Ce soir Emmanuel Macron s’adressera aux Français pour leur dire quelles conclusions il a tiré du grand débat. Il devra être le plus concret possible, afin d’être crédible, de faire comprendre aux citoyens qu’il les a bien compris. Une démarche assez complexe. D’une part il doit montrer qu’il est à l’écoute du peuple, de l’autre que le président a encore de la poigne. Il ne peut pas faire une marche en arrière complète. Un exercice qui demande beaucoup de doigté. Il risque de remettre en question la constitution de la 5ème République, qui est axée avant tout sur l’autorité de l’Élysée. Après le mouvement des Gilets jaunes, on peut se poser la question, si le système actuel a encore sa raison d’être si l’autoritarisme est toujours la bonne solution? Je vais être franc en disant que je ne crois pas que le peuple soit déjà prêt de gérer les affaires du pays en gardant la tête froide. Les échauffourées qui continuent à secouer le pays ne vont pas dans le bon sens. C’est une constatation qui me fait mal, car je souhaiterais qu’il n’en soit pas ainsi. Comme je l’ai écrit à maintes reprises, je trouve regrettable que les Gilets jaunes n’aient pas été en mesure de se doter d’une structure politique qui soit crédible. Il est facile d’être contre, bien moins d’avoir un programme concret. Une fois de plus on mettra le Président au pilori. Les uns lui reprocheront de céder face au mouvement protestataire, les autres lui feront le grief d’avoir une fibre totalitaire. Quoiqu’il dise, il sera mis en doute. Pour ma part je souhaiterais qu’il soit net et qu’il ne se laisse pas intimider par la rue.

Pour que la démocratie marque des points, j’appellerais de mes vœux qu’il mette en place un système référendaire. Et que le grand débat continue, car il équivaudrait ainsi au droit d’initiative que les Helvètes connaissent depuis longtemps. C’est à dire la possibilité pour chaque citoyen de développer de nouvelles idées et avec un nombre suffisant de signatures, de les mettre aux voix. Mais si Emmanuel Macron préconisait une telle révolution, il faudrait que les Français prennent enfin conscience, qu’ils ont des obligations à assumer, qu’ils ne pourront plus accuser qui que soit de tous les maux de la terre. Ils devront s’en remettre à eux-même si cela ne marche pas comme ils le souhaitent. Une réaction qui demande beaucoup d’humilité. Il ne sera dans ce cas-là plus possible de mettre tous les malheurs au compte d’un bouc émissaire. Je me permets de douter que le peuple soit prêt à reconnaître qu’il porte une grande responsabilité. Il est plus facile de jeter l’anathème sur un chef d’État. Il serait temps que les gens se martèlent enfin en tête, que chacun n’a pas seulement que des droits, mais aussi des devoirs à remplir. Ils devraient se rendre compte qu’en prenant en otage les villes en faisant de la casse tous les samedis, ils ont tué le commerce, comme cela se passe actuellement à Toulouse. Bon nombre d’affaires ont fait faillite, bien des employés ont été mis au chômage. Le dommage social pour la France toute entière est considérable. Dans un tel cas, il faudrait aussi accepter de nettoyer sa propre écurie, comme Augias, avant de rendre responsable le gouvernement de tout. Je prends ce cas bien précis comme preuve que le peuple est loin de prendre les rennes en main, ce que je regrette, car ce serait pour moi l’essence même de la démocratie.

pm

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/04/14/grand-debat-emmanuel-macron-s-exprimera-lundi-a-20-heures-pour-annoncer-ses-mesures_5450065_823448.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.