Lorsqu’on sait que le premier Boris Johnson n’a qu’une voix de majorité à Westminster certains espoirs sont encore permis pour empêcher un Brexit dur le 31 octobre. Il est déconcertant que pour faire une carrière, cet homme n’hésite pas à plonger des millions de ses compatriotes dans le besoin. C’est vraiment le comble de l’égoïsme. Il était dans ce cas-là normal que Jeremy Corbyn se lance dans la mêlée. Le leader du Labour ne peut que lancer une motion de censure. Le scénario prévoirait qu’en cas de victoire il organise séance-tenante de nouvelles élections et mette sur pied à nouveau un référendum au sujet die Brexit. « Notre priorité devrait être de travailler ensemble au Parlement pour empêcher une sortie sans accord douloureuse, qui empêcherait les électeurs d’avoir le dernier mot » a-t-il déclaré dans une lettre remise aux partis de l’opposition. Corbyn ne serait qu’un premier-ministre de transition s’il s’en tient à ce qu’il a déclaré. Dès la rentrée du parlement cette procédure sera mise en place. J’essaie de comprendre pourquoi Boris Johnson s’entête à tout prix à ne pas rechercher des alternatives à un divorce guider par la haine, qui à long terme serait plus que néfaste pour le Royaume Uni. Si il y avait un plus de raison chez ceux qui recherchent plus d’autonomie au sein du concert des nations, il serait très vite clair que de se lancer dans une telle aventure mènerait ce pays qu’au désastre, provoquerait peut-être même sa dissolution, si l’Écosse prenait du large. Comme tout le Brexit a été provoqué par une non-connaissance de la réalité, il est douteux qu’un référendum prenne la même tournure, que celui de 23 juin 2016. À l’époque Johnson et ses amis avaient bien évité de dire ce que le Brexit pouvait apporter comme désagréments pour tous ceux qui n’avaient pas comme lui un pécule.

Il s‘est avéré lors des négociations avec Bruxelles, que la complexité des problèmes à régler était telle, que toutes personnes raisonnables auraient pris le parti de revenir en arrière, de rendre caduque une décision qui n’était pas mûre et ne pouvait engendrer que des désagréments pour le peuple. Il est regrettable que Jeremy Corbyn n’ait pas pris bien plus tôt une telle décision, celle de s’engager à fond pour le maintien des Britanniques au sein de l’UE. Il savait évidement que beaucoup de travaillistes avaient voté pour le grand départ. Cette attitude clientéliste a été jusqu’à présent une tare, d’autant plus que les rats quittent en ce moment le bateau. Je veux parler des entreprises qui ont mis la clef sous le paillasson afin de trouver leur bonheur ailleurs. L’ouvrier ou le petit employé ne pourront évidement pas procéder de même. Ils seraient obligés d’avaler cette potion amère, ce qui pourrait représenter pour eux le chômage et la déchéance sociale que le Brexit engendra forcément. On ne peut qu’espérer qu’une majorité de parlementaires en prendront de la graine. Ce qui rend la politique souvent si périlleuse, c’est le fait que de reconnaître qu’on a fait fausse route, fait mal. Reconnaître son échec demande bien de la grandeur, ce qui devrait le cas pour les locataire de Downing Street. Au lieu de tirer des boulets rouges sur leurs adversaires, un Johnson devrait s’en remettre à nouveau au peuple, afin de trancher enfin les problèmes que le Brexit entraîne derrière lui.

pm

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/16/jeremy-corbyn-veut-annuler-le-brexit-en-prenant-la-place-de-boris-johnson_5499823_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.