En ce jour de Pâques, j’aimerais plutôt brandir le rameau d’olivier, flirter avec la colombe de la paix, chercher des œufs au parc ou tout simplement reprendre mon souffle. Après l’incendie de Notre-Dame, qui a laissé chez moi des traces indélébiles, je veux croire à la solidarité de tout un peuple, qui a été déchiré plus qu’on aurait pu les supposer. J’aurais espéré que les Gilets Jaunes fassent une trêve. Il n’en a pas été question hier, lors de l’Acte 23 du mouvement. Même si il y eut moins de personnes dans la rue, que ce soit à Paris ou ailleurs, la violence et la haine furent à nouveau au rendez-vous. Suicidez-vous ont lancé certains manifestants aux forces de l’ordre. Comme je l’avais déjà écrit, 28 agents se sont donnés la mort depuis le début de l’année, tout dernièrement à Nancy et à Montpellier. Christophe Castener, le ministre de l’intérieur a twitter : « Honte à ceux qui se sont livrés à une telle ignominie ! Soutien total à nos forces mobilisées, et à leurs familles. L’immense majorité des Français sait ce qu’elle leur doit. „ Le maire de Nice, Christian Estrosi a pour sa part écrit : « Entendre « suicidez-vous » scandé contre les policiers est ignoble alors qu’on déplore 28 suicides de policiers nationaux depuis le 1er janvier. A cette situation dramatique pour nos forces de l’ordre s’ajoute l’abject de ces voyous. » De telles injectives rendent ce mouvement protestataire incrédule. Même si certains ont des raisons objectives d’être montés contre la police, il y a des limites à ne pas dépasser. Je me souviendrais toujours de la remarque d’un proviseur à un élève, lorsqu’il lui a dit : « Il y a des mots qui tuent ! » Se laisser aller ainsi à la haine, comme d’incendier des véhicules, lancer des pavés sur des hommes et des femmes chargés de faire respecter de l’ordre, n’est pas un signe de souveraineté. Et tout ceci entre compatriotes ! Vous me direz que cela n’a rien à voir avec un mouvement revendicatif. Que l’appartenance à une même société ne veut rien dire lorsqu’il s’agit de la lutte des classes.

Exiger que le président joue au pénitent, se flagellant comme les acteurs des processions de la Semaine Sainte en Espagne, serait perdre complètement le sens de la réalité. Malgré les sondages qui le malmènent, Emmanue Macron ne doit pas se vautrer par terre en lançant des mea culpa à la ronde. Il n’y a aucune raison qu’il se plie corps et âme aux revendications de certains voyous, au contraire. Je pense que la loi doit être plus répressive en ce qui concerne de telles dérives et que ceux qui ont craché un tel venin, soient confrontés à la justice. Je ne vais pas me répéter en déclarant, que bien des revendications des Gilets Jaunes ont été légitimes. Loin de moi l’intention de faire du président un agneau. Non, il y a des erreurs des deux côtés. J’aimerais que les protagonistes soient prêts en ce jour de fête, à se réconcilier, a entamer enfin un dialogue qui est si important, afin d’éradiquer certaines injustices. Il est tout même incroyable que les Gilets Jaunes commentent des propos qui n’ont pas encore été tenus par Emmanuel Macron. C’est un signe évident de la mauvaise foi qui anime les ultras du mouvement. Il me semble aujourd’hui évident que leur but est de causer du tort à la France, d’en faire une image immonde d’un peuple animé par la haine. Non, ce n’est pas cela la douce France !

pm

https://www.nouvelobs.com/societe/20190420.OBS11877/suicidez-vous-ont-lance-des-manifestants-aux-forces-de-l-ordre.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.