La discussion autour de la prévention antiterroriste est un mauvais procès. Il est illusoire de croire qu’avec un État policier il sera possible de combattre le fanatisme islamiste, n’en déplaise à Marine Le Pen. La Russie, où la police et les services de renseignements sont omniprésents, n’a pas pu contrecarrer l’attentat de Saint-Pétersbourg. Comme Emmanuel Macron l’a dit, le risque zéro est une utopie. Nous devons malheureusement compter avec une multiplication de tels méfaits. Ce qui est perfide dans tout cela, c’est le fait que chaque individu est en mesure de prendre une arme et de passer à l’action sans qu’il soit nécessaire d’avoir une grande infrastructure. Tout ce déroulera encore plus individuellement, ce qui ne présage rien de bon pour l’avenir. Je veux prendre pour exemple les attaques perpétrées avec des camions. Cela est des plus efficaces et démontre notre totale impuissance. Nous ne pouvons pas interdire les poids-lourds, ou bien ? Chacun d’entre-nous, à condition de savoir les manœuvrer, peut se transformer en un terroriste sans qu’il y ait des doutes. Je pense néanmoins que le fait de renforcer les moyens de sécurité est une bonne option. Jusqu’à présent la plupart des criminels provenaient d’un milieu proche de l’islam. Mais il n’y a pas de raisons que cela dure. Il est évident que les communautés doivent être observées et qu’à la moindre alerte fondamentaliste, l’État prenne les mesures nécessaires. Mais là aussi il sera très difficile d’être vraiment efficace. L’augmentation des effectifs des policiers ne pourra pas être une assurance-vie, mais elle pourra atténuer certains pics de violence. Dans les circonstances actuelles je ne vois malheureusement pas de solutions miracles. Je suis sûr que les forces de l’ordre font leur maximum pour enrayer un temps soit peu les menaces, mais elles démontrent assez bien à quel point elles sont vulnérables. Weiterlesen…

Tout ce qui a un relent rappelant la fin de la République de Weimar et l’avènement du nazisme au pouvoir en 1933, suscite un sentiment d’impuissance. Les Allemands sont bien conscients qu’il en va plus que des élections normales. Il en va de l’Europe, de l’avenir des relations privilégiées entre les deux pays. Le discours « musclé » de Madame Le Pen butte sur du rejet, car il se base presque exclusivement sur le passé, sur un passé faits d’ombres et de douleurs. Si elle arrivait au pouvoir, ce serait le déni de tout ce qui a eu lieu jusqu’à présent, le retour à une époque glacière. Détruire au lieu de construire, c’est une attitude rejetée dans sa grande majorité par les Allemands. Le pendant du FN, le AfD, est en pleine crise actuellement. Frauke Petry, la femme qui dirige cette formation, ne se présentera pas comme tête de liste aux élections du Bundestag en septembre de cette année. Ce parti d’extrême-droite est en train de perdre des plumes. Il est difficile dans un tel contexte de dire où il va. Les observateurs peuvent s’imaginer qu’il se dirige encore plus à droite, pouvant ainsi servir de refuge aux néonazis. Ils ont l’impression que c’est aussi le cas du FN, mais avec plus de soutien au sein de la population. Ils se posent la question comment on pouvait arriver que cette formation devienne le premier parti de France? Comment se fait-il qu’une nation, où normalement il fait bon vivre, puisse tomber dans une telle dépression. Il y a certes des problèmes économiques, mais le niveau quotidien des ménages est encore élevé, à part tous ceux qui sont sans travail. Weiterlesen…

Il est étonnant que le débat sur BFM-TV et Cnews ait été malgré les onze candidats cohérent. Ils avaient un temps assez limité pour s’exprimer. La présence de ceux à qui les sondages n’accordent aucune chance, ont ravivé le dialogue. Lady first : Marine Le Pen a évoqué son programme, qui reste inamovible. Il en ressort la politique étouffante de l’isolationnisme qui n’apporte pas, comme je l’ai ressenti, de solutions d’avenir. Elle n’a ni parlé de la dette que la France doit rembourser, ni de l’essor économique qu’elle veut donner. Le tout sur la défensive, étayé sur des bases, qui son fausses, telles que celle de croire qu’un franc puisse nous aider. Il y eut des moments où elle fut agressive, comme ceux ou on lui reprocha de narguer la justice en ce qui concerne ses affaires. Elle essaya de nous faire comprendre qu’il était tout à fait légitime qu’avec de l’argent du parlement européen elle se donne les moyens de détruire l’UE. En se qui concerne les combines, François Fillon sembla être très las. Il exposa certes le principe de la présomption d’innocence, mais n’arriva pas à se départir du poids de ses affaires. Il sembla incarner le type-même de ceux qui ont profité de la fiabilité d’un système érodé. Il ne put tenir face par rapports aux attaques que lui ont prodigué les autres candidats. Beaucoup de lassitude ! Benoît Hamon a bien essayé de défendre ses vues, mais on les sentait sur un terrain perdu face à un Jean-Luc Mélenchon, souverain de lui-même. Malgré le refus de soutenir ses vues qui ne me semblent pas réalisables, je dois avouer qu’il y a bien des points que je pouvais suivre intellectuellement. Il était vraiment plaisant de l’entendre. Quant à Emmanuel Macron, je pense qu’il s’est bien sorti d’affaire, ce qui est aussi de l’avis de certains commentateurs. Ce n’était pas une mince affaire, parce qu’il était l’homme à abattre. Ses explications de texte ont été très claires. Je pense qu’il s’est déchargé du flou qu’on lui reprochait de toutes parts. Que ce soit la volonté de faire des économies pour réduire la dette ou sa conception de l’administration, où il ne veut pas remplacer près de 120000 postes lorsque ceux deviendront vacants à la prises de retraite. Weiterlesen…

