C’était à prévoir, le discours de Benjamin Nétanyahou devant le congrès américain a été belliqueux. Il a fustigé l’Iran et a déclaré que tout accord concernant le nucléaire serait néfaste pour son pays. Une gifle envers Barak Obama qui est prêt à trouver un compromis avec cette nation. Il est vrai qu’elle ne porte pas dans son cœur l’État d’Israël et qu’elle a menacé de l’anéantir. Mais sans négociations cela ne peut que signifier la guerre. C’est ce que j’ai compris dans le message que le premier ministre à adressé aux USA. Rien ne bouge donc au Proche-Orient. Les diatribes musclées de part et d’autre attisent les haines et rendent impossibles tout rapprochement. Les belligérants n’ont probablement pas du tout l’intention de vivre en paix.

À la longue le calcul peut s’avérer fatal pour Israël et pour toute la communauté juive répartie dans le monde entier. L’amalgame que M. Nétanyahou fait entre la religion et la politique ne peut qu’engendrer l’antisémitisme. Je comprends bien qu’il veut se défendre et ne pas passer pour un faible, mais il manque à mes yeux de réalisme. À la longue il est impossible de subsister en restant camper sur ses positions. C’est un problème démographique. Ce petit pays ne pourra pas indéfiniment exister en ne croyant qu’à ses capacités militaires. C’est ce que le monde occidental devrait faire comprendre au faucon de Jérusalem et l’inciter à plus de souplesse. Pour assurer la pérennité d’Israël il sera, qu’il le veuille ou non, absolument nécessaire de se retrouver autour d’une table de négociations. On en est plus éloigné que jamais ! Le soutien des Républicains, ceux qui ont invité Benjamin Nétanyahou a parler au Capitole, ne présage rien de bon pour l’avenir. Une fois de plus les émotions prennent le dessus et ceci au détriment de la raison. S’ils gagnaient les prochaines élections présidentielles, il est possible de se faire une idée de ce que pourrait être la politique étrangère des États Unis. Nous nous dirigerions tout droit dans une situation guerrière qu’il sera impossible de maîtriser. Il est indispensable que la diplomatie reprenne ses droits et que toutes décisions soient prises en gardant la tête froide. La prestation de mardi dernier va dans le sens contraire. Je ne suis pas d’avis qu’il faille à tout prix accepter tout, mais sans un dialogue rien ne pourra bouger. L’accord avec l’Iran est indispensable pour assurer tout au moins une trêve. Il va de soi qu’Israël puisse vivre en toute sécurité. Mais pour y arriver il faudra que cela se fasse dans un état d’esprit de bon voisinage. Cela prendra beaucoup de temps, mais sans un geste de réconciliation rien ne pourra bouger. Je trouve triste que la politique de Benjamin Nétanyahou soit uniquement axée sur la confrontation. Je ne peux pas l’accepter ! Les rescapés des camps d’extermination comme le prix Nobel de la paix, Elie Wiesel, n’ont pas mérité cela ! Sa présence dans l’hémicycle m’a irrité. Je ne comprends pas qu’il apporte ainsi sa caution à une telle politique. On croit rêver !

pm

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/03/03/la-charge-de-netanyahou-contre-la-politique-d-obama-envers-l-iran_4586828_3218.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *