« Notre-Dame de Paris, c’est notre histoire, notre littérature. C’est l’épicentre de notre vie, c’est l’étalon d’où partent nos distances. C’est tant de livres, de peintures. C’est la cathédrale de tous les Français, même de ceux qui n’y sont jamais venus. Cette histoire, c’est la nôtre. » C’est ce qu’a déclaré le chef de l’État dans un discours qu’il a fait dans la soirée. L’incendie a été maîtrisé. Les dégâts ont été considérables. Il faudra des années pour effectuer la restauration de l’église. « Nous ferons appel aux plus grands talents et nous rebâtirons Notre-Dame, car c’est ce que les Français attendent, car c’est ce que notre histoire mérite, car c’est notre destin profond ». La famille Pinault va débloquer cent millions d’euros pour financer les réparations. Que ce soit la chancelière Angela Merkel ou Theresa May, tout le monde politique à l’échelle mondiale a marqué sa douleur face à l’autodafé d’un pan important de la culture universelle. Je pense que cet incendie ne peut pas laisser indifférents tous ceux pour qui la France est un pays de référence. C’est dans des cas pareils qu’il est possible de jauger ce qui est important ou pas. C’est une bénédiction qu’il n’y ait pas eu de victimes, que le feu n’ait pas été meurtrier. Mais faut-il de tels évènements pour redonner à un peuple le sentiment d’appartenir, malgré les distensions, au même bercail ? De prendre conscience des priorités à prendre ? Weiterlesen

Au cours de la 55ème conférence de Munich sur la sécurité le fossé entre l’Europe et les États-Unis se sont creusés. Les rapports n’étaient pas au beau fixe, maintenant ils ont empiré. Avant tout c’est l’attitude de Washington qui devient de plus en plus insupportable, car Trump et ses acolytes, comme Mike Pence, le vice-président qui au cours d’un discours à la conférence de Munich, n’a pas pu s’empêcher de nous faire la leçon, d’exercer un chantage, qui a mes yeux est insupportable. Si nous nous plions pas aux quatre volontés du président nous serons punis. Que ce soit pour l’Iran ou pour Nord Stream 2, le pipeline de la Baltique, qui doit parallèlement à celui déjà existant, nous apporter du gaz de Russie, il nous menace de boycott. Que ce soit en mettant sous pression les entreprises étant impliquées dans ces affaires ou tout simplement en augmentant les taxes douanières pour l’industrie automobile. Tout cela avec comme toile de fond la guerre commerciale menée contre la Chine. Ne nous faisons pas d’illusions, l’Europe suivra. Ne voyons-nous pas, que Donald Trump a en tête de détruire l’UE ? Ne nous leurrons pas, les USA ne comptent plus comme des amis, tout au moins sous cette présidence. En rompant l’accord des missiles nucléaires à portée moyenne avec la Russie, il va un pas plus loin dans son intention de nous mettre sous pression. Et nous ? Angela Merkel a mis en garde Washington de continuer ainsi une politique faites de menaces et de répression. Dans de telles conditions que restent-ils d’autre à faire que de tourner le dos à l’Alliance atlantique et de se rapprocher – comme je l’ai déjà écrit à maintes reprises – de la Russie, sans pour autant admettre ses visées hégémoniques. Cela peut sembler utopique, mais je ne vois pas d’autres solutions. Weiterlesen

Il est étrange que la presse française passe plus ou moins outre ce qui s’est passé hier à Bruxelles : le compromis au sujet de Nord-stream 2. Il s’agit du gazoduc qui reliera la Russie à l’Allemagne dans la mer baltique. Ce sera le second, ce qui inquiète certains pays de l’Est de l’UE, qui avaient été membre du Traité de Varsovie avant la chute du mur de Berlin. Ils ont peur que l’Union Européenne puisse un jour être à nouveau soumise à une mainmise, comme ils l’avaient connue pendant la guerre froide. Comme on le voit les rapports, attisés par le conflit ukrainien et l’annexion de la Crimée, sont plus que tendus avec Moscou. Pour l’Allemagne, qui s’oppose elle aussi à la politique expansionniste de Vladimir Poutine, il n’est pas question d’isoler encore plus la Russie. À long terme la considérer même comme membre de la famille européenne, dont les liens historiques sont bien plus profonds que certains veulent l’accepter. Le but ne serait-il pas d’étendre un jour l’UE de Brest à Vladivostok ? Peut-être une utopie, mais ce sont des faits géopolitiques qui ne peuvent pas être ignorés. C*est ainsi qu’il faut comprendre le compromis européen, qui sans remettre en question la politique énergétique de l’UE, n’entravera pas la poursuite de tels projets. Ce seront aux pays qui achèteront le gaz à régler les modalités commerciales. Il en va du monopole de l’énergie en général et de notre dépendance en particulier, à cause de notre manque de ressources. Le pétrole de la mer du Nord se trouve en grande parties sous pavillon de la Norvège et du Royaume Uni. Après le Brexit, l’UE n’aura plus une influence directe en ce qui concerne ces réserves de brut. Nord-Stram 2 pourrait être une réponse, mais elle aussi est bancale, car le Kremlin aura son mot à dire en ce qui concerne les livraisons. Weiterlesen

