Que ce soient les médecins ou le personnel soignant, pour beaucoup d’entre-eux la décision a été prise de critiquer les institutions, où ils travaillent sur Twitter. Ils semblent considérer cette action comme étant nécessaire pour faire comprendre au grand public, ce qui ne va pas dans le domaine de la santé publique. Il faut dire aux contribuables que de faire des économies, lorsque il s’agit de la vie ou de la mort, n’est pas très rassurant. Peut-être est-ce le bon moyen d’ameuter les gens, afin qu’ils fassent pression sur les autorités, pour qu’elles prennent tout au moins en compte les problèmes les plus urgents. Cela me semble être une bonne méthode, de contribuer à rendre conscients les politiciens qu’ils ont charge d’âme. J’ai écrit il y a quelques jours un article sur un chirurgien d’un hôpital de Grenoble, qui s’était suicidé. Peut-être s’il avait pu relater ce qui l’angoissait à ce point, il aurait pu éviter ce geste ultime. Les annonces sur Twitter touchent tous les domaines, que ce soient des carences dans l’équipement, du harcèlement psychologique, des conditions de travail, qui il est vrai, sont souvent inhumaines. Bref tout ce qui a de l’importance sur le bon suivi d’une thérapie. On dira peut-être que c’est une action coup de poing, mais je préfère cela à ce qu’on taise ce qui se passe vraiment de part et d’autre. Il serait aussi bon d’avoir l’avis des patients. Les exemples que j’ai lu se concentraient seulement sur le point de vue des professionnels. Weiterlesen

Même s’il est possible de réduire le déficit de la sécurité sociale de 3 milliards en 2018, le problème de l’explosion des coûts dans le domaine de la santé ne pourra pas à la longue être réduit, à moins de revoir complètement la copie. Une situation identique partout en Europe, où les personnes du 3ême âge vivent de plus en plus longtemps. Comme faisant partie de cette génération, je ne peux que saluer les progrès faits par la médecine. Mais pour que tout ne s’effondre pas, il faut à tout prix mettre en priorité tout ce qui touche la prévention. Il serait souhaitable que des contrôles réguliers soient effectués avant que les gens soient vraiment malades. Donc agir en amont, ne pas attendre l’urgence. Il serait important que les informations glanées au cours de ces recherches puissent à tous moments être disponibles pour d’autres praticiens, ce qui ne serait pas évident du point de vue juridique. Ce serait une porte ouverte à une transparence qui pourrait blesser la sphère privée de chacun d’entre nous. Mais comment régler cette question autrement. Je pense que ce manque de communication coûte des milliards chaque année. Il est très souvent le cas, que des analyses identiques se fassent sans priorité absolue. Ce n’est souvent que du business. Il serait indispensable de suivre les patients de la petite enfance à un âge avancé. Au cours de ce cheminement des mesures préventives pourraient être prises, le cas échéent imposées. Le but serait de maintenir les gens le plus longtemps possible dans un état de santé satisfaisant, ce qui pourrait réduire des séjours prolongés à l’hôpital. La stratégie serait la suivante : il faut que les patients restent le plus longtemps indépendants et ne soient pas obligés d’aller dans des EMS qui coûtent des fortunes. Pour éviter tout cela il faudrait faire encore de plus grands efforts dans le domaines des soins à domicile. Weiterlesen

Marisol Touraine, la ministre de la santé, a présenté un plan d’économies concernant les hôpitaux. Plus de 3 milliards jusqu’en 2017. La masse salariale est chiffrée à 860 millions d’euros, cela correspond à 22.000 postes en moins, soit une réduction de 2% des effectifs actuels. Pour obtenir la somme souhaitée, il est prévu de mettre en place une meilleure coordination entre les établissements, de centraliser les achats pour obtenir des prix plus avantageux et d’encourager la chirurgie ambulatoire. Ce dernier poste permettrait à lui seul de réduire les coûts de 400 millions. Weiterlesen