Pour un viol d’une gosse de 11 ans commis en 2009, un homme de 30 ans a été acquitté par une cour d’assise en Seine-et-Marne. Son méfait ne serait pas caractérisé, d’après les juges. Il n’y aurait pas eu traces de violence sur son corps. D’après l’accusé la fille aurait menti en lui indiquant qu’elle allait bientôt avoir 15 ans. Les parents ont découvert que leur enfant était enceinte. Leur petit-fils a maintenant 7 ans et a été placé dans une famille d’accueil. Je ne sais pas trop quoi dire après avoir lu cet article sur le site internet du « Nouvel Observateur ». La personne incriminée avait 22 ans à l’époque de ces faits. Il se peut bien que la fille faisait plus âgée qu’elle était en réalité. Mais 14 ans, comme elle l’avait indiqué, est bien jeune. Il faut être assez naïf de se laisser entraîner ainsi pour assouvir ses envies. Dans les temps qui courent, où il est question constamment d’abus sexuels, cet arrêt de justice est hors-normes. D’un côté je trouve bien que le tribunal ne s’est pas laissé influencer par l’atmosphère générale, de l’autre cela me gêne qu’il s’en sorte ainsi. L’avocat général avait requis 8 ans de prison et après la peine, un suivi socio-judiciaire. J’aurais dans ce cas-là plaidé pour une peine plus légère, mais je ne l’aurais pas acquitté pour autant, car cet arrêt aurait dû être à mes yeux un avertissement aux jeunes d’être plus prudents. Weiterlesen…

Il n’y a pas un jour, où les médias ne relatent pas une affaire de harcèlement sexuel. Maintenant c’est au tour du professeur Tariq Ramadan de l’université d’Oxford, un spécialiste assez contesté de l’islam, d’être accusé. On lui a fait le reproche de confondre la foi avec la politique. Mais n’oublions pas qu’il a été un conseiller en la matière de Tony Blair, lorsque ce dernier était chef du gouvernement britannique. C’est Henda Ayari, une ex-salafiste, aujourd’hui écrivaine laïque, qui après bien des hésitations, a déclaré qu’elle avait subi des violences sexuelles et qu’elle avait été violée par le petit-fils du fondateur des « Frères musulmans » en 2012. Elle a déposé plainte auprès du parquet de Rouen. Je ne vais pas entrer en la matière dans ce cas bien précis, car c’est à la justice de faire les recherches et tant qu’il n’y a pas jugement, il y a présomption d’innocence. Pour que cela soit bien clair, je condamne toutes atteintes à l’intégrité des femmes, je rejette tous attouchements sans un consentement mutuel. Mais malgré tout j’ai, je dois l’avouer, un arrière-goût désagréable devant ce raz-de-marée de méfaits graves, qui doivent être punis sévèrement par la loi, s’il y a abus. Mais est-ce vraiment toujours le cas ? Il en est de même des attaques sexuelles contre les enfants. Dans certaines affaires, comme je l’avais toujours à nouveau relaté, les faits ne se sont pas révélés exacts. J’essaie de me mettre à la place d’un homme qu’on accuse de tels abus. Il est évident qu’il est très difficile de se défendre, car l’opinion prend souvent le parti des victimes potentielles. Lorsque il est prouvé qu’il y a eu une action criminelle, je salue cette attitude. Bien moins les partis-pris qui ressemblent souvent à des vengeances. C’est la raison pour laquelle je revendique une stricte neutralité de la part des enquêteurs. Weiterlesen…