La signature du nouveau traité d’amitié franco-allemand a donné lieu ces jours derniers à des diatribes de style nationaliste, ceci de la part de Marine Le Pen et des adhérents du Rassemblement national, ainsi que de protagonistes se réclamant de la droite archi-conservatrice pour lesquels Philippe Pétain est encore une référence. Le chef de Vichy qui n’a pas hésité d’entraîner une grande partie de la population dans la collaboration. N’oublions pas que peu de temps avant le débarquement en 1944, 80 % des Français vénéraient ce maréchal-félon ! Celui qui avait cautionné la déportation et le meurtre de nombreux juifs et d’opposants à son régime. Je pense que ce cercle de personnes a perdu une occasion de se taire. Revenons-en au nationalisme. Comment le définir aujourd’hui ? Aurait-il encore les relents de « la ligne bleue des Vosges », que Maurice Barrès a évoqué avant la première guerre mondiale, lorsque l’Alsace et la Lorraine dépendaient encore du Reich, après la cuisante défaite de la guerre de 1870-1871. À l’époque un traité de Versailles avait mis à genoux la France. C’est à cette occasion que la création de l’unité allemande avait été paraphée, chez l’ennemi héréditaire. La suite nous la connaissons. Il s’est avéré que le nationalisme sous toutes ses formes a été néfaste, car il ne proférait que de la haine. Une manière de dénaturer le patriotisme, qui d’après certains, ne peut que survivre en prodiguant les antagonismes, mêmes si ces derniers ne sont issus que de l’imagination de certains dirigeants, employant cette méthode perverse afin de se maintenir à flot. C’est justement à ce que cherchent à faire les émules du néofascisme en Europe. Leur seul but est de détruire, non de construire. Une attitude intellectuelle que je condamne au plus haut point, car elle témoigne pour moi de l’obscurantisme. Weiterlesen

Tout ce qu’a dit Emmanuel Macron hier dans son discours sur l’avenir énergétique de la France était sensé, logique même. Les mesures qui devront être prises ont été clairement évoquées, mais ce qui manquait cruellement c’était une approche humaine, dans la forme, des problèmes que beaucoup de citoyens vivent aujourd’hui. Il a certes dit qu’il ressentait l’injustice que bien des personnes vivaient, qu’il fallait absolument y remédier, mais ceci d’une manière pragmatique. Sans aucun doute le Président est très versé dans bien des domaines. Il y a une vue analytique que peu de chefs d’État ont, ce que j’apprécie chez lui. Aussi la manière de vaincre les obstacles part dans le bon sens. Mais il est difficile de faire d’un technocrate – loin de moi d’y voir qu’un aspect négatif – un être capable de prendre dans ses bras des malheureux et d’essayer de leur apporter un certain réconfort. Il n’appartient pas à cette catégorie de personnes, bien que je sois certain qu’il ressent bien leur situation, qu’il y soit sensible, contrairement à ce que prétendent ses détracteurs. Il a du mal à sortir de sa retenue. Probablement par timidité comme je l’ai déjà évoqué. C’est là que le bât-blesse. Vouloir faire un individu qu’il n’est pas, est du domaine de l’impossible. Je suis certain qu’il sera brillant au G20 en Argentine, qu’il fera tout pour préserver les intérêts de la France et de l’UE, que le message apporté par les Gilets jaunes ne le laisse pas indifférent, mais il est évident qu’il se sent plus à l’aise sur le parquet diplomatique que sur le terrain. Serait-il capable d’apporter de l’empathie aux manifestants qui bloquent par désespoir un péage d’autoroute en faisant griller des saucisses ? Non, même s’il le voulait, il y serait déplacé. Weiterlesen

