C’est le ministre de la justice, Jeff Sessions, qui a annoncé la fin du programme DACA qui permettait à des enfants d’immigrés mineurs d’avoir un permis de séjour temporaire afin de pouvoir étudier et travailler. Ceci à condition d’avoir un casier judiciaire vierge. C’est Barak Obama, qui a en 2012 a instauré cette loi pour des raisons humanitaires. Beaucoup d’élus républicains voudraient garder le statut actuel. Il est loin d’être dit que cette initiative de chasser les « Dreamers » trouve une majorité dans les deux chambres du congrès. Donald Trump s’est bien gardé d’annoncer lui-même cette mesure inhumaine, car elle lui!brise le cœur ». Mais ce qui se passe là n’est pas seulement « un fait américain ». En Allemagne il y a aujourd’hui des cas similaires. Afin d’enrayer le flux migratoire, le gouvernement fédéral a décidé de faire la différence entre des pays dits sûrs et d’autres où les droits de l’homme sont bafoués, que ce soit par les autorités régnantes ou des mouvements insurrectionnels. Aussi étrange que cela puisse paraître, l’Afghanistan figure comme les pays du Maghreb, sur la liste des nations dites sûres. C’est évidemment une aberration. En ce qui concerne les pays de l’Europe de l’Est qui ne sont pas membres de l’UE, les cas sont plus délicats. Bien des Roms ont dû quitter leur patrie, car ils étaient soumis à une discrimination terrible. Ils étaient écartés définitivement de la vie publique et vivaient comme des parias. Beaucoup d’entre-eux se sont établis « sans papiers » en Allemagne. Depuis des décennies ils ont été pour ainsi dire tolérés. Beaucoup d’enfants sont nés au cours de cet exil, dicté par une situation inhumaine dans leurs régions d’origine. La plupart d’entre-eux ont été à l’école, ont pu faire un apprentissage ou aller à l’université. Depuis peu ces personnes, qui parlent couramment la langue de Goethe et qui sont parfaitement intégrées, sont forcées du jour au lendemain de quitter l’Allemagne. Weiterlesen…

Parler des droits de l’homme et discriminer les roms, c’est une antithèse. Ce qui se passe à leur sujet en France est déplorable. Il y a deux ans j’ai assisté à une évacuation d’un camp. Le langage employé par les forces de l’ordre était plus que rude. Tutoyer hommes et femmes pour leur montrer du mépris, les accuser de tous les maux ! Non je n’accepte pas cette manière de faire. Ils ne sont pas sur les routes par plaisir. Ce peuple a subi les pires diffamations partout où ils passent. Dans leurs pays d’origines les porcs sont mieux traités ! Et ceci au sein de l’UE ! Les accuser d’emblée d’être des voleurs, de cambrioler des maisons ou d’être des faux-culs, voilà comment les bons bourgeois agissent. Ce ne sont de loin pas que des Le Pénistes qui s’expriment ainsi. Que ce soit les juifs ou les roms, de quel droit agissons-nous ainsi ? Il y a des mots qui tuent, cela devrait entrer dans nos esprits. Déloger des personnes d’un lieu où ils ne devraient pas être est certes légitime, mais il faut dans le même temps leur offrir des alternatives. Je salue que le commissaire chargé des droits de l’homme au Conseil de l’Europe est adressé une missive à Bernard Cazeneuve, le ministre de l’intérieur. Un socialiste qui devrait au contraire tout faire pour que les roms vivent dans des conditions dignes de la République. Il est certes difficile de vouloir accueillir tout le monde, mais il serait temps de traiter d’une manière digne tous ceux qui viennent d’ailleurs. Dans ce sens, je préfère l’attitude de Madame Merkel face aux migrants que l’ostracisme pratiqué de part et d’autre. Vouloir boucler les frontières, comme les pays émules de Viktor Orbán, le démocrate plus ou moins fascisant de la Hongrie, est inadmissible. Lui aussi considère les roms comme de la vermine et les traite en conséquence. Weiterlesen…

Qui pourra demander le doit d’asile ou pas ? En Allemagne il est question de renvoyer tous ceux qui viennent des Balkans, comme les Kosovars ou les Albanais. Il en est de même des Roms. Souvent des décisions très dures à prendre, vu l’aspect social des personnes concernées. Il est vrai que dans la plupart des cas, il n’y a pas de répression politique dans ces pays. Mais est-il admissible que de soi-disant Bohémiens soient traités comme des êtres inférieurs ? La plupart n’ont pas accès aux études. Il y a constamment à nouveau des ratonnades. Une attitude pas si différente que celle des années 30 avec la discrimination des juifs dans le Reich. Ceux qui à l’époque prenaient le large étaient considérés comme des réfugiés. Ceci même avant la nuit de cristal en 1938. Il est insupportable que les instances responsables de l’Europe ferment les yeux sur de tels méfaits. Je comprends parfaitement que les Allemands craignent le trop-plein, mais les arguments tentant à dépolitiser une situation qui en est une, me paraît inacceptable. Il ne s’agit pas seulement de cas sociaux. Le racisme est à mes yeux une raison suffisante pour quitter son pays, et ceci même si c’étaient des cas isolés. Ce n’est pas le cas ! Que faire ? Le seul moyen est de couper les vivres des pays qui ne se conforment pas aux droits de l’homme, d’exclure au pire certains membres de l’UE. L‘ Europe ne pourra que vivre en paix, tant que les valeurs morales élémentaires seront respectées. Seul le business semble être la clef de voûte pour certains. Si c’était le cas, ce serait la négation absolue d’un acte de solidarité, qui a permis à l’Europe de vivre en paix, tout au moyen à l’Ouest, depuis 70 ans. Weiterlesen…