Je suis le dernier à vouloir faire de la morale, sachant qu’un homme est très fragile lorsqu’il s’agit de tentation. Mais il y a aussi des limites qui mettent à l’épreuve mes bons sentiments s’il s’avérait exact ce que la justice est en train de rechercher et ce que le Canard Enchaîné révèle dans son édition de mercredi. Des perquisitions ont été effectuées à l’Assemblée nationale. Des factures signées par Penelope Fillon ont été trouvées. Jusque là rien de bien spécial. Mais pour les enquêteurs le doute plane qu’elles auraient pu être écrites après coup afin de donner un caractère plus légal en ce qui concerne le soi-disant travail fictif. Ce serait faire usage de faux. C’est une des raisons pour laquelle l’épouse du candidat du LR sera mise en examen elle aussi. Quant au doute du Canard Enchaîné il s’agit d’un deal qui aurait été passé entre la société-conseille de l’ancien premier-ministre et un homme d’affaires libanais, Fouad Makhzoumi, un négociant en pipelines, dont le but était de lui faire rencontrer Vladimir Poutine et son entourage en 2015. Pour ce gracieux service, François Fillon aurait encaissé 50.000 dollars. Comme on le voit cette journée est pleine de rebondissement. Le tableau ne serait pas complet s’il n’y avait pas l’affaire d’un bon père de famille. Je veux parler de l’ancien ministre de l’intérieur, Bruno Le Roux, qui a dû jeter l’éponge parce qu’il employait comme parlementaire un personnel extrêmement qualifié. Je veux parler de ses filles, tout d’abord lycéennes, ensuite étudiantes. Il est regrettable qu’il ne soit pas lui aussi candidat à le présidence. Weiterlesen…

Ouf, après trois heures quinze de débats, la confrontation des cinq meilleurs placés d’après les sondages dans la course à l’Élysée, se sont séparés. À part quelques poussées de fièvre entre Madame Le Pen et Monsieur Macron, une certaine monotonie s’en est dégagée. Les candidats avaient le devoir d’exposer en deux minutes tel ou tel sujet. Pas le temps de vraiment développer l’arrière-plan d’un programme, que chacun peut lire sur internet. TF1 a voulu passer tous les sujets au crible, ce qui à la fin a pris l’aspect d’un catalogue. À part les diatribes nationalistes de Marine Le Pen, j’avais de plus ou moins du mal à garder mon attention. Ce qu’on nous a servi était une sorte de cocktail, où les ingrédients donnés par les uns et les autres y figuraient. Certes, François Fillon a attaqué Angela Merkel au sujet de sa politique migratoire, qu’il a qualifiée comme étant inadmissible. La leader du FN s’est donnée cœur-joie de taper du sucre sur les étrangers. D’après ce qu’on peut en déduire, ce sont eux qui sont à l’origine de tous les maux qui frappent la nation. D’où sa volonté d’ériger des murs virtuels à la Trump, afin d’isoler ses chères compatriotes et de les protéger contre la très vorace UE, qu’elle veut quitter au plus vite. Elle prit toutes les occasions qui lui étaient offertes pour chanter louange de l’isolationnisme. Dans cette forme de débat, il n’a pas été possible de lui répliquer, d’où elle prendrait l’argent pour arriver à ses fins ? En entendant tout cela je suis resté sur ma faim. Il serait à mon avis plus convainquant d’organiser des joutes thématiques de plus courte durée. Je pense que l’électeur est en droit de savoir, ce que telle ou telle décision peut avoir comme impacte sur sa vie personnelle et celle de sa famille. Weiterlesen…

