L’Assemblée Nationale a interdit symboliquement l’utilisation de la fessée comme moyen éducatif. Mais qui sera attrapé sur les faits, ne sera pas poursuivi. Je dois dire que je ne comprends pas tout à fait cette mesure d’apaisement. Pourquoi de tels parents ne seraient-ils pas poursuivis par la loi comme les voleurs à l’étale ? Une fois de plus l’État ne veut pas donner l’impression de s’insérer dans la vie intime des familles. Une vrai plaisanterie ? On a le droit de s’attaquer à un enfant, tout simplement parce que depuis la nuit des temps cela a été ainsi. La ministre de la santé, Agnès Buzyn a donné des chiffres déconcertants à ce sujet. En 2017 il y a eu 47.745 enfants victimes de violences, de mauvais traitements et d’abandon. Entre 2010 et 2016 il y a eu 363 décès recensés, soit une moyenne de 72 morts par an. Et ceci n’est probablement qu’une partie de ce qui se passe vraiment. Quel est le petit ou la petite qui ira dénoncer ses parents ? Et en ce qui concerne les meurtres, il y en a sûrement beaucoup qui passe sous le bilan des accidents domestiques ou autres. Mais ces chiffes effrayants devraient nous faire réfléchir. J’approuve entièrement Madame Buzyn lorsqu’elle affirme que la violence n’est pas un moyen éducatif. Pour ma part je n’ai qu’une seule fois perdu les nerfs et ait donné une fessée à ma fille, ce que je regrette encore aujourd’hui. La vrai raison de tels méfaits, c’est que les adultes perdent souvent pied lorsque l’enfant les provoque ou que les bébés pleurent sans arrêt. Certains adultes sont enclin à les prendre et à les secouer. Beaucoup de nouveaux-nés meurent ainsi. Le diagnostique est souvent celui d’une mort subite. Ces derniers temps cela change, car la presse entre dans les détails et décrit ce qu’il en est vraiment. Weiterlesen

Mettre des Islamistes dans une même prison, n’est vraiment pas la meilleure solution. Leurs liens occultes sont une réalité, même s’ils agissent souvent en solitaires. Dans un tel cas l’isolation est la meilleure option, même si elle peut paraître inhumaine. L‘ État a le devoir de prévenir les dangers, non pas de les favoriser. Mais ne nous faisons pas d’illusions, ce n’est pas par la répression que nous seront capables d’enrayer une telle épidémie de violence. Les attentats de ces derniers temps ont révélé que les terroristes n’ont pas forcément tous un casier judiciaire entaché. Les services savaient qu’ils étaient plus ou moins lié à des mouvances extrémistes de l’Islam, mais à part ça il n’y avait pas grand chose à leur reprocher. Lorsque les meurtriers restent cachés dans l’ombre, la machine policière est vulnérable. C’est d’autant plus inquiétant qu’ils n’ont pas de scrupules à tuer un grand nombre d’innocents. Que pouvons nous faire ? Je pense qu’il serait indispensable que l’école apporte plus de connaissances en ce qui concerne la religion et la manière de vivre. Les relations avec les parents devraient être approfondies. C’est ce que fait ma nièce en leur rendant en temps que prof des visites régulières. Weiterlesen