Non, ce n’est vraiment pas évident. La décision de sanctionner encore plus la Russie, n’a pas été une bonne décision du congrès américain. Le rapprochement entre Trump et Poutine à Hambourg peut être mis à la poubelle. Ce qui s’est passé ici peut être considéré comme un échec cuisant du président américain. Il sera obligé de signer cette décision, car s’il ne le faisait pas on l’accuserait d’avoir eu des rapports privilégiés avec le Kremlin pendant sa campagne électorale. Cela démontre que Donald Trump est pris en otage de tous les côtés et qu’il n’a plus grand chose à dire. Les USA devront retirer 755 diplomates de Moscou. Et Bruxelles ? Cette évolution n’est pas de son goût d’autant plus que des firmes européennes pourraient être touchées par ces mesures. Il est évident que cette situation ne peut pas durer et qu’il faudra convaincre les Russes et les Ukrainiens de respecter les accords de Minsk. Il est dans l’intérêt de tous que les sanctions soient revues à la baisse, pour finalement disparaître complètement. Mais cela sera difficile dans le contexte actuel, tant que l’Amérique joue encore un tel rôle dans la politique internationale. Pour des raisons de politique intérieure, les représentants et les sénateurs ont imposé un texte, qui n’aurait dû que se référer à la Realpolitik. Je suis le premier à applaudir lorsque le président essuie un échec comme avec l’Obamacare, mais je serais un mauvais commentateur si je ne prenais pas le recule nécessaire en essayant de faire une analyse de politique générale. Je ne peux que constater que nous nous trouvons dans une gabegie complète, ce qui est inquiétant pour un pays disposant avec les Russes du plus grand arsenal d’armes nucléaires au monde. Weiterlesen…

C’était à prévoir, le discours de Benjamin Nétanyahou devant le congrès américain a été belliqueux. Il a fustigé l’Iran et a déclaré que tout accord concernant le nucléaire serait néfaste pour son pays. Une gifle envers Barak Obama qui est prêt à trouver un compromis avec cette nation. Il est vrai qu’elle ne porte pas dans son cœur l’État d’Israël et qu’elle a menacé de l’anéantir. Mais sans négociations cela ne peut que signifier la guerre. C’est ce que j’ai compris dans le message que le premier ministre à adressé aux USA. Rien ne bouge donc au Proche-Orient. Les diatribes musclées de part et d’autre attisent les haines et rendent impossibles tout rapprochement. Les belligérants n’ont probablement pas du tout l’intention de vivre en paix. Weiterlesen…