Lorsque la politique dérape comme en Grande Bretagne, il ne faut pas s’étonner qu’à la longue les citoyens se tournent vers les apprentis-sorciers, car ils n’ont plus de repaires. C’est ce qui se passe actuellement un peu partout et ce qui m’inquiète. Lorsque Theresa May se déclare pour un second référendum pour sauver sa peau, elle détériore encore plus l’image écornée de sa personne et de son parti. Il ne faudra pas s’étonner que ce dernier sombrera dans le désastre le plus complet cette semaine dans le cadre des élections européennes. De l’eau sur le moulin de Nigel Farage, le chef d’un nouveau parti qui porte le nom emblématique de « Brexit », rien que cela. En agissant de la sorte, il ne faut pas s’étonner, tout au moins au Royaume-Uni, que le peuple, par dépit, vote n’importe qui et n’importe quoi, face à une Chambre des Communes, qui a prouvé sa totale incompétence de servir son pays. En Autriche c’est l’extrême-droite qui démontre qu’elle est un ramassis de corrompus, de combinards, malgré l’aura d’honnêteté qu’elle se donne en public. La preuve que ceux qui veulent faire le grand ménage en brandissant les thèses du totalitarisme pour sauver les meubles, n’y arrivent pas. Elles sont obsolètes, aussi érodées que celles de tous ceux qui se sont fixés comme but de sauver « l’ancien régime », celui d’une démocratie souvent moribonde.

Je ne veux pas faire de défaitisme, mais je suis d’avis qu’il faut que les choses changent de fond en comble. Une phrase creuse je l’admet, si on ne l’étaye par avec des propositions concrètes. Il faut à mon avis, donner aux enfants dès la maternelle les rudiments du civisme, les faire réfléchir à ce que devrait être la vie en commun. Puis à l’école les tenir au courant de la politique, leur apprendre à réfléchir à ce sujet. Mon but serait de leur donner les bases nécessaires pour devenir des citoyens à part entière. Je pense que la marche de l’État est aussi importante que de savoir manœuvrer un véhicule. Si on était conséquent, seuls ceux qui pourraient prouver avoir les compétences nécessaires devraient avoir le droit de se rendre aux urnes. Je sais qu’une telle option susciterait un tollé général, qu’une telle politique serait taxée de réactionnaire, mais peut-on se permettre le luxe de voter pour n’importe quoi ? De mettre en danger notre civilisation pas ignorance ? Je sais qu’une telle proposition peut être considérée comme étant élitiste et anti-démocratique. Mais comment sortir du bourbier, où nous trouvons ? L’Angleterre est la preuve que tout est en panne. Pouvons-nous rester passifs dans une telle situation ? Donner accès aux fascisme au pouvoir, comme cela a été le cas en Autriche. Si Heinz-Christian Strache n’était pas tombé dans un piège, le FPÖ était bien placé pour s’emparer du pouvoir, comme pour Matteo Salvini en Italie. On ne peut pas exiger un rebond de la part du peuple en le laissant dans l’ignorance, ce que Madame May et les Torries ont pratiqué par le passé. Proposer maintenant un référendum pour entériner un Brexit ordonné, démontre à quel point les politiciens sont incompétents. Commet réclamer plus de raison des citoyens ? Ils ne savent plus où s’en donner. Peut-être dans l’anarchie la plus compète. C’est un peu comme si un bambin était au volant d’une voiture et qu’on exige de lui, qu’il arrive à bon port … Ridicule !

pm

https://www.nouvelobs.com/brexit/20190521.OBS13245/brexit-theresa-may-ouvre-la-porte-a-un-nouveau-referendum-pour-sortir-de-l-impasse.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.