La livre turque s’est effondrée hier de 20 % sur les marchés internationaux pour atteindre 6,87 dollars. Depuis le début de l’année c’est une perte massive de 40 % de sa valeur. Le président Erdogan a incité ses concitoyens d’aller échanger les dollars et les euros qu’ils ont caché sous leurs oreillers contre des livres. Une contribution patriotique que peu de monde est prêt à suivre. Le taux d’inflation au mois de juillet a été de 16 % en rythme annuel. « Le pays affiche un important déficit courant : il dépend des financements étrangers, notamment en dollar », ajoute Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque. Le tout est renforcé par la hausse des taxes douanières avec les USA due à l’arrestation d’un pasteur américain. Il me paraît évident que la crise actuelle est aussi due, à la politique « musclée » de Recep Tayyip Erdogan. En ayant comme allié l’Iran, il se met à dos Donald Trump et l’Arabie Saoudite qui a tous moments peuvent anéantir l’économie de son pays. Il a beau proférer des menaces et dire que les répressions seront terribles, ce sont des mirages, du carton-pâte comme les villages de Potemkine. Le potentat est en train de surestimer complètement ses capacités. Il se prend pour Alexandre le Grand et est en fin de compte qu’un pion sur l’échiquier international. En se mettant aussi à dos l’Allemagne, en la traitant de nazie, il se coupe de l’herbe sous les pieds. Je crains fort que personne ne soit prêt à le tirer d’affaire économiquement, car sa politique n’est pas compatible avec nos valeurs.

Il y a évidement un phénomène qui m’inquiète bien plus, c’est celui de l’embargo américain. Si les méthodes félonnes de Donald Trump réussissaient, nous aurions en tant qu’adversaire un gros problème. Cela voudrait dire qu’avec la méthode de l’embargo, il serait possible de faire chanter tous gouvernement qui ne suit pas à la lettre les directives de Washington. Cela reviendrait à dire que nous retournerions en plein Moyen-Âge, où il suffisait d’assiéger des citadelles pour que l’ennemi cède. Une méthode ancestrale qui serait une régression totale de nos principes. Je crains fort que nous entrerons dans une époque de guerre économique de ce genre, ce qui entraînerait une escalade complète de mœurs que toutes personnes sensées trouvent plus que néfastes. Trump agit d’une manière totalement primaire, probablement sans réfléchir aux guerres que cela pourraient déclencher. Vous ne pouvez pas prétendre que je sois un ami du président turc, au contraire. Je trouve sa manière d’agir criminelle. Mais dans ce cas bien précis je m’élève contre l’embargo, car il enflammerait encore plus le Proche et Moyen-Orient. Je suis en droit de penser, qu’une crise pétrolière ayant aucune commune mesure par rapport à ce que nous avons connu jusqu’à ce jour, pourrait en être la conséquence. Il serait enfin bon que les citoyens américains et turcs se réveillent et déboulonnent leurs leaders. Cela ne se passera malheureusement pas, car dans un tel cas le peuple se rapproche de ceux qui les gouvernent. Cette crise est une preuve de plus que tout est fait actuellement pour attiser le feu. Appeler à la raison es inutile lorsqu’il n’y en a pas ! La matière grise fait cruellement défaut !

pm

https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/08/10/pourquoi-la-livre-turque-s-effondre_5341365_3234.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.