L’atome a connu une croissance six fois moins importante que le duo éolien-solaire l’année dernière. Je trouve que c’est une bonne nouvelle. Mais cela démontre aussi quel chemin devra faire la France, où l’énergie nucléaire couvre encore le 75% de nos besoins électriques. L’urgence de faire baisser ce taux si élevé se traduit par l’arrêt des réacteurs de la centrale de Belleville-sur-Loire dans le Cher. Cela s’est passé peu de temps après l’annonce des défaillances de l‘usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire). De telles nouvelles continueront à nous inquiéter car le parc des centrales prend un coup de vieux. Je pense que Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, devra prendre des mesures draconiennes. Ce qui est valable pour une voiture, devrait l’être aussi dans ce domaine. Ce n’est pas sans raison qu’une scientifique comme Angela Merkel avait décidé après la catastrophe de Fukushima de quitter le nucléaire, une décision unilatérale qui a permis à l’Allemagne de développer d’une manière non négligeable les énergies renouvelables. Les habitants en France croient encore aujourd’hui que les centrales atomiques leur garantissent un courant relativement bon marché. Il leur est difficile de comprendre que la technologie peut aussi être vulnérable. Ce qui les a amené à gaspiller leurs besoins. Ils croient encore ne pas avoir besoin de faire des économies dans la matière. Le pays est en retard en ce qui concerne l’isolement des immeubles et des pavillons privés. Il y a urgence de mettre de tels projets en route. Cela concerne aussi l’élaboration de produits light dans le parc des appareils électro-ménagés. Weiterlesen…