François Fillon met l’UDI dans l’embarras en maintenant sa candidature pour la présidentielle. Son ancrage à droite du parti LR ne présage rien de bon en ce qui concerne sa représentation au centre. Le spectre de Marine Le Pen a conduit cette formation à faire du clientélisme chez tous ceux qui menacent de faire le saut et s’allier au FN. C’est-ce qui a probablement amené la direction à se ranger derrière Fillon. Après la défection d’Alain Juppé, il ne lui restait rien d’autre à faire. L’ancien premier ministre a eu la lucidité de voir, où un engagement personnel pouvait mener. Il est humain qu’à son âge il ne veuille pas jouer au kamikaze. Puis il n’était pas sûr que s’il se lançait dans la bataille il pourrait ramener au bercail un résultat honorable au premier tour. Cela aurait été un sauve-qui-peut. Mais il est permis de se poser la question, si par fidélité à ses valeurs, il n’aurait pas dû sauter dans le brèche ? Ce qui se passe actuellement au LR reflète le malaise dans lequel il se trouve. Il provoque immanquablement une paralyse. Les dirigeants ont sûrement réfléchi par deux fois au sujet de l’attitude à adopter. Ils savent qu’avec le maintien à la candidature du gagnant de la primaire, ils se dirigent vers une Bérésina. Comment gagner le terrain perdu ? Cela semble être une opération des plus ardues. Seul l’intéressé lui-même aurait pu sortir ses amis de l’embarras en se retirant de lui-même, mais il ne l’a pas fait. Est-ce par orgueil ? Où parce qu’il ne se sent nullement responsable des faits qu’on lui reproche ? En principe j’aime assez les gens qui nagent à contre-courant, mais dans son cas je me demande pourquoi il prend le risque d’être nommé le fossoyeur de la droite modérée? Weiterlesen…

Et si François Fillon devait jeter l’éponge ? Il fait pour l’instant de la résistance et dit vouloir tenir jusqu’au bout malgré une mise à garde à vue probable. Il est soumis à des coups de boutoirs terribles de la part de ses amis politiques qui considèrent que sa détermination leur cause un tort irréparable. Il y a de plus de défections dans ses propres rangs. Avec le départ de son directeur de campagne, il serait normal qu’il réfléchisse à son avenir direct. Mais de plus en plus se dessine pour lui l’irrémédiable, c’est à dire sa démission. Un pas des plus douloureux mais nécessaire si on se place dans la logique électorale. Si cela devait arriver, Alain Juppé devrait se lancer dans le ring. Cela changerait toutes les donnes au niveau national. Fillon doit se contenter de 19% et se trouve à la troisième place au premier tour. Le PR serait ainsi éliminé. Avec Juppé il en serait autrement. Il se trouverait quasiment à égalité avec Emmanuel Macron. Les deux battraient Marine Le Pen. Mais comme tout se joue dans un mouchoir de poche, il est difficile de faire des pronostics exactes. Mais il y a un fait : « En marche ! » devrait mettre les bouchées doubles. Dans ce cas-là cela serait l’establishment contre la jeunesse. Il est indéniable qu’Alain Juppé aurait toutes les compétences. Tout d’abord une grande pratique sur le terrain, qui a été interrompue par l’affaire de la mairie de Paris. Lui non plus n’a pas une veste parfaitement immaculée. Mais il faudra compter sur lui. Weiterlesen…

La justice semble vouloir mettre François Fillon en examen à cause du Penelope-Gate. Elle ne fait que son travail. Lorsque le prévenu parle d’un assassinat politique, il la salit. Je peux comprendre sa colère, mais il ne peut que s’en prendre à lui-même. En voulant passer pour Monsieur Propre, il s’est mis dans une situation précaire à cause de son avidité. Lorsque nombre de Français ne savent pas comment boucler leurs fins de mois, un tel comportement ne peut pas susciter de la joie. Ce n’est pas en remettant en cause l’état-de-droit qu’il se forge une légitimité en ce qui concerne la présidence. La liberté de la justice fait partie intégrante de la démocratie. Même si ses décisions peuvent faire mal, il faut la respecter. Je peux bien comprendre son désarroi. Être attrapé ainsi la main dans le sac est douloureux. Mais il n’y a pas lieu de fustiger de telles actions en prétendant que les juges veulent influencer les élections. C’est le même langage que Marine Le Pen. Dans de telles conditions je me demande si son volontarisme de vouloir continuer sa campagne n’est pas un suicide ? Peut-être que je m’agripperais aussi, mais est-ce dans l’intérêt de la nation ? Ce qui est humainement compréhensible ne l’est pas forcément au niveau de la gouvernance d’un État. Le pardon en politique est une opération de longue haleine. Alain Juppé peut en dire un mot. Weiterlesen…