps de concentration. Martin Schulz a démontré que ce n’était pas un homme à se faire abattre. Ce qui plaît beaucoup en Allemagne c’est son optimisme. Il voit certes un grand défi en ce qui concerne notre avenir. Il sait que notre continent sera bousculé par le gouvernement américain et par les Russes. On nous fera pas de cadeaux, au contraire. Il a conscience que Poutine et Trump feront tout pour nous diviser. Le Brexit est à l’origine d’un processus destructeur si nous nous laissons entraîner dans la dépression. Mais il peut aussi être une chance à condition que nous nous rapprochions. Dans cette tourmente il se pourrait bien qu’il soit un rempart. Weiterlesen…

En Autriche certaines franges de la gauche seraient prêtes à se rapprocher du FPÖ lors des prochaines élections législatives. Une fois de plus, pour des questions électorales, des militants socialistes seraient enclins à vendre leur âme. C’est franchement nauséabond. Ce phénomène n’est pas nouveau. Il y a quoi se rappeler l’attitude d’un Doriot ou d’un Déat avant et au cours de l’Occupation afin d’avoir la preuve que le feu et l’eau font parfois bon ménage, quitte à devenir des tortionnaires. Aussi au sein du NSDAP il y a eu une tendance de gauche, celle des SA, qui en 1934 a été anéantie au cours d’une action sanglante contre les hommes de Röhm. Le mot socialisme dans la dénomination du parti n’était pas un hasard. C’était le moyen de ramener à soi les travailleurs. Lorsqu’on étudie de près tous ceux qui soutiennent le FN, on s’aperçoit rapidement que beaucoup d’entre-eux sont aussi issus de la gauche. Et c’est là que réside le danger. Lorsque cet amalgame, à première vue totalement disparate, prend comme une mayonnaise, la prise de pouvoir n’est plus éloignée. L’info de Vienne est dans un tel contexte du poison. Ce serait un message plus que néfaste. Je ne peux que mettre en garde de jouer ainsi avec le feu. Il est désarmant que les réflexes d’antan se répètent ainsi. À quoi attribuer un tel phénomène ? Je pense que ces dernières années la gauche a perdu beaucoup de sa substance idéologique en essayant de glaner des voix au centre. Une dérive tout d’abord tactique qui ne peut pas, comme on le voit, être freinée aussi facilement. Comme il n’y a pas de gardes-fous, il n’y a pas de raisons que cela s’arrête. Weiterlesen…

Lorsque les arguments manquent, les militants de l’extrême-droite passent aux actes. Seule le langage du coup de poing leur semble être familier. Un ami a été victime d’un tel comportement en Allemagne. Il avait eu le tort de s’engager pour la démocratie, ce qui n’est pas du goût de tous ceux qui croient à la solidarité, à l’amour du prochain. Lorsque de tels faits arrivent à des proches, on en croit tout d’abord pas à ses yeux. C’est différent qu’une nouvelle dans un journal ou à la radio. Il est permis de se demander ce qui peut pousser des gens à se comporter ainsi, d’autant plus que dans le cas dont je parle, l’agresseur n’a pas subi de contraintes de la part de tous ceux qu’il rejette comme les migrants, les libre-penseurs ou des membres de partis adverses. Cela revient à dire que la violence est la source même d’une telle idéologie. Si on fait une analyse des raisons qui poussent certains individus à s’engager dans telles ou telles formations d’extrême-droite, il est possible de s’apercevoir que c’est le mal-être en général qui en est la cause. Des personnes désarçonnées qui ne trouvent pas les moyens nécessaires pour se stabiliser. Elles se complaisent dans l’illusion que seul la violence pourra leur donner une assise. Ce phénomène ne se cantonne pas seulement dans des milieux défavorisés. Aussi des intellectuels sont concernés. Dans le cas qui m’a incité à écrire cet article, il s’agit d’un docteur en politologie. Probablement un être mentalement malade qui a du mal à gérer ses rapports affectifs. Son attitude est peut-être liée à ses complexes envers les femmes. Il ne serait pas étonnant que ce soit un homosexuel qui s’ignore. Pour tous manipulateurs c’est du pain-béni. C’est ce qui a caractérisé d’une manière éclatante la campagne électorale aux USA. Le fait d’isoler des minorités, de discriminer les femmes ou d’exercer tout au moins un racisme verbal, a été une des causes du succès de Donald Trump. Weiterlesen…

