Le 1er septembre auront lieu dans le Brandebourg et en Saxe des élections régionales. Les sondages prévoient que le parti d’extrême-droite, l’AfD, sera en tête. Ce parti est dans les nouveaux Länder dominé par l’aile droite, soit des proches de l’idéologie nazie. C’est un fait objectif, qu’il ne s’agit pas d’ignorer. Il est vrai que les partis traditionnels pourront éviter que les nostalgiques du 3ème Reich forment les deux gouvernements. Lorsqu’on essaie de mettre l’AfD dans le giron du NSDAP, il y a une vague d’indignation à la tête de ce parti, qui était au départ conservateur. Il a été formé par des transfuges du CDU, des professeurs anti-Euro, anti-Bruxelles. Mais ces vénérables personnes ont été dépassées sur la droite et ne supportent pas les coups de boutoirs que leur portent les extrémistes sous l’égide de Björn Höcke un historien originaire de Thuringe, qui prône la disparition du monument de l’holocauste à Berlin, qu’il qualifie de honte. Un antisémite notoire proche des négationnistes qui prétendent qu’Auschwitz a été un leurre, organisé par « la juiverie internationale », pour salir l’Allemagne. Comme on le voit il n’est pas possible de dissocier l’AfD du néonazisme, même s’il était injuste de considérer tous ses adhérents comme étant des chemises brunes. Ce qui se passe actuellement, est à mon avis une réplique des évènements qui ont amené Adolf Hitler au pouvoir. Le dit centre conservateur a joué à l’époque avec le feu. Un von Pappen ou un Hugenberg, le magnat de la presse pendant la République de Weimar, croyaient mettre le Führer dans leur poche en le faisant nommer Chancelier. Sous leur soit-disant honorabilité, ils sont devenus complices d’un des plus grands meurtriers de l’histoire. Lorsqu’ils se sont aperçus qu’ils avaient fait fausse route, il a été trop tard. Je crains qu’il se passe la même chose au sein de l’AfD.

Le 1er septembre pourrait bien être un Waterloo pour la démocratie en Allemagne. Même s’il sera possible de maintenir l’AfD dans l’opposition, ce virus empoisonnera de plus en plus les structures de la République Fédérale. Lorsqu’on compare les scores avec ceux des adeptes de Marine Le Pen, il faut reconnaître que le Mouvement National se trouve en tête. Mais il y a tout de même une différence de taille, c’est ce que je décris ici se passe en Allemagne, un pays qui a fait son mea culpa au sujet du génocide des Juifs ou d’autres minorités comme les roms ou les homosexuels et qui a déclaré haut et fort, que de tels crimes ne partiront plus jamais de la terre allemande. Comme nous le voyons aujourd’hui des vœux pieux. Ce qui m’inquiète, c’est que les opposants de l’AfD ne se remuent pas assez. Il y a certes une immense majorité qui rejette ce parti félon, mais c’est loin d’être assez. Je ne sais pas ce qui doit se passer encore afin qu’il y ait une révolte. Est-ce le matérialisme qui nous paralyse ? Je le pense en partie. Contrairement à la situation de 1933, la situation économique actuelle, même si elle est à la baisse, n’est pas comparable avec le chômage et le désarroi qui a permis la prise de pouvoir de Hitler. Il est malheureusement guère prévisible qu’il y ait un miracle le 1er septembre de cette année. Bien des Allemands auront un fichu blues ce dimanche soir et seront plus ou moins terrorisés comme le lapin, que le boa va avaler. Pas les meilleurs prémices pour faire de la résistance…

pm

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/08/15/l-allemagne-face-au-risque-d-une-terreur-brune_5499665_3232.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.