J’aurais voulu écrire autre chose qu’un article sur le terrible attentat dans une boîte de nuit d’Istanbul qui a fait au moins 35 morts et une quarantaine de blessés. Une fois de plus la Turquie a été le théâtre de la brutalité. Cette fois-ci c’est un homme armé qui a causé ce carnage avec une arme à feu lourde. D’après des témoins il a crié quelques mots en Arabe, ce qui fait supposer qu’il s’agirait probablement d’une action de l’EI. À l’instant où j’écris ces lignes il n’y a pas encore confirmation. Une fois de plus un pays, où la présence policière n’est pas à ignorer, le terrorisme a sévi. La preuve évidente qu’il ne peut pas simplement être éradiqué. Le propriétaire du site en question avait été averti que quelque chose de terrible s’annonçait, mais comment aurait-il dû réagir ? Simplement fermer l’établissement ? Je ne sais pas si cela aurait été une solution. Un fait est clair, tous ceux qui commettent des actes tels que celui-ci, nous ont rappelé, à l’orée de la nouvelle année, qu’elle ne se passerait pas sans bains de sang. Une forme de guerre, où il ne peut pas y avoir d’armistice, étant donné que personne l’a déclarée officiellement. Nous devrons nous rendre à l’évidence que ces batailles de l’ombre se perpétueront de plus en plus, car elles ne nécessitent pas des moyens considérables. Cela démontre à quel point nous sommes vulnérables. Et n’allez surtout pas vous imaginer que l’extrême-droit ait les moyens de maîtriser de tels faits. Au contraire ! Mais tous ceux qui la soutiennent, il y en a de plus en plus, ne tiennent pas compte de la réalité. Ils veulent un langage musclé, qui leur donne l’illusion d’être du bon côté. Celui-ci entraîne fatalement la discrimination et le racisme. 2017 n’en sera pas épargné.

Je souhaiterais que les gens reviennent à la raison, mais je pense que lorsque la peur est en jeu, il y a aveuglement. Serait-il opportun de dire ouvertement à quel point nous sommes dépourvus de moyens dans des drames comme celui-ci ? Serait-il judicieux d’avouer notre impuissance ? Les faits-mêmes en sont la démonstration. Je vais essayer de réfléchir aux mesures que je prendrais si j’avais les rennes du pouvoir. Je renforcerais les effectifs de la police et ceux des services secrets avant tout pour rassurer le peuple. Mais attention ! Il faudrait lui faire comprendre que la sécurité ne peut pas pour autan être garantie. Peut-être que dans des cas isolés comme la fête de cette nuit à Berlin, où des mesures particulièrement draconiennes ont été prises. À la longue c’est irréalisable tant du côté logistique que des finances. Je m’attellerais plus à informer le public des dangers. Je ne pense pas que si j’avais été à Istanbul, je me serais rendu à un endroit public en cette nuit de la Saint-Sylvestre. Serait.ce mon but de mettre sous cloche nos populations ? Même si c’est la mauvaise réponse à apporter au terrorisme international, je ne vois pas trop ce qu’on pourrait faire d’autre. Mais cela aussi serait parfaitement illusoire. Très rapidement je devrais avouer mon impuissance. On pourrait mettre en route la répression, mais elle a le relent du totalitarisme. Pour des personnes qui sont prêtes à sacrifier leur vie, elle n’aurait guère d’effet. Il ne me resterait plus qu’à jeter l’éponge en espérant que rien ne se passe. Pas affolant, n’est-ce pas ?

pm

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/01/01/une-attaque-en-cours-dans-l-une-des-plus-celebres-boite-de-nuit-d-istanbul_5056120_3214.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.