Les 6500 migrants de la jungle de Calais ne veulent pas quitter le camp. Cette nuit ils se sont opposés au transfert dans d’autres communes de France en lançant des pierres sur les forces de l’ordre. Elles se sont défendues avec des gaz lacrymogènes. Le but des réfugiés et de rejoindre la Grande Bretagne, mais ce dernier pays refuse de les accueillir. Seuls quelques mineurs ont eu des dérogations. Une situation bloquée. C’est ce qui rend le sort de ces gens-là aussi dramatique. Qu’ils le veuillent ou pas, ils devront rester dans l’hexagone tant que leurs cas ne seront pas statués. Il est probable qu’une partie d’entre-eux ne pourront pas rester, car d’une part ils tombent dans le cadre de la convention de Dublin, qui prescrit que tous migrants étant annoncés dans un autre pays, doit y retourner ; d’une autre que s’ils ne remplissent pas les conditions d’être réfugiés, ils seront expulsés dans leurs nations d’origine. Comme une partie d’entre-eux sont illégaux, ils savent parfaitement bien quel sort leur sera fait. Il est à mon avis tout à fait inconcevable qu’on ait pu accepter ce camp depuis des années. Cela démontre à quel point les autorités ont été laxistes. Contrairement à ce qui s’est passé en Allemagne, la France a été très restrictive et l’est encore en ce qui concerne l’accueil de ces malheureux. Il serait injuste de vouloir faire des comparaisons entre les deux pays. Ici le chômage sévit, la crise économique est loin d’être passée. Il y a encore en plus le problème des banlieues et de leurs millions d’habitants, qui malgré leur nationalité française ou leur présence depuis des décennies, ne sont pas vraiment intégrés. De la dynamite ! Weiterlesen…

Sans vouloir être trop alarmiste, je considère l’offensive de Marine Le Pen dans les cités comme une vraie menace. Ce serait une ironie du sort que le FN gagne des voix de citoyens issus de l’immigration. C’est absolument plausible ! Au lieu de voter pour la gauche, qui n’a pas réussi à « mettre de l’ordre » dans les banlieues, il serait tout fait concevable que ces personnes, qui ont en assez de subir la loi des voyous, se tournent vers elle en espérant qu’elle ait plus de poigne que le président Hollande. Il y a aussi un sentiment de raz-le-bol qui peut jouer un certain rôle, sans oublier un réflexe identitaire. Espèrent-ils ainsi s’intégrer plus dans un monde qui les rejette ? Est-ce un défi ? Aussi paradoxal que cela puisse paraître, je pense que le FN aura un succès partiel, ce qui pourrait placer Marine Le Pen en bonne position pour arriver au second tour. De son point de vue à elle, je n’agirais pas autrement. Ce qui se passe-là est plus qu’inquiétant. Cela me rappelle que bon nombre de Juifs ont voté en 1933 pour Hitler. Ce qui en est advenu est une discrimination sans égale dans l’histoire. Il serait impératif que la gauche se réveille enfin et plaide pour les droits de l’homme. Elle le fait, mais elle n’a pas réussi à désamorcer les bombes qui se trouvent en périphérie de nos villes. Il ne fait pas de doute qu’il est possible de parler d’échec. N’oublions pas que dans le Nord, des ouvriers et d’anciens syndicalistes ont permis au FN de se placer dans une position qu’il ne devrait pas avoir. Il n’était pas encore question des enfants des immigrés. Je considère cette initiative de Marine Le Pen comme étant d’un très grand danger. Elle démontre qu’elle est plus qu’habile. Les démocrates auront beau dire que ce n’est que de la tactique et du mensonge, de moins en moins de personnes écouteront ce message. Mettez-vous à leur place. Weiterlesen…