Par pudeur je ne parlerai pas d’un nazi israélien, mais on en n’est pas loin. Je veux parler de Avigdor Lieberman, le nouveau ministre de la défense. Il s’est fait une gloire en fustigeant les palestiniens de tous les maux. Une diatribe raciste des plus nauséabondes. Et que fait Benjamin Nétanyahou ? Il lui donne ses lettres de noblesses ainsi qu’à Sofa Landver, chargé de l’intégration et ami politique de cette tête de béton. Le premier ministre ne remarque-t-.il pas qu’il confère à son pays un aspect digne des chemises brunes ? C’est absolument irresponsable lorsqu’on pense aux six millions de victimes du régime hitlérien. Ceux qui ont fini leur périple sur terre dans les chambres à gaz, l’ont été par le fait qu’on les considérait comme de la vermine. Il y a trop de personnes en Israël qui traitent leurs voisins arabes et musulmans de même. Lorsqu’on a des grands-parents qui sont morts dans un camp de concentration, une dérive telle que celle-là fait mal. Ma position a toujours été claire. Je soutiens les aspirations des palestiniens à avoir une terre à eux, tout autant que celles des israéliens de disposer d’un pays. Mais je refuse l’aspect idéologique, raciste et intolérant des dirigeants de Jérusalem. À mes yeux il ne pouvait rien arriver de pire. Je ne verrais pas pour quelle raison je n’élèverais pas ma voix en ce qui concerne l’extrême-droite au sein d’un peuple, qui par son histoire devrait propager au contraire la solidarité à l’encontre de ceux qui sont spoliés. Il ne sert à rien de lutter contre des hordes de crânes rasés, si on agit au sein de son propre pays ainsi. Tous arguments deviennent dérisoires avec des personnages comme Avigdor Lieberman. Une fois de plus les citoyens dans leur majorité, sont aveugles. Ne remarquent-ils pas qu’ils scient l’arbre à sa base, qu’ils se désavouent complètement ? Weiterlesen…

Il y a de la joie ! Une fois de plus l’extrême-droite marque des points. Cette fois-ci en Autriche, où le candidat à la présidentielle est du FPÖ. Norbert Hofer, est arrivé en tête avec 35,5% des voix. Les partis traditionnels sont tombés dans la trappe. Le raz-de-marée nauséabond du populisme est en train de faire des ravages un peu partout en Europe. Et nous ? Nous laissons tout simplement faire. Il faudra que les avertis soutiennent à fond l’écologiste Alexander Van der Bellen, afin de barrer le passage aux populistes, lors du deuxième tour. Ce résultat est décourageant mais guère surprenant. Les Autrichiens n’ont jamais fait vraiment un examen de conscience concernant le passé. Aucune comparaison avec l’attitude de la République Fédérale qui parle encore aujourd’hui de faute collective. Il y a toujours eu une frange de la population, qui n’a pas rejeté complètement le national-socialisme. Beaucoup de personnes ont essayé de se disculper en prétendant qu’ils avaient été annexés en 1938, qu’ils étaient les victimes d’Adolf Hitler. Mais lorsqu’on voit avec quel enthousiasme il ont accueilli le Führer à Vienne, on ne peut pas les prendre au sérieux. Oui, ils portent aussi une grande responsabilité en ce qui concerne la seconde guerre mondiale et la percussion des Juifs. En fin de compte ils ont aussi participé à leur extermination dans les camps de concentration. Malheureusement ce terreau nationaliste est encore plus ou moins contaminé. Lorsqu’on suit les diatribes contre l’islam du côté du FPÖ, des souvenirs empoisonnés reviennent à la surface. Cette situation ne peut pas être considérée comme une fatalité, Il serait grand temps que tous ceux qui prétendent être des démocrates, prennent du poil de la bête. Nous ne pouvons pas rester passifs, déclarer que cela ne nous regarde pas. Weiterlesen…

