Le journaliste Jamal Khashoggi a été, d’après la journal turc « Yeni Safak », torturé et décapité. Des membres directs de l’entourage du prince héritier, parmi eux le général Assiri, un de ses conseillers était aussi sur place, lorsque un médecin légiste, Salah al-Tubaigy, dépeça la victime, qui était encore vivante. Il lui coupa les doigts, le reste on peut se l’imaginer. « Quand je fais ce travail, j’écoute de la musique. Vous devriez le faire aussi. » Les 15 assassins semblent avoir été directement mandatés par les autorités de Riad. Tour cela met dans l’embarras Donald Trump, pour qui l’Arabie Saoudite est un des partenaires commerciaux les plus importants. Il a été finalement été obligé de se ranger du côté de tous ceux qui demandent des sanctions contre cette monarchie. Dans un tweed il a confirmé que Jamal Khashoggi a été bel et bien tué à Istanbul, mais qu’il fallait laisser du temps aux autorités saoudiennes de trouver des explications. Il est à prévoir que le général Assiri sera le bouc émissaire. Je ne comprends pas qu’un pays qui se dit civilisé puisse agir de la sorte. Que le gouvernement ait considéré le journaliste comme une menace, est une évidence qu’il est possible d’analyser. Il s’était rangé aux côtés des Frères Musulmans, ceux qui pour peu de temps dirigèrent l’Égypte avant le putsch mené par le président actuel Abdel Fattah al-Sissi qui avait écarté Mohammed Mursi du pouvoir. Cette mouvance est pour la monarchie saoudienne du poison, car elle remet leur régime en question. Il ne peut pas être question, qu’un lieu saint comme la Mecque soit dépendant de leur autorité. Les Frères Musulmans sont leurs ennemis jurés. Weiterlesen

J’aurais voulu écrire autre chose qu’un article sur le terrible attentat dans une boîte de nuit d’Istanbul qui a fait au moins 35 morts et une quarantaine de blessés. Une fois de plus la Turquie a été le théâtre de la brutalité. Cette fois-ci c’est un homme armé qui a causé ce carnage avec une arme à feu lourde. D’après des témoins il a crié quelques mots en Arabe, ce qui fait supposer qu’il s’agirait probablement d’une action de l’EI. À l’instant où j’écris ces lignes il n’y a pas encore confirmation. Une fois de plus un pays, où la présence policière n’est pas à ignorer, le terrorisme a sévi. La preuve évidente qu’il ne peut pas simplement être éradiqué. Le propriétaire du site en question avait été averti que quelque chose de terrible s’annonçait, mais comment aurait-il dû réagir ? Simplement fermer l’établissement ? Je ne sais pas si cela aurait été une solution. Un fait est clair, tous ceux qui commettent des actes tels que celui-ci, nous ont rappelé, à l’orée de la nouvelle année, qu’elle ne se passerait pas sans bains de sang. Une forme de guerre, où il ne peut pas y avoir d’armistice, étant donné que personne l’a déclarée officiellement. Nous devrons nous rendre à l’évidence que ces batailles de l’ombre se perpétueront de plus en plus, car elles ne nécessitent pas des moyens considérables. Cela démontre à quel point nous sommes vulnérables. Et n’allez surtout pas vous imaginer que l’extrême-droit ait les moyens de maîtriser de tels faits. Au contraire ! Mais tous ceux qui la soutiennent, il y en a de plus en plus, ne tiennent pas compte de la réalité. Ils veulent un langage musclé, qui leur donne l’illusion d’être du bon côté. Celui-ci entraîne fatalement la discrimination et le racisme. 2017 n’en sera pas épargné. Weiterlesen