Matteo Salvini, le sulfureux ministre de l’intérieur italien et Luigi di Maio, le leader du Mouvement des cinq étoiles, ont pris la décision, comme le Duce l’avait fait le 28 octobre 1922 en incitant ses partisans à se mettre en marche sur Rome afin de s’emparer du pouvoir, de faire de même, mais cette fois sur Paris. Il s’agit pour les néofascistes de conquérir l’UE et d’y instaurer la dictature. Rien de plus, rien de moins ! Cela explique le soutien du gouvernement italien aux Gilets Jaunes et la rencontre entre eux et le ministre du développement économique di Maio. Il est comme Salvini. vice-premier-ministre. C’est de l’incitation à la révolte. « Le gouvernement français publie, avec l’argent des contribuables, un clip officiel pour les européennes en m’utilisant comme un épouvantail. Macron et ses amis doivent avoir très peur. En 2019, un printemps des peuples qui va les balayer les attend. » a écrit Salvini sur Twitter. Dans de telles conditions, Emmanuel Macron ne pouvait que retirer l’ambassadeur de France en Italie. Ce qui se passe ici est de l’immixtion dans les affaires intérieures d’une tierce nation et c’est inacceptable. J’espère que ces liens entre les autocrates romains et les Jaunes démontreront aux citoyens français la vraie nature des GJ, un mouvement pris en otage par les néos de tous genres. Le Duce se frotterait les mains. N’est-ce pas la renaissance d’une internationale fasciste en Europe ? Pour couronner le tout, il manque encore les nazis, mais n’ayez crainte, ils seront aussi présents au festin, où devrait être immolé la démocratie. C’est de cela dont il est question. Matteo Salvini appelle les Français à se débarrasser du « très mauvais président qu’est Emmanuel Macron ! ». Il va un pas plus loin en faisant l’éloge des Gilets Jaunes, « Des citoyens honnêtes qui protestent contre un président gouvernant contre son peuple »

La marionnette qu’est Guiseppe Conte, le premier-ministre, tente de calmer le jeu, mais en vain. L’Italie accuse la France de pratiquer une politique coloniale contre l’Afrique et incite l’UE a appliquer des sanctions. Le but de Paris n’est-il pas d’appauvrir le continent et de provoquer ainsi l’exode de milliers de migrants ? Emmanuel Macron rétorque en s’inquiétant de « la lèpre qui monte en Europe. », dénonce « le nationalisme qui renaît, la frontière fermée que certains proposent » et ceux qui « trahissent même l’asile ». La réponse de Salvini ne se laisse pas attendre : « Nous sommes peut-être des populistes lépreux, mais moi, les leçons, je les prends de qui ouvre ses ports. Accueillez les milliers de migrants et après on en reparlera. » Je pourrais continuer de citer de telles diatribes, mais je ne le fais pas. Je ne peux que constater que le néonazi, l’Américain Steve Bannon, qui incite les Européens a balayer la démocratie lors des élections européennes et en train de gagner du terrain. Pour moi une action concertée avec Donald Trump, dont il a été l’ancien conseiller, celle d’affaiblir l’UE. Je pense que Vladimir Poutine est aussi mêlé à ces sinistres desseins. Il est un secret de polichinelle que Marine Le Pen et la Lega se sentent très proches. Son attitude pourrait être qualifiée de néfaste en ce qui concerne les intérêts de la France. Dans le passé de telles personnes étaient jugées pour haute trahison, mais passons….

pm

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/07/huit-mois-de-passes-d-armes-entre-paris-et-rome_5420612_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.