Un peu avant l’intervention d’Emmanuel Macron, la nouvelle de l’attentat des Champs-Élysées était connue. D’après le leader de « En marche ! » , de telles horreurs deviendront un fait quotidien. La France serait bien conseillée de développer des moyens de défense pour y parer. Pour lui le Président est garant de la sécurité de ses compatriotes et doit tout faire pour améliorer les conditions de prévention. Il est à nouveau clair, qu’un acte criminel peut avoir lieu partout et à n’importe quel moment. Il sera de plus en plus difficile d’y remédier. Ce n’est pas en fermant les frontières, comme le préconise Marine Le Pen, qu’on évitera à tous ceux qui veulent causer du mal, de commettre une action comme celle de hier. À force de parler de l’islamisme et des ses méfaits, la présidente du FN essaie de provoquer un réflexe de peur auprès de la population. L’isolationnisme ne pourra pas éradiquer de tels faits. Le drame du World Trade Center le 11 septembre 2001 n’a pas pu être évité malgré des frontières plus hermétiques. Malgré l’obligation d’avoir un visa, l’Amérique a été en proie à une catastrophe à l’échelle planétaire. Et ce n’est pas en expulsant des centaines de musulmans qu’elle évitera quoi que ce soit. Toute sa démarche repose sur la répression. Le moyen pour elle d’imposer de plus en plus de restrictions et d’étouffer en fin de compte la liberté. Weiterlesen…

« Je suis de gauche ! » « Non tu ne l’es pas ! » « Et si je dis que je le suis ! ». Non, nous ne sommes pas dans la cour d’une école, mais sur la scène « nationale » des élections présidentielles. Benoît Hamon dit : « Il ne veut pas de moi ! ». Il est question de Jean-Luc Mélenchon qui n’apprécie pas que le candidat du PS lui fasse un appel du pied. Se mettre en ménage avec un fossoyeur de l’UE serait abandonner l’option européenne du socialisme démocratique. Ce serait faire le jeu de Marine Le Pen. Pour ne pas sombrer complètement, on semble prêt à tout, même de flirté avec quelqu’un qui jusque-là n’était pas très fréquentable. Lorsque j’entends cela, je frémis d’indignation. Le programme de Jean-Luc Mélenchon ne correspond en aucune manière aux buts que le PS s’est fixé depuis des années. Camarades, il serait temps de remettre les pieds sur terre. Même si je peux approuver les vues écologiques et la volonté de sortir du nucléaire évoqués par la « France insoumise », je retrouve dans d’autres domaines une marinade qui me fait penser à… Bref du populisme d’une gauche qui ne réalise pas, que les réformes sont aussi une question de sous. Tout autant qu’au FN, Mélenchon plane dans du délire. Celui d’une société issue du passé. Weiterlesen…

Il y a la ligne Macron et celle d’un Trump. L’une est libérale, peu rigide et donnant aux citoyens une part de liberté d’agissement, l’autre rigide et dirigiste. Ce que nous voyons pour l’instant aux USA est un président perdant toute assise et pour se disculper des nombreuses erreurs, attaque la presse en la traitant de malhonnête. Cette fuite en avant ne réussira pas à l’émanciper. Le modèle Trump est voué à l’échec car il plonge le pays dans une sorte de campagne électorale sans fin. Il est évident que nous sommes plus guère réceptifs à une gouvernance qui applique sans cesse des décrets plus ou moins sensés. Le système d’Emmanuel Macron, quant à lui, cherche à nous inciter à montrer plus d’initiative et ne craint pas la controverse. L’autoritarisme, comme le conçoivent Marine le Pen et François Fillon, plongerait le pays dans une plus grande crise qu’actuellement. Même s’il est difficile de porter le fardeau des responsabilités, il est impossible dans une société du 21ème siècle de déléguer tout simplement son droit de décision à une seule personne, peu importe son profil. L’administration Trump démontre à quel point elle se déconnecte de la réalité. D’après les sondages le peuple , dans sa majorité , craint le désordre occasionné par un amateur en politique. Il y a un programme et sa réalisation. Une fois au pouvoir on attend d’un président sa faculté à s’imposer. Il a commis l’erreur de croire qu’il pouvait tout simplement braver tous ceux qui le critiquent. Il doit s’apercevoir que tout cela le mène dans l’ornière. C’est sous cet aspect là que Macron mène sa campagne. Pour que l’économie redémarre, il fait appel à de l’initiative. Les patrons doivent se sentir libres afin d’être efficaces. Mais ce n’est que la pointe de la pyramide. Sans l’appoint des salariés, tous progrès seraient caduques. Il faut qu’il fasse la démonstration que c’est dans leur intérêt à se mouvoir sans être ligotés par des lois restrictives. Weiterlesen…