Jaber Albakr, un Syrien de 22 ans, le terroriste présumé de Chemnitz, a été arrêté à Leipzig grâce à des compatriotes qui l’ont livré à la police. C’est un épilogue heureux de ce qui aurait pu déclencher un drame à Berlin ou ailleurs. Un aéroport semble avoir été la cible de cet attentat manqué. D’après la télévision allemande, sa fuite lors de l’assaut de son appartement a été une bévue. Cela assombrit un peu l’euphorie des service secrets qui observaient cet homme depuis un mois. Sans l’aide de migrants, le tout aurait pu se terminer dans un bain de sang. Mais mon propos n’est pas de condamner qui que ce soit mais plutôt de réitérer ce que j’ai déjà écrit depuis longtemps. Comme l’a décrit le général Copel, que j’avais interviewé bien avant la chute du mur de Berlin, la guerre classique comme nous la connaissons, n’est plus d’actualité. Il n’est plus nécessaire d’envoyer des divisions de chars d’assaut, pour déstabiliser tout un pays. Un combattant solitaire, comme Jaber Albakr, peut causer un dommage considérable avec des moyens des plus limités. Il n’est même pas nécessaire d’avoir un état-major qui doive constamment planifier des attaques. Elles se déroulent d’elles-mêmes. C’est du point de vue stratégique d’une grande subtilité. La tactique consiste à manipuler des êtres instables et de les transformer en bombes à retardement. Ce qui se passe-là est psychologiquement efficace. C’est un lavage de cerveau systématique de jeunes déstabilisés à la recherche d’une identité. Ceux qui tirent les ficelles savent bien que seul la religion peut être la cause d’un tel fanatisme. Ce qui s’est passé en Saxe est un heureux concours de circonstances, mais ne nous leurrons pas : d’autres fanatiques suivront et pourront arriver à leurs fins. Le pire dans toute cette stratégie démoniaque est le fait qu’il est très difficile de dresser un profil général de ces individus. Comme ils agissent souvent en loup solitaire, ils ne se confient souvent pas à d’autres, n’ont pas de rapports à remettre à des supérieurs. Ils sont complètement indépendants, même si comme c’est la cas ici, des liens avec Deach peuvent être plausibles. Ce n’est pas forcément une obligation.

Weiterlesen…

Hier à Chemnitz, en Saxe, un appartement a été la cible d’une intervention policière. Le « Verfassungsschutz », le service de renseignement intérieur, était déjà depuis quelques semaines sur les traces d’un réfugié syrien, soupçonné d’avoir des rapports avec Deach. Dans son lieu d’habitation ils ont trouvé des explosifs destinés à un attentat. Il est question d’une attaque dans un aéroport. Jaber Albakr, 22 ans, est malheureusement en fuite et est recherché maintenant partout en Allemagne. D’autres personnes, par contre, ont été arrêtées dans la gare de cette ville. Des connaissances du principal suspect, mais dans l’état actuel de l’enquête la police ne sait pas encore jusqu’à quel point elles sont actives ou pas. Voilà pour les faits. C’est inquiétant, non seulement en ce qui concerne l’islamisme, mais aussi au sujet de la recrudescence de l’extrême-droite dans ce Land. La Saxe est particulièrement touchée par une vague brune des plus nauséabondes. À Dresde, chaque lundi, il y a rassemblement des anti-musulmans, composés de néo-nazis, de sympathisants de l’AfD, le nouveau parti populiste qui, s’il y avait votations fédérales, recueillerait plus de 14% des voix, tendance ascendante. Le Pegida propage des propos racistes et haineux, voudrait pendre, tout au moins symboliquement, Angela Merkel ou le président de la République, Joachim Gauck. Les Allemands se trouvent face à une vrai épidémie qui pourrait avoir des lendemains dangereux. Il est évident que toutes tentatives terroristes provenant de certains migrants, est de l’eau apportée au moulin des racistes. Ce qui est déconcertant dans un tel contexte, c’est de voir à quel point les partis démocratiques ont du mal à combattre ce phénomène. Ils me font penser à un lapin paralysé par la peur face à un serpent qui veut le dévorer. Il y a certes des manifestations contre cette montée subite de la droite musclée, mais elles sont parfois trop molles. Weiterlesen…

