Manuel Valls n’a pas encore déclaré à Rouen s’il se présentait aux primaires de la gauche en janvier ou pas. Il attend la décision du président de la république, qui d’après les rumeurs voudrait bien y prendre part. S’il faisait le pas, le premier ministre se trouvera confronté à Emmanuel Macron qui s’est auto-nommé candidat. Il en ira aux présidentielles que l’on veuille ou non du néo-conservatisme. Il est presque certain que les Français s’opposeront dans leur majorité au progressisme. Ils essaieront de trouver leur bonheur dans l’immobilisme qui leur semble plus rassurant. Un réflexe pervers qui leur causera certaines désillusions. Manuel Valls aura beau prétendre que l’avenir d’un pays réside dans le changement, il est guère probable qu’il soit suivi dans une telle démarche. Il paraît presque évident que le scrutin sera une joute entre Marine Le Pen et le candidat du PR. Ils feront l’article en se faisant passer pour les apôtres d’une droite pure et dure, comme François Fillon l’a fait. Peut-être le souhait de se voir gouverné par la force, peu importe si les conséquences personnelles font craindre le pire. Dans le contexte actuel le discours social ne prend pas. Plutôt l’esquisse d’une société menée à coup de fouet. Comment expliquer ce phénomène ? L’option d’une société autogérée est rejetée par une majorité parce qu’elle implique une grande part de responsabilité individuelle. L’échec de la gauche peut s’expliquer en partie ainsi. Il paraît dans un premier temps plus facile de se fier à un chef ou une cheffe. De les laisser décider pour soi-même en abandonnant certaines prérogatives. Il ne fait pour moi aucun doute que nombre de citoyens se mettront par commodité sous le joug du pouvoir. Pour moi c’est la raison principale pourquoi la gauche perdra, bien moins le bilan de son action.

Manuel Valls ou les autres candidats à la primaire auront beau esquisser une société ouverte, ce n’est pas cela qui fera retourner la vapeur. Le seul qui pourrait dans la situation actuelle jouer au trouble-fête me parait-être Emmanuel Macron. Pourquoi ? Parce qu’il est un conservateur teinté de rose pâle. Un homme qui cherche à faire le lien entre les tenants du néolibéralisme et les atouts d’un système social édulcoré. Pour essayer de mieux comprendre ce qui se passe aujourd’hui, il faudrait essayer de définir le mot « conservateur ». Dans la logique de l’évolution, l’homme est obligé de regarder en avant, même si cela lui fait peur. Faire du sur-place ne correspond pas à la marche de l’humanité. Afin de ne pas déraper, il préfère camper sur ses acquis, même si c’est une illusion. Un Manuel Valls devra en tenir compte. Ne nous leurrons pas nous nous trouvons dans une période régressive. Mais attention ! Tout en comprenant les craintes légitimes de beaucoup de citoyens, force est de leur faire savoir qu’il est impossible d’inverser la vapeur. Ceux qui le prétendent font miroiter une société qui n’existe plus. Quoiqu’il arrive les lendemains seront douloureux car l’équilibre entre une option d’ouverture et celle de l’opacité est devenue caduque. Quels que soient les discours de part et d’autre, la crise est malheureusement programmée. Les lendemains ne seront pas enchanteurs !

pm

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/11/26/bien-tente-manuel-valls-ne-cede-pas-a-la-tentation-de-l-appel-de-rouen_5038424_4854003.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *