Que ce soient les médecins ou le personnel soignant, pour beaucoup d’entre-eux la décision a été prise de critiquer les institutions, où ils travaillent sur Twitter. Ils semblent considérer cette action comme étant nécessaire pour faire comprendre au grand public, ce qui ne va pas dans le domaine de la santé publique. Il faut dire aux contribuables que de faire des économies, lorsque il s’agit de la vie ou de la mort, n’est pas très rassurant. Peut-être est-ce le bon moyen d’ameuter les gens, afin qu’ils fassent pression sur les autorités, pour qu’elles prennent tout au moins en compte les problèmes les plus urgents. Cela me semble être une bonne méthode, de contribuer à rendre conscients les politiciens qu’ils ont charge d’âme. J’ai écrit il y a quelques jours un article sur un chirurgien d’un hôpital de Grenoble, qui s’était suicidé. Peut-être s’il avait pu relater ce qui l’angoissait à ce point, il aurait pu éviter ce geste ultime. Les annonces sur Twitter touchent tous les domaines, que ce soient des carences dans l’équipement, du harcèlement psychologique, des conditions de travail, qui il est vrai, sont souvent inhumaines. Bref tout ce qui a de l’importance sur le bon suivi d’une thérapie. On dira peut-être que c’est une action coup de poing, mais je préfère cela à ce qu’on taise ce qui se passe vraiment de part et d’autre. Il serait aussi bon d’avoir l’avis des patients. Les exemples que j’ai lu se concentraient seulement sur le point de vue des professionnels.

Mais il y a aussi un danger, il faut le reconnaître. Quand je lis sur internet les louanges ou les critiques concernant tel ou tel praticien, je me demande s’il est vraiment possible de tabler trop son avis sur de tels propos ? Une fois de plus il est question de perfection. Nous tous pouvons avoir un mauvais jour, ne nous pas sentir bien. Parfois je trouve cruel que cela se passe ainsi. Mais d’un autre côté le but des plate-formes sociales est de mettre d’une manière peu conventionnelle le public au courant. Avant d’émettre une opinion, j’encourage tous ceux qui veulent écrire une critique, de bien réfléchir avant de la poster. Il ne faut pas oublier qu’on peut ainsi ruiner des existences. C’est à dire que tous portent une certaine responsabilité en ce qui concerne leurs propos. Je trouve assez impressionnant, que ce soient les professionnels eux-mêmes qui aillent le courage de publier leurs états d’âme. Ils risquent assez gros, mais n’hésitent pas, quand tous les moyens ont été tentés, pour faire comprendre aux responsables, que cela ne peut pas durer plus longtemps. La politique de la sourde-oreille est coutumière dans de tels cas. Il n’y a probablement pas d’autres moyens de protester. Je considère cela comme une action citoyenne que je trouve excellente. C’est exactement ce que je préconise en parlant de l’engagement de nous tous dans tout ce qui concerne la société. Je serais évidemment intéresser de connaître quelle impacte a eu telle ou telle annonce sur Twitter. Si cela pouvait se faire, il serait possible de savoir combien d’internautes ont répondu à de telles missives. Mais j’aimerais aussi savoir, si des résultats positifs ont été constatés. Si oui, ce serait un moyen de combattre avec efficacité l’immobilisme.

pm

https://www.nouvelobs.com/sante/20180123.OBS1108/balance-ton-hosto-sur-twitter-les-soignants-denoncent-leurs-conditions-de-travail.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.