L’identité de l’Allemagne d’après-guerre repose sur la multiplicité. Après la terreur imposée par les nazis, toute la philosophie reposait sur le multi-culturel, une attitude ayant été aussi à l’origine du rebond de ce pays qui semblait terrassé à tout jamais en 1945. Il ne devait plus jamais avoir de « question juive », plus jamais d’intolérance à leur égard. Au contraire. L’Allemagne voulait être pour eux une terre d’accueil, en particulier pour tous ceux subissant l’antisémitisme, notamment en Union Soviétique. Grand nombre d’entre-eux vinrent s’établir en République fédérale. La volonté était de recréer de nouvelles communautés un peu partout sur le territoire. La volonté était de se départir des clichés identitaires imposés avant tout par les nazis, revenir à un esprit ouvert, où les Juifs auraient à nouveau leur place. Le but était avant tout de créer une image diamétralement opposée à celle imposée par le totalitarisme. De mettre sur pied une nouvelle identité axée entièrement sur l’ouverture. Pendant des décennies cela fut une réussite. Le miracle allemand n’aurait jamais été possible sans ce libéralisme. Il faut se rendre à l’évidence, que toute forme d’antisémitisme touche autant la population mosaïque que les habitants « de souche ». C’est la raison pour laquelle l’attentat de Halle ébranle à ce point toute la société. Il faut se rendre à l’évidence que les générations d’après-guerre ont fait tout ce qui étaient en leur pouvoir afin de se délester du lourd fardeau du génocide, tout en sachant qu’il laisserait des traces indélébiles. Mais il était évident, qu’il ne serait pas possible d’éliminer l’antisémitisme d’un coup de baguette magique.

L’Allemagne ne pouvait pas faire l’exception. Le tout s’est alors reporté sur Israël et son attitude agressive contre les Palestiniens. Une attitude que je condamne au plus haut point. Il y a eu un amalgame fatal entre le rejet d’une politique et le judaïsme. Toutes personnes se permettant de critiquer l’action du gouvernement israélien étaient taxées d’antisémite. Il est vrai que Benjamin Nétanyahou a attisé la braise, qu’il est lui aussi à l’origine de ce malaise. Avec ses remarques acerbes il met en danger les membres de la diaspora, mais tant pis. Si cela peut renforcer son pouvoir, pourquoi prendre des précautions? Qu’on le veuille ou pas il a rendu un très mauvais service à la cause des Juifs, en particulier en Europe. Cela n’excuse en aucune manière les agissements discriminatoires envers les citoyens allemands d’origine juive. Mais pour mieux capter l’origine du mal, il est impossible de ne pas en parler, avant tout, parce que les gouvernements successifs ont toujours déclaré être les alliés les plus fidèles de l’État d’Israël, ceci au risque de se mettre à dos le monde arabe. Après l’horreur du nazisme, une attitude légitime, mais qui par son aveuglement n’a pas servi la cause juive en Allemagne. Toutes critiques étant considérées comme un acte inamicale. La situation que l’Allemagne vit actuellement ne peut pas être considérée comme celle provoquée par un individu isolé. Elle touche aux fondements d’une société en quête de reconnaissance au niveau international. Il est à craindre que ce pays perde pied, s’il ne redéfinit pas son approche avec les minorités. C’est à dire de trouver une certaine normalité dans les rapports avec les Juifs. On en est loin!

pm

https://www.nouvelobs.com/monde/20191011.OBS19667/tribune-l-allemagne-renoue-t-elle-avec-ses-vieux-demons-extremisme-et-antisemitisme.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.