On ne peut pas parler de déclin économique en République Fédérale, au contraire. Le boom économique est plus fort que jamais, malgré les tensions internationales. Les exportations au mois de novembre 2016 ont atteint un pic. Et le chômage est le plus bas depuis des années. Pour que cela dure, il faut inverser la courbe démographique. Bien des emplois ne peuvent pas être pourvus à cause du manque de personnel. Les naissances ne peuvent actuellement pas présager d’un avenir meilleur. D’où la recommandation des milieux économiques de faire appel à du personnel venant de l’extérieur. En 2015 et 2016, 1,1 millions de réfugiés sont venus en Allemagne et malgré cela la croissance était de 1,9% l’année dernière, soit un demi point de plus qu’en 2015 et ceci malgré les 20 milliards dépensés pour l’accueil des migrants. Dans le même temps, le ministère fédéral des finances enregistrait un excédent identique. Il est évident que ces investissements humanitaires ont contribué à l’essor du pays. La hausse des dépenses a fait un bond de 4,2%. Le nombre accru des habitants a créé un terrain propice à la consommation des ménages qui a augmenté de deux points, avec celle de l’État de 2,5%. L’impact des migrants sur la croissance enregistrée a été 0,3%. Lorsque ils seront intégrés elle pourrait être de 0,7%. C’est justement là que le plus gros effort devra être fait. Weiterlesen…

Que diront les rats de bénitiers après l’attaque d’une école du Nord de la Syrie qui a causé la mort de 22 enfants et de 6 enseignants ? Diront-ils que c’est regrettable mais qu’ils n’en ont rien à faire. Je veux parler des chrétiens qui se déclarent être des sympathisants du FN, ceux qui veulent soi-disant sauver nos valeurs. Des personnes allant régulièrement à l’église, mais voulant totalement ignorer ce que l’Évangile nous commande de faire : aimer autrui autant que soi-même. Essayez donc d’imaginer le calvaire de ces populations ? Cela gêne évidemment lorsqu’on a plutôt tendance à vouloir envoyer tous ceux qui nous dérangent au diable. C’est évidemment les étrangers dont il est question ! En pensant ce soir aux familles touchées par ce drame, je ne peux que saluer l’éthique d’Angela Merkel, qui ignorant les contraintes électorales, se doit comme chrétienne avant tout d’être charitable. J’en veux à tous ces pharisiens qui osent critiquer une attitude chrétienne. La parole du Christ est-elle mise en doute ? Ces gens me font honte ! Bien au chaud dans leur petit confort bourgeois, ils osent donner des leçons de civisme. Où est passé l’esprit de la Résistance, qui préconisait avant tout la solidarité ? Lorsque je vois à quel point l’esprit républicain est mis à mal, j’en ai la nausée. Inutile de d’afficher avec des cocardes tricolores, lorsqu’on ignore la Charte des droits de l’homme issue de la Révolution ! Encore plus de chanter la Marseillaise ! Et dire que la France était une terre d’accueil, un pays généreux pour qui l’aide était la chose la plus normale du monde. Mais ce n’est pas seulement un phénomène français. Où que l’on regarde en Europe, il y a de plus en plus de haine. Dans ce bourbier, je salue l’attitude généreuse du Pape François, qui condamne le manque d’humanité d’un grand nombre de soi-disant croyants. Lorsqu’on est confronté à la vague xénophobe de la Pologne, de la Hongrie ou ailleurs, il est permis de se demander ce qui a pu provoquer ce décalage entre l’écriture et les faits ? Est-ce la peur ? Est-ce l’égoïsme ? Weiterlesen…

Die Ausländerfeindlichkeit nimmt nach dem Brexit-Votum in Großbritannien drastisch zu.

Nationalstolz spielte im Kampf um den EU-Austritt eine große Rolle. Nach dem Votum werden etliche Briten rassistisch angegriffen oder beschimpft – oft sind Muslime die Zielscheibe. Nun herrschen Unsicherheit, Wut und die Suche nach der europäischen Identität.

Es sind die Tage nach dem Brexit-Votum. Eine indisch-stämmige Frau läuft durch Whitechapel, einen Stadtteil im Osten Londons. Als Kopftuchträgerin sticht die Britin in dem multikulturellen Bezirk keineswegs heraus.

Ein Mann läuft an ihr vorbei. „Verpiss dich aus meinem Land!“, ruft er ihr zu. Sie ist schockiert und weiß nicht, wie sie reagieren soll. Solch eine Beschimpfung, ausgerechnet hier, in Whitechapel, wo knapp 43 Prozent der Bewohner Muslime und etliche Nationalitäten vertreten sind.

Dann ist der Mann verschwunden – so beschreibt die Mittzwanzigerin den Vorfall. „Als ich darüber nachdachte, war ich unglaublich wütend.“

Die Polizei in Großbritannien verzeichnete allein in der zweiten Junihälfte 3.076 sogenannte Hassverbrechen, fremdenfeindliche Übergriffe, 42 Prozent mehr als im Jahr 2015.

Unter den Opfern waren etliche britische Muslime. Der Spruch „Hau ab nach Hause!“ kommt besonders oft vor, wie der britische Rat der Muslime beobachtet hat. In den Medien häufen sich Berichte über Demonstrationen vor Moscheen und Graffiti an deren Wänden.

Viele Engländer glauben offensichtlich, dass das Ergebnis des Brexit-Votums rassistische und feindliche Kommentare in gewisser Weise legitimiert. Ein gefährliches Pflaster!

Das Thema Zuwanderung war eines der wichtigsten Schlachtfelder, auf denen der Kampf um den EU-Austritt Großbritanniens ausgetragen wurde. Vor allem die Brexit-Befürworter nutzten provokative Aussagen, Plakate und Sprüche und setzten auf den Nationalstolz der Bevölkerung.

