La démocratie se trouve renforcée après le scrutin de hier. Les Européens se sont déclarés pour plus de diversité. Parfois pas dans le sens que je souhaite comme en Italie, en Hongrie ou en France, ce qui me donne de quoi réfléchir. S’il en est ainsi, il faudra que la droite modérée, le centre et la gauche démocratique se posent la question comment il a été possible d’en arriver là, et ceci sans polémique. Il est inutile de casser du sucre sur les chantres du nationalisme, des anti-UE, mais plutôt de les contrer par des faits. Je pense que le nouveau parlement européen a les armes de le faire. Il y aura automatiquement plus de débats, que se soit à Strasbourg ou à Bruxelles, plus de controverses, ce qui n’est pas une mauvaise affaire. Il faudra tout d’abord trouver une coalition, car aucune des formations qui siégeront à l’avenir dans l’hémicycle a une majorité. La coalition entre les chrétiens-démocrates et les socialistes ne pourra pas être reconduite. Il faudra trouver d’autres alliés, que ce soient les verts ou les libéraux. Il est exact que je m’oppose aux populistes – je trouve cette dénomination pas injurieuse loin s’en faut -, mais j’aimerais employer plutôt des arguments politiques au lieu de me lancer dans des diatribes qui en fin de compte ne servent à rien. La première consiste à dire haut et fort, que de faire cavalier-seul comme le préconisent les partis d’extrême-droites, ne ferait qu’affaiblir les pays concernés. Que seule l’union fait la force. Il serait aussi souhaitable que le peuple se rende compte des enjeux internationaux. Nous ne sommes pas entourés par des gouvernements qui ont un amour immodéré pour l’Europe, au contraire. Des régimes qui voudraient nous affaiblir pour faire de nous des vassaux.

C’est la raison pour laquelle je condamne toutes ingérences de ces pays dans nos affaires. De même tous ceux qui ne trouvent rien de mieux que de se laisser embringuer dans leurs politiques et qui leurs servent de portes d’eau. Il sera du devoir de la nouvelle commission de combattre toutes tentatives de « pénétration » ! Les prémices sont bonnes, afin que la démocratie au niveau de l’UE se développe. Lorsqu’il n’y a pas de majorité absolue au sein d’un parlement, les conditions sont réunies pour approfondir les sujets qui nous concernent. Il s’agira avant tout de mettre en chantier un système, où chaque citoyen aura la possibilité de se faire entendre, où il pourra d’une manière active participer à la construction européenne. Je pense, lorsque je vois le nouveau rapport de force, qu’il ne sera plus possible de prendre des décisions unilatérales, qu’il faudra mieux vendre l’Europe à tous les niveaux en mettant en marche des projets concrets, en ne se fourvoyant pas dans la dialectique. Je pense qu’il serait plus qu’urgent de prendre à bras-le-corps la question du réchauffement climatique, de mettre au plus vite en pratique, ce que les scientifiques nous demandent de faire. De tenir ainsi en compte plus efficacement que dans le passé, des aspirations des jeunes, d’entendre leur voix, car c’est d’eux qu’il s’agit, aussi dans le domaine social. Ce serait aussi l’occasion d’aborder l’avenir pas dans des positions de repli, ce qui est à mon avis la fausse route. Ce n’est pas en se barricadant qu’il sera possible de gérer l’avenir. C’est la réponse que j’aimerais apporter aux nationalistes ! Mais serais-je écouté ?

pm

https://www.lemonde.fr/international/live/2019/05/26/elections-europeennes-2019-suivez-la-soiree-electorale-en-direct_5467528_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.