Lorsque Nicolas Sarkozy déclare que la coalition de droite ne conclura aucun accord avec la gauche pour barrer la voie au FN, il fait une grave erreur, même plus, il prend le risque de favoriser Madame Le Pen et ses acolytes. Qu’il ne s’y trompe pas, les électeurs d’extrême-droite n’ont aucunes raisons de lui faire des cadeaux. Faisant cavalier seul, sa formation risque d’essuyer dimanche prochain un grave revers. La priorité absolue des Républicains serait de faire barrage au FN et ceci au nom des valeurs du pays. L’attitude du PS est bien plus digne. Le parti se retire du Nord-Pas de Calais et du Paca, comme l’a déclaré Jean-Christophe Cambadélis. Il est un fait évident, jamais la situation aurait dû se détériorer à ce point-là. Il est inconcevable pour moi, qu’un parti prônant l’exclusion soit arrivé en tête du scrutin. Une raison évidente de repousser toutes considérations partisanes et de s’unir sous une même bannière. Nicolas Sarkozy en est loin, malgré l’état de lieux. N’a-t-il pas compris qu’il en va de la survie de la démocratie telle que nous la connaissons ? Ou est-il plus ou moins de mèche avec le FN, même s’il le critique vertement ? Ce qu’il a déclaré ne peut que diviser le pays, le mettre en état de choc. Pour un politicien averti, un manque total de lucidité ! Veut-il être le fossoyeur de notre République ? L’exemple de Franz von Papen, un politicien conservateur allemand, devrait le faire réfléchir. Il avait l’intention d’étouffer Hitler en l’étreignant. Le contraire s’est passé. Pour sortir de l’ornière il faut parler d’une même voix, même si les opinions politiques divergent. Weiterlesen…

Dans la hotte de Saint Nicolas se trouve un cadeau pour la petite Marine, qu’elle n’a pas mérité : la victoire au premier tour des élections régionales. Le barbu a-t-il perdu tout son entendement ? Jusqu’à présent elle a été forte en coups de gueules plus ou moins cohérents. Elle n’a été en aucune mesure capable de prouver ses compétences sur le terrain. Pauvre France, pauvre démocratie où le verbe est plus important que les faits objectifs ! Et lorsque tout cela est enrobé d’émotions, il y a garantie que tout va à la dérive. Le racisme en premier lieu sera le moteur de ce probable succès. L’exclusion d’une partie de la population. Il faut toujours avoir plus faible que soit pour obtenir de tels succès. Pour Hitler c’était les juifs, pour le FN tous ceux qui se réfèrent au Coran. Je suis aussi en colère contre les terroristes islamistes qui détestent tous ceux qui n’adhèrent pas au sunnisme. Bien sûr il faut les combattre avec tous les moyens possibles, mais de là à voter pour ceux qui seraient prêts à bafouer les droits de l’homme, il y a une limite que je ne peux et ne veux pas dépasser. Le régime que voudrait nous imposer l’extrême-droite serait autoritaire, arbitraire, injuste. Tout le contraire de ce que sont les valeurs de la France. C’est justement un tel réflexe que veulent provoquer les têtes brûlées de l’EI. Si cela réussit, ils pourront parler de victoire. On ne pouvait pas leur rendre un meilleur service. Il y a de quoi jurer ! C’est pourquoi les partis opposés à cette déferlante devraient s’unir dans un front commun contre la montée du FN. Ce n’est plus une question de parti, mais de survie ! Qu’on se le dise ! Weiterlesen…