L’Assemblée nationale a donné le feu vert aux préfets leur permettant de montrer le carton rouge à de potentiels casseurs, lorsque ces derniers émettent le désir de participer à des manifestations. Cela se pratique déjà dans le milieu des hooligans, des supporteurs d’équipe de foot. Pas d’entrées aux matchs pour tous ceux qui ont été remarqués pas leurs actes violents. Cela se pratique couramment et ne pose pas de grands problèmes, car les clubs, s’ils sont propriétaire ou locataire du stade, ont le droit de recevoir ou de refuser qui bon leur semble. Feriez-vous entrer n’importe qui dans votre appartement ? Pour bien comprendre la portée un autre exemple. Bien des personnes voulant aller en boîte, ne sont pas en mesure de le faire « car leur gueule » ne correspond pas aux vues du tenancier. Souvent il s’agit de blacks, à qui on raconte des sornettes. Du racisme à portée de main. Le législateur est souvent impuissant face à une telle discrimination, à cause des raisons évoquées. Cela a mené les nazis à interdire les bancs dans les jardins publics aux Juifs, aux Gitans et aux homos. Un moyen de répression, comme au temps du 3ème Reich, qui lorsqu’il est repris pas les collectivités locales, rend tout système félon du point de vue éthique. La nouvelle disposition est contestée, aussi dans les rangs de la majorité, des interdictions administratives de manifester qui peuvent être insidieuses dans d’autres domaines, comme celui de l’exclusion, quelle en soient les raisons. Je pense que dans le droit pénal, il y a assez de moyens de lutter contre les casseurs, d’émettre des jugements plus sévères, sans avoir besoin d’en rajouter. Puis du point-de-vue pratique, ce serait conférer à la police encore bien plus de moyens de répression. Ce serait une manière de promouvoir l’arbitraire.

Que les autorités essaient d’endiguer le bloc noir, qui dans la plupart des manifestations politiques, sème la violence, est un devoir que je ne peux et ne veux pas mettre en doute. Mais pourquoi encore accentuer des mesures, qui aujourd’hui peuvent être prises par les agents, comme l’interdiction de se masquer. Et comme les voyous représentent qu’une infime minorité de ceux qui protestent, il serait normalement aisé de les neutraliser. Mais la réalité est une autre. Un exemple significatif a été le G7 en 2018 à Hambourg, où des cagoulés ont pris en otage tout un quartier près d’une semaine. La cause : l’incompétence de la police, qui a sous-estimé l’impact de ces groupuscules. Leurs membres étaient fichés et auraient dû être arrêtés préalablement. Cela n’a pas joué, car les effectifs des forces de l’ordre avaient été limités. Je pense qu’il faut avant tout donner une formation efficace aux hommes et femmes ayant la responsabilité de maintenir le calme. L’utilisation des balles flash lors des manifestations provoquées par les Gilets Jaunes, ont eu un effet négatif. Je pense qu’il faudrait se concentrer avant tout sur les moyens mis à disposition pour désamorcer la violence. Ce n’est pas en l’attisant, qu’il sera possible d’obtenir de bons résultats. J’aurais à la place du gouvernement concentré mon attention les moyens de gérer la crise en amont. Il serait avant tout nécessaire d’éviter toute escalade des tensions, sans pour autant perdre la face ! Ceci au lieu de donner à la police encore plus de travail.

pm

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/01/30/loi-anticasseurs-feu-vert-de-l-assemblee-a-des-interdictions-administratives-de-manifester_5416904_823448.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.