Pendant une journée, les étudiantes des sciences po ont eu l’occasion de porter le voile, afin de se rendre compte ce que cela pouvait représenter. Je suppose que dans la rue, elles ont vécu un certain recul. Y-aurait-il plutôt des raisons religieuses ou est-ce du domaine de la sociologie ? N’oublions pas que le port du voile était monnaie-courante il n’y a pas si longtemps que cela en Europe occidentale. Là aussi il était considéré comme un acte de soumission. Ce n’est qu’avec l’émancipation des femmes, qu’il a été relégué dans les armoires. De même dans certaines populations d’origine musulmane. Dans les années 60 et 70 il était rare de le voir dans les banlieues. Cela a changé ! Quelles en sont les raisons ? Lorsque les habitantes de souche étrangère se sont aperçues que l’égalité n’était qu’une expression vide de sens, elles se sont mises à se poser des questions sur leur identité. Comme on ne les a jamais prises pour des citoyennes à part entière, elles ont eu à cœur de marquer leurs différences. Pour un pays ou la laïcité est un dogme, c’était un affront que nous avons provoqué par notre manque de tolérance. Lorsqu’il y a débat à ce sujet, peu d’entre-nous veulent reconnaître que nous sommes les principaux responsables. Nous avons poussé des gens dans un conflit post-colonial. Pour marquer leur rejet d’une attitude discriminatoire, nombre de femmes ont pris le parti de marquer par leur aspect extérieur leur mécontentement. D’autres y ont été forcées par leurs machos de maris ou leurs proches. C’est là qu’il faut voir une différence. L’autre grand problème est le fait que notre société a galvaudé ses valeurs. Il faut se rendre à l’évidence que le matérialisme est du poison en ce qui concerne la morale, sans parler du capitalisme. Nous ne pouvons pas servir d’exemple, au contraire. Notre attitude provoque un radicalisme de plus en plus grand du fondamentalisme religieux. Weiterlesen…

La peur de l’islamisation de l’Europe est omniprésente chez bien des citoyens. Ceux-ci ne sont pas forcément d’extrême-droite, mais ne veulent pas qu’on touche à nos acquis. Ceux du siècle des lumières par exemple. Avec la montée du fondamentalisme en général – les chrétiens et les juifs sont aussi concernés – des restrictions concernant notre mode de vie libéral pourrait être menacé. Il est question de la tolérance. Elle implique que nous pratiquions aussi une ouverture d’esprit envers ceux qui la rejette en général. Que ce soit envers des milieux soi-disant religieux ou les agités fascistes qui hantent de plus en plus les rues. Il est difficile par exemple d’accepter que dans certaines banlieues les imams fassent la loi. Je les considère comme des citoyens à part égale, qui vivent parmi nous. Il va de soi qu’ils ont des droits et des devoirs comme tout le monde. Qu’ils doivent respecter l’ordre établi depuis la Révolution, devrait être normal. À nous aussi d’accepter leur particularisme et de leur donner les moyens de vénérer Allah d’une manière décente. Le titre donné à cet article est provocateur, car les minarets n’existent presque nulle part. Les croyants doivent se réfugier souvent dans des caves ou prier le vendredi par exemple à ciel ouvert. J’y vois une entrave à la liberté de pensée et de croyance. Weiterlesen…

Lorsque Manuel Valls, a parlé sous le coup des attentats du 11 janvier de « l’apartheid territorial, social, ethnique qui s’est imposé à notre pays », dénonçant « la relégation périurbaine, les ghettos », il ne pouvait pas savoir que le FN serait probablement le premier parti de France lors des cantonales. Comme on le sait ses électeurs sont hostiles à toutes mesures pouvant assainir la situation dans les banlieues. Si on leur pose la question de savoir ce qu’ils envisageraient pour désamorcer les tensions, ils répondraient probablement qu’il faut dynamiter les cités et les personnes qui y vivent. On en est là ! Dans de telles conditions le premier ministre avait intérêt à ne pas trop faire d’activisme en ce qui concerne les réformes à apporter. Elles sont franchement timides, d’autant plus qu’il n’y a pas d’argent pour les mettre en route. Toutes décisions prônant des restructurations sont donc loin d’être populaires. Weiterlesen…