Emmanuel Macron a prononcé un vibrant discours au Bundestag à Berlin hier après-midi. Il a plaidé pour plus d’Europe, pour lui la seule solution pour nous et pour les citoyens de demain de garantir la paix. En parlant des relations franco-allemandes, il a parlé d’amour, une amitié qui a pour lui un aspect affectif. Jamais un chef d’État est allé aussi loin dans un discours, qui a eu avant tout pour but de consolider les rapports entre les deux pays. D’après les commentateurs, ce discours a été remarquable, car contrairement à la retenue habituelle en diplomatie, il n’a pas hésité de dire aux parlementaires et avant tout à la Chancelière, qu’il fallait avoir le courage d’aller au-delà des conventions. Pourvu que le personnel politique allemand en prenne de la graine ! Angela Merkel aurait l’occasion de saisir la main que lui tend Emmanuel Macron et de se dépasser elle-même, d’œuvrer pour sa place dans l’histoire. J’ose espérer qu’elle se départisse de sa réserve, qui dans ce cas bien précis est un obstacle. Après le samedi, où les Gilets Jaunes ont barré les routes un peu partout dans l’hexagone, les évènements de hier ont été une bouffée d’oxygène. Mais un journaliste n’a pas hésité de faire le rapprochement entre le voyage de Charles de Gaulle à Baden-Baden, lors des évènements du mois de mai 68 et sa rencontre avec le général Massu. Il a fait la remarque, que le président avait dû quitter le pouvoir une année plus tard. Un oracle fatal en ce qui concerne Macron. Une fois de plus ce dernier a fait la preuve qu’il était incontournable en ce qui concerne notre avenir. Il sera obligé de redresser la barre en France, après la mobilisation d’une frange importante de la population, qui appelle de tous ses vœux son départ. Il serait temps qu’il fasse aussi une déclaration d’amour envers ses compatriotes, qu’il leur explique qu’une France forte à un avenir, mais qu’il faut faire de gros sacrifices pour y arriver. Weiterlesen

Angela Merkel a parlé hier devant les députés à Strasbourg et a dit qu’elle était partisane d’une armée européenne. Elle a ainsi rejoint Emmanuel Macron dans ce domaine, mais sans donner aucun détail, comme c’est son habitude. Elle a seulement dit, qu’il n’était pas question de faire concurrence à l’Otan. Je me demande bien comme cela peut fonctionner ! C’étaient plutôt des paroles pour amadouer le président français qui déplore avec raison le manque d’ardeur de la Chancelière quant à l’avenir de l’UE. Elle ne partage pas son avis sur la fiscalisation des géants du numérique. Il est pourtant prouvé, que ces grandes compagnies américaines nous mènent par le nez. Elle craint que des représailles allant dans ce sens, puisse déclencher de plus hautes taxes à l’importation des voitures allemandes aux USA. Une fois de plus c’est Donald Trump qui donne le ton, ce qui me dérange au plus haut point. Dans l’état, où nous sommes il faudrait foncer en avant, prendre des initiatives courageuses, mais nous assistons au contraire à une valse-hésitation, qui finalement n’est qu’un frein à toute envolée. J’aurais souhaité que Madame Merkel ait le même élan, que lorsqu’elle décida que l’Allemagne quitte le nucléaire ou lorsqu’elle fit passer l’éthique avant le pragmatisme en ce qui concerne le flux migratoire. Comme c’est son dernier mandat, elle n’a finalement plus rien à perdre. Il en va de son héritage, de sa position dans l’histoire. Mais sa nature s’oppose à toutes mesures pouvant faire ombrage. Ce qu’elle a vécu avec l’accueil des migrants, elle ne veut plus le supporter. Weiterlesen

Emmanuel Macron et Angela Merkel se sont rendus hier après-midi à Rethondes, dans la forêt de Compiègne, pour y commémorer la fin de la première guerre mondiale. Dans le wagon, où a été signé l’armistice (une réplique), ils ont écrit dans le livre d’or, les sentiments qui les animaient, avant de dévoiler une plaque, où était gravé en Allemand et Français un texte, qui avait pour but de faire comprendre aux visiteurs, que la haine entre les deux peuples a laissé place à l’amitié. C’était la première fois qu’un dirigeant allemand se rendit officiellement dans ce lieu historique. Cette visite a été sans aucun doutes un moment fort des innombrables cérémonies qui ont lieu ces jours-ci un peu partout, que soit à Verdun ou dans la Somme. La terrible guerre des tranchées a fait des millions de victimes et ceci pour faire en fin de compte du sur-place pendant près de quatre ans. Cela est pour moi le symbole de l’absurdité. C’est la raison pour laquelle il faut tout tenter pour sauvegarder la paix que nous connaissons en Europe depuis 73 ans. Mais il ne faut pas pour autant oublier le terrible conflit en ex-Yougoslavie ou ce qui se passe dans le Donbass, à l’Est de l’Ukraine, où il y a tous les jours des coups de mortiers ou l’annexion par les Russes de la Crimée. Il faut bien se mettre en tête qu’il faut lutter pour la paix, que ce n’est pas une évidence. Il faut avant tout éviter que la haine gagne les esprits des citoyens européens. Weiterlesen