Comme chaque matin, lorsque je cherche le thème de mon article de la nuit, je suis tombé sur Facebook sur un pamphlet antisémite, où une fois de plus le Président de la République en était la cible. Cela m’a incité à me pencher une fois de plus sur ce qui a pu déclencher un tel mouvement de haine, qui s’il continue ainsi détruira la France. Emmanuel Macron a accordé hier un entretien à la chaîne italienne RAI Uno, où il a reconnu avoir fait des erreurs en ce qui concerne les Gilets jaunes. « Quand on va trop vite, qu’on est trop rapides ou trop caricaturaux, on fait des erreurs. Moi, j’en ai fait d’ailleurs par le passé, c’est une partie de l’explication de la crise. » Le président a ainsi esquissé un trait de caractère qui le caractérise et pour lequel il a été élu : celui d’un homme dynamique. Dans le feu de l’action il a ignoré certains faits, évoqués par le mouvement protestataire, qu’il est en train de corriger. « On ne peut pas laisser les gens qui ont besoin de travailler, de vivre, de bouger, face à une impossibilité de mobilité pour quelque raison que ce soit. Il faut les réconcilier. C’est par l’expertise scientifique, par le dialogue, la concertation et par l’innovation. » Lorsqu’on aime son pays comme il le fait, il est difficile d’admettre que le peuple soit meurtri, car cela ne correspond pas à un idéal de grandeur. Il faut beaucoup d’humilité pour admettre que l’image qu’on se fait de la France ne correspond pas à la réalité, que les carences sociales coupent l’herbes sous les pieds des plus défavorisés. Comme il est de mise dans ces cas-là, on cherche les responsables et une fois de plus ce sont les Juifs ! Une soit-disant internationale serait en train d’écraser sous ses bottes les forces laborieuses de la France. C’est absurde et lâche à la fois de s’attaquer à une communauté qui ne se compose pas de millionnaires, loin de là. Le président ne s’est pas adressé sans raisons aux Italiens, qui pratiquent de plus en plus l’exclusion contre les migrants, contre les gens de couleurs, contre les musulmans et j’en passe.

Il met en garde les téléspectateurs contre les méfaits du nationalisme qui est en train de se répandre comme une traînée de poudre partout en Europe. À moins de trois mois avant les élections européennes, Emmanuel Macron a exprimé son attachement pour la démocratie, pour la tolérance et pour la réconciliation des citoyens, peu importe leur origine et leur situation sociale. « Aucun pays, aucun en Europe, ni l’Italie, ni la France, ne réglera les problèmes qui sont les siens en s’opposant aux autres pays européens et en se repliant juste sur le plan national. Nous réglerons nos problèmes en coopérant et, ensemble, en ayant une stratégie vis-à-vis des autres. » Une attaque contre le néofasciste Matteo Salvini, qui avec la participation de Marine Le Pen, fait tout pour semer la discorde, de créer des situations qui génèrent l’intolérance et qui en fin de compte détruiront tout sur leur passage. Sa réponse : « Nous avons besoin d’une Europe plus forte pour rebâtir véritablement une Europe plus unie, plus souveraine, plus forte. C’est le cœur de la campagne qui s’ouvre. Cette campagne, elle ne doit pas être entre une ouverture béate et le retour au nationalisme. » Un pari difficile a gagner dans ce climat fait d’injures. La raison pour laquelle je le soutiens et m’élève contre les apprentis-sorciers.

pm

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/03/04/macron-reconnait-avoir-fait-des-erreurs-avec-les-gilets-jaunes_5430934_823448.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.