Il était prévu que j’écrive en ce tout début de l’année 2016 un message d’espoir. Sans vouloir ignorer les événements qui se sont déroulés ces derniers douze mois, je voulais en quelque sorte tourner la page. L’alerte islamiste qui a eu lieu quelques minutes avant minuit à Munich m’a remis en place. Non, les miracles n’auront pas lieu, tout au moins sous la forme que je souhaite. Le terrorisme s’enracine de plus en plus en Europe et ne peut être ignoré. Il change diamétralement notre manière de vivre en nous incitant à la méfiance. À l’heure où j’écris ces lignes, il est question d’un groupuscule de six personnes. Six individus qui pourraient mettre à feu et à sang toute une ville ! Il ne faut plus mettre en marche des armées entières pour nous paralyser. Deux gares ont été évacuées. Les quartiers avoisinants passés aux peigne fin. Ce qui devait être une fête, s’est transformé en morosité. Nous subissons un chantage qui devient de plus en plus insupportable. La preuve que Deach existe encore, malgré les défaites essuyées sur le terrain. Il est effectivement à craindre, que ses exactions se reportent de plus en plus dans la guérilla urbaine et ceci sous toutes latitudes. Comment réagir ? Théoriquement il ne faudrait rien changer à nos habitudes, fêter si on en a envie. Mais dans les faits cela n’est plus possible, car le spectre des attentats de Paris reste omniprésent. Nous allons fatalement nous barricader, réduire notre mobilité physique et mentale. Cela représente une baisse considérable de notre joie de vivre. Même si nous savons parfaitement qu’il ne faut pas se soumettre à ce chantage, il est impossible de l’ignorer. Weiterlesen…

Quel triomphe pour Vladimir Poutine ! Sans lui pas de solutions pour régler les conflits en Irak et en Syrie. La Russie prend soudain à nouveau du poil de la bête et peut s’imposer auprès des nations occidentales, qui à elles seules ne peuvent pas apporter de réponses, aux coups de boutoirs de l’État islamique. On ne va tout de même pas cracher, sur un des piliers majeurs de ce conflit. Représenté par un Président expansionniste, qui n’a pas hésité à annexer la Crimée ou d’apporter son soutien aux séparatistes ukrainiens. Pour monnayer sa participation, il réclamera l’abolition des sanctions économiques et forcera l’UE de se contredire. Je nommerais cela un numéro de haute-voltige dans le domaine politique. Il est gagnant sur tous les fronts, ce qui pourrait être gênant. Mais il veut encore plus : qu’on incluse Bachar al-Assad dans la lutte contre l’EI. Un homme qui n’hésite pas à faire massacrer ses concitoyens. Un criminel de guerre, qui devrait être au même titre que les djihadistes déférés au tribunal de la Haye. Et nous ? Que reste-t-il d’autre à faire que d’avaler de telles pilules ? Je comprends parfaitement le Président Hollande lorsqu’il appelle de ses vœux la création d’une coalition militaire plus efficace pour combattre la peste, qu’est le fondamentalisme meurtriers des terroristes islamistes. Il est vrai que sans une participation russe, ce serait difficile d’être vraiment efficace. Mais que faire si elle s’adresse plutôt contre des rebelles modérés ? Contre tous ceux qui remettent en question le pouvoir d’un démagogue, qui ne pense qu’à se tirer du bourbier qu’il a occasionné. Un être sans scrupules, pour qui la violence est nécessaire afin de ne pas sombrer. Weiterlesen…

Pour les Allemands il est très difficile de parler de guerre en ce qui concerne le terrorisme. Il y aurait beaucoup de citoyens qui préféreraient mettre ces violences au compte du droit pénal. Ne surtout pas trop politiser des agissements plus ou moins rationnels semble être la devise. Rien faire pour attiser un conflit qu’on voudrait limiter régionalement. Madame Merkel veut à tout prix éviter une escalade, une fois de plus elle désire temporiser. Mais une chose est sûre, elle ne pourra pas rester insensible à la demande de François Hollande se s’engager plus dans la lutte contre l’EI. Que fera-t-elle en sachant que beaucoup de ses compatriotes pensent que toutes répliques militaires ne serviraient à rien. Au contraire ! L’attitude des personnes concernées est encore imprégnée par la seconde guerre mondiale, où son pays, a sans vergogne manipulé des millions de personnes. La terre-brûlée s’en est suivie, ce qui est resté profondément ancré dans l’esprit des générations suivantes. Un sentiment de honte par rapport aux victimes. Je veux parler de tous ceux qui ont suivi le nazisme sans se poser de questions, qui ont bafoué les règles élémentaires de la démocratie. Plus aucune guerre ne doit partir du sol allemand. Une conviction que partage une majorité de gens. Cela veut-il dire de rester passif, de fermer les yeux ? Weiterlesen…

