Comme je l’avais prévu, le gouvernement du centre-droit de Mark Rutte aux Pays-bas a été talonné par les populistes de l’extrême-droite qui sont devenus la deuxième force du pays. A leur tête Thierry Baudet, un fin lettré qui étale sa culture en prononçant un discours au parlement en latin ou en jouant du Brahms et du Wagner sur son piano qu’il a placé dans son bureau. Pas une brute comme les clichés pourraient le faire supposer. C’est ce visage de l’extrême-droite cultivée qui est si tentant pour la bourgeoisie, car il est à mille lieues du milieu prolétaire qu’une Marine Le Pen cherche à séduire. Il lui donne quelque chose de correcte, d’honnête ce qui n’est pas évidemment pas le cas. Lorsqu’on suit ce qui s’est passé sous l’occupation nazie pendant la seconde guerre mondiale, on en revient pas. Et dire que ce qui se passe actuellement est issu du racisme et de l’exclusion qu’a connu Anne Frank, qui a été déportée et assassinée en mars 1945 dans le camp de concentration de Bergen-Belsen. Aujourd’hui les historiens savent que la population néerlandaise ne se composait alors pas que de résistants mais aussi d’un nombre appréciable de collaborateurs, comme en France d’ailleurs. Je considère que les électeurs qui votent aujourd’hui l’exclusion et la haine en sont les dignes héritiers. Ne parlez surtout pas de l’esprit tolérant des Hollandais. N’ont-ils pas été, pour bien d’entre-eux, ceux qui avec les Anglais ont été les artisans de l’apartheid en Afrique du Sud ? Ceux qui ont été téléguidés par leur haine des gens de couleur. Ce n’est pas parce qu’on tolère des coffee-shops, où il est possible d’acheter de l’herbe en toute légalité, qu’on possède un esprit d’ouverture.

Le protestantisme rigide n’a pas arrangé les choses. Il a conféré à ses adeptes le sentiment qu’ils avaient à charge « les bons sauvages », ceux à qui ils devaient inculquer les rudiments de morale. Des pécheurs qu’ils devaient mener à la baguette. Des déistes sont à l’œuvre pour le bien des âmes perdues, que sont les égarés de l’Islam. Tous les moyens sont bons, tels que ceux de la délation. Cela me fait mal d’écrire ces lignes au sujet d’un pays que j’aime, de gens qui m’ont toujours bien accueillis, mais je veux déclencher un électrochoc afin que les démocrates se réveillent enfin et partent en croisade contre le populisme. Je ne veux pas montrer de la compréhension envers ses adeptes, non plus de la complaisance contre les terroristes de l’islamisme. Comme je l’avais prévu dans un de mes derniers articles, l’attentat d’Utrecht a été un détonateur pour éveiller la haine de l’étranger. Lorsqu’on observe ce qui se passe aux Pays-bas, un pays composé soit-disant d’une majorité d’habitants qui ne feraient pas de mal à une mouche, il est possible de prendre en considération l’ampleur du malaise qui gagne de plus en plus les Européens. S’il n’y avait pas un rebond ces prochains jours, je m’attends à un désastre le 23 mai, lors des Européennes. Une fois de plus, ce que je condamne, c’est la léthargie des forces démocratiques, qui donnent l’impression d’être paralysées comme le serait une chèvre face à un loup. Il est vrai que la démocratie ne peut pas satisfaire tous ceux qui attendent un messie. Et celui ne peut qu’arriver à ses fins qu’en propageant de la haine, même si son langage est châtié. Un méthode plus perfide que le coup de poing !

pm

https://www.nouvelobs.com/monde/20190320.AFP3140/pays-bas-le-premier-ministre-perd-sa-majorite-au-senat-forte-poussee-des-populistes.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.