Felix Klein, 50 ans, a été nommé comme nouveau commissaire spécial contre l’antisémitisme en Allemagne. Ce diplomate, qui n’appartient à aucun parti, a été proposé par la communauté juive. Il a passé du ministère des affaires étrangères au ministère de l’intérieur en mai 2018, où il exerce ses nouvelles fonctions. Comment en est-on arrivé là dans un pays qui depuis la fin de la guerre fait son mea culpa au sujet du génocide ? Il est évident que la politique hégémonique de Benjamin Netanyahou n’a pas arrangé les choses. Dans le milieu des migrants, on rend responsable tous les juifs des exactions dans la bande de Gaza par exemple. C’est évident une hérésie de rendre fautif toute une communauté religieuse de faits politiques, aussi déplorables soient-ils ? Il ne faudrait pas mélanger les genres. Il y a d’un côté Israël et son attitude vindicative et les adeptes de la méthode musclée du gouvernement Netanyahou, de l’autre des croyants qui souvent condamnent ce qui se passe là-bas. Il serait erroné de faire l’amalgame entre les deux. Mais comment exprimer cela à des jeunes musulmans qui n’ont aucune formation politique ? Felix Klein pense qu’il serait du ressort des imams de leur expliquer cela. Mais cet aspect n’est qu’une partie du problème. Il y a de l’autre côté les antisémites que je taxerais d’endémique, qui sentent avec la montée du populisme le moment venu de sortir de leur réserve. Ils n’ont plus aucuns complexes de déclarer qu’Auschwitz est un mensonge que l’internationale juive propage pour salir l’Allemagne.

Lorsque Björn Höcke, chef de l’AfD en Thuringe, dit qu’il faudrait détruire le mémorial de la Shoah à Berlin, parce que c’est une honte, il ne faut s’étonner de rien, d’autant plus qu’il n’a pas été exclu de son parti, malgré une levée de boucliers de certains membres de son parti. Cela démontre bien dans quelle ambiance l’Allemagne se trouve actuellement. Mais y-a-t-il aussi des erreurs de la part des organisations juives ? En règle générale je pense qu’elles devraient s’ouvrir plus à tous ceux qui voudraient mieux comprendre leur histoire et leur religion. Je pense qu’il devrait être fait plus dans ce domaine. Mais il y a aussi certaines personnes qui sont d’avis que toutes personnes critiquant la politique israélienne est forcément un antisémite. Ce n’est vraiment pas la cas si je prends mon exemple. Ce qu’il faut à tout prix éviter c’est d’attiser la braise. Elle est là et pourrait embraser tout un pays comme l’Allemagne si on ignore ce qui se passe quotidiennement. Dans cette montée de l’antisémitisme, il faut aussi voir une certaine revanche. Bien des Allemands se sentent blessées, car on les a accusés pendant des décennies, de la faute de leurs parents et grands-parents. En soutenant l’extrême-droite, ils ont l’impression de se réhabiliter, de retrouver leurs racines. Ils se réfèrent souvent, s’ils sont cultivés, aux écrits antisémites de Martin Luther. Le 500ème anniversaire de l’avènement du protestantisme a démontré l’ambiguïté de ce jubilé. L’église luthérienne a organisé un grand nombre de colloques, condamnant ces paroles incendiaires, mais n’a pas renié pour autant le réformateur. Peut-être aussi une légitimation pour certains antisémites.

pm

https://www.nouvelobs.com/monde/20180725.OBS0148/antisemitisme-en-allemagne-nous-allons-muscler-notre-arsenal-repressif.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.