Le monde vit en état d’alerte. Bruxelles est paralysée. François Hollande est en train de forger une alliance armée contre le Deach. Une mobilisation générale peut en suivre. La peur s’instaure un peu partout. Une raison de réfléchir à ce qui peut amener des jeunes gens à se faire sauter ou tuer par des tireurs d’élite. Dans la plupart des cas se sont des jeunes gens pour qui l’avenir n’a pas d’issue. Il serait temps d’entrer un peu plus dans leur psychisme pour arriver à les comprendre mieux. L’argument du fanatisme est certes important, mais il intervient plus tard, comme celui de la manipulation. À la base il y a un profond désespoir, une frustration intense, le sentiment de ne pas pouvoir émerger au sein d’une société hostile. Pour arriver à envisager le suicide, il faut avoir un certain courage ou le sentiment que seule la mort est une option de délivrance. Il serait temps de réfléchir à ce qui peut amener un homme ou une femme dans une telle contrainte mentale, si on veut lutter plus efficacement contre la terreur. Je pars de l’avis que nous tous portons aussi une responsabilité. Ces attentats aveugles ne sont-ils pas le signe d’un désarroi, d’un mal-être ? Notre démocratie proclame l’égalité des chances, la tolérance ; ce qu’elle pratique est à des années lumières de cela Entre les vœux pieux et la réalité il y a un fossé qui devient de plus en plus profond. Lorsqu’il est question d’une société déchirée entre les nantis et les pauvres, c’est une réalité. Weiterlesen…

La peur est-elle bonne conseillère ? Ou faut-il être parfois plus inconscient ? Pour ma part je pencherais plutôt pour la deuxième alternative. Il est impossible de vivre constamment avec le sentiment d’avoir dans le dos une épée de Damoclès. C’est justement le sentiment que les terroristes du Deach veulent provoquer. Se calfeutrer chez soi, ne plus participer à la vie, craindre constamment que des terroristes peuvent vous attaquer, mènent à la psychose. Comme on le sait elle nous paralyse. Ceux qui ont de bonnes raisons d’avoir peur – elle est souvent un réflexe de survie – ne sont jamais sûrs que le sort, malgré toutes les précautions prises, ne les touche pas pour autant. Ce que nous vivons actuellement est un cheminement comparable à une personne ayant les yeux bandés. Nous ne pouvons pas voir les écueils, les pièges qui jalonnent notre route. Les attaques aveugles des fous de Dieu peuvent intervenir n’importe où et sans dates précises. Lorsqu’on réfléchit à cela, il faudrait nous terrer dans des forts, mais eux-aussi sont vulnérables comme l’a prouvé la ligne Maginot. Pour ses constructeurs elle était invincible. Les troupes allemandes en 1940 l’ont prise en assaut. En peu de jours son sort était réglé. La preuve qu’il est parfaitement utopique de se croire à l’abri derrière de hauts murs. Une autre association : la grande barrière qui doit être érigée entre le Mexique et les États-Unis n’arrêtera pas l’immigration illégale et le trafic de drogues. Une utopie proclamée par tous ceux qui préconisent la fermetures des frontières. Elle va plutôt au détriment de ceux qui se barricadent volontairement. Weiterlesen…

La realpolitik revient au pas de course après les attentats de Paris. Lutter contre l’EI sans la participation de la Russie de Vladimir Poutine n’est tout simplement pas possible. C’est la raison pourquoi le Président Hollande a dû faire volte-face et mettre ses ressentiments en sourdine. Pour rendre encore plus efficace les bombardements sur les positions de Deach, la France est obligée de coordonner ses attaques avec les USA et en fin de compte avec Moscou. Il est évidant que les moyens de l’armée française sont limités. Après l’engagement en Afrique, en Afghanistan, voilà la Syrie et l’Irak qui deviennent prioritaires. L‘ Europe n’a pas encore réalisé entièrement l’importance géopolitique de ce qui se passe au Proche et Moyen-Orient. Pour notre continent la guerre qui s’y déroule est bien plus significative pour notre stabilité que dans d’autres lieux dans ce monde. François Hollande a parfaitement raison lorsqu’il appelle à la raison. Personne ne peut dire que les événements actuels ne nous concernent pas, au contraire. Lorsqu’on nous attaque sur notre territoire, c’est un guerre. On a beau tourner autour du pot ! Il en va de notre manière de vivre, de concevoir la société. Je n’irai pas jusqu’à comparer la bataille de Poitiers en 732 aux événements actuels et le Président à Jacques Martel, mais la démarche n’est pas si différente. La campagne que mènent les fous de Dieu est avant tout stratégique. Il s’agit de nous déstabiliser et permettre ainsi aux minorités musulmanes qui habitent chez nous de gagner de l’influence. Aller prétendre que l’installation d’un califat est possible, tient du délire. Mais les coups de boutoirs que Deach nous assènent, auront des conséquences profondes sur notre société, si nous ne réagissons pas rapidement et ceci d’une manière impitoyable. Weiterlesen…