Das Brexit-Lager hat mit dem Zuwanderungsthema unter den Wählern Angst geschürt und somit Stimmen gesammelt“, sagt Pola Uddin, Muslimin und Mitglied des britischen Oberhauses.

Viele Muslime kämpften für Verbleib in der EU. Das nicht ohne Grund!

Der Mann, der die Frau auf der Straße in Whitechapel beschimpfte, hatte sich klar die Falsche ausgesucht. Die junge Aktivistin und Mitarbeiterin der Organisation Citizens UK wehrte sich. Sie ging zur Polizei, twitterte von ihrer Erfahrung, trat in den Medien auf, organisierte eine Kampagne gegen Hassverbrechen. Es ist wichtig, dass man sich empört, aus solchen Übergriffen einen Skandal macht. Die Öffentlichkeit muss wachgerüttelt werden!

An Beleidigungen und Witze wegen ihres Kopftuches, wegen ihrer Religion ist sie inzwischen gewöhnt. Aber dass jemand sagt, sie solle aus dem Land verschwinden – das ist schockierend!

Die Muslima hat wie viele andere für den Verbleib in der EU gestimmt. Einer Umfrage des ehemaligen konservativen Politikers Michael Ashcroft zufolge stimmten rund 70 Prozent der britischen Muslime gegen einen EU-Austritt.

L’Allemagne va dépenser jusqu’en 2020 93 milliards pour les migrants. C’est une somme énorme. Lorsqu’on sait qu’en 2015 un millions de réfugiés ont été accueillis, ce n’est guère étonnant. Mais à la longue ce ne sera pas possible. D’où la nécessité de freiner l’immigration, comme cela se passe actuellement. Une majorité de personnes sont favorables à cette aide humanitaire, mais des signes inquiétants se dessinent à l’horizon. De plus en plus de foyers sont incendiés. La ratonnade n’est pas non plus à exclure. De toutes parts des menaces, en particuliers pour tous ceux qui apportent leur soutien aux étrangers. L’AfD, d’après les derniers sondages, se situe à 15% des votes, si le Bundestag devait être renouvelé dimanche prochain. Une déferlante populiste risque d’entraîner le pays dans la haine. Le climat s’est malheureusement détérioré. Que faire ? Les autorités s’évertuent à intégrer le plus rapidement possible les immigrés. Tout d’abord il s’agit de promouvoir l’apprentissage de la langue, ce qui n’est pas une maigre affaire. Un grand nombre de volontaires donnent tout ce qu’ils peuvent. Mais il y a aussi l’insertion dans le monde du travail qui attire toute l’attention. Comme le chômage en Allemagne est au plus bas depuis des années, cela facilite évidemment les choses. Il ne faut pas oublier non plus que la démographie de ces prochaines années est en chute libre. Si on veut préserver la prospérité, il faut trouver de nouveaux employés. L’espoir persiste que bon nombre de migrants pourront compenser ces carences. Cela explique en partie aussi cet accueil considérable. Weiterlesen…

Qu’on le veuille ou pas, le nazisme colle encore toujours aux semelles des allemands. Une immense majorité le rejette aujourd’hui, mais doit constater que le souvenir ne peut pas s’effacer en 70 ans. Ce qui s’est passé au cours de la seconde guerre mondiale a été si atroce, que les descendants en ressentent encore une grande responsabilité. La mauvaise conscience est présente dans les esprits, même si les générations actuelles n’ont rien à voir avec les méfaits des hordes brunes. C’est la raison pour laquelle les attaques contre les lieux d’accueil des réfugiés sont perçues comme le relent d’un passé qu’on voudrait voir éradiqué pour toujours. C’est pourquoi il y a tant de citoyens qui sont prêts de recevoir les requérants d’asile afin que l’image de la République Fédérale ne se ternisse pas. Je salue cette attitude qui consiste à aller à contre-courant. Instinctivement l’option de la solution la plus facile aurait une certaine logique. Se barricader derrière des murs virtuels, fermer les yeux, se boucher les oreilles et évidement laisser place à une certaines violence. C’est justement ce que refusent tous ceux qui rejette l’extrémisme, sachant bien que le danger est là. Weiterlesen…

Enfin ! Elle en a mis du temps pour protester contre l’intolérance envers les réfugiés en Allemagne, Angela Merkel ! Son silence était pénible à supporter. Elle se rendra aujourd’hui à Heidenau en Saxe, où ont eu lieu des manifestations musclées néonazies en fin de semaine. Sans laisser un doute, la Chancelière a mis au pilori tous les individus qui exercent de la violence. Tant que les autorités n’apporteront pas de réponses au problèmes soulevés par une immigration massive, il est à craindre que la vague de fond populiste fera encore des ravages. Nous nous trouvons dans un climat de suspicion. Sigmar Gabriel, le ministre de l’économie et le chef du SPD a été menacé de mort après son passage dans la petite ville sise aux portes de Dresde. Le siège du parti a dû être évacué à cause d’une alerte à la bombe. Comme je l’ai déjà évoqué il y a peu, je prends ces événements très au sérieux. Sans un rebond d’une grande majorité de la société civile, les relents du passé se feront toujours plus sentir. Sans aller prétendre que l’histoire peut se répéter, je suis inquiet par la forme que prend le mouvement protestataire. Madame Merkel n’a pas, comme d’habitude, voulu jeter de l’huile dans le feu en réagissant trop vite, mais elle a dû reconnaître le danger auquel était soumis le régime démocratique. L‘ État doit rester fort, n’admettre aucune dérive d’où qu’elle vienne. Je suis rassuré que le gouvernement dans son ensemble a reconnu cette situation. Il y aura toujours des éléments perturbateurs qui feront régner la terreur. Weiterlesen…