Emmanuel Macron a-t-il été élu pour mettre en routes des réformes tous azimuts ou pour barrer la route à Marine Le Pen ? Je pencherais plutôt pour la deuxième alternative. Le peuple français est assez complexe. D’un côté il veut que cela bouge, de l’autre il est de sa nature assez conservateur. D’accord pour les chamboulements à condition que cela ne fasse pas de mal et que cela concerne que les autres. Mais il est préférable qu’ils soient plus discrets. La deuxième marotte est de se mettre en grève, de manifester pour se marteler en tête, qu’on vit en toute liberté et que le fait de débrayer en est une ! Le Président de la République est exposé en ce moment à une tourmente. Avec la grève au compte-goutte de la SNCF, il est bien possible que le pays tout entier soit bientôt paralysé. Le gouvernement aura beau répéter, que ce conflit social, si c’en est un, nuit au pays tout entier n’y fera rien. Dans ce cas-là la fierté d’un grand nombre d’agents a été blessée. De leur dire que leur travail semblait vétuste face aux exigences actuelles du marché les ont choqué. On n’aime pas être mis au rancard, d’autant plus que les critiques sont souvent exagérées. Comme je l’avais déjà écrit dans un article ces derniers temps, la privatisation du service publique, n’est pas toujours une panacée, comme on a pu le constater en Allemagne. En ce qui concerne la Deutsche Bahn, il y a des retards constants, le prix des billets n’est pas une sinécure et l’accès aux endroits retirés n’est pas assuré à cause de la rentabilité. Beaucoup de personne se fâchent tout rouge lorsqu’elles entendent parler « chemin de fer ». Il y a un autre domaine, où l’activisme affiché par Emmanuel Macron a de la peine à s’afficher.

Comme il est dans les habitudes de Madame Merkel, elle s’efforcera de donner son aval à tout ce que le Président proposera. Mais c’est en principe, en ce qui concerne les grandes lignes. Où les choses se détériorent, c’est en particulier lorsqu’il s’agit des détails et la mise en marche de certaines mesures. D’accorder des prérogatives supplémentaires à l’UE ne plaît pas à tout le monde. Comme les Allemands se sentent être les grands argentiers de l’Union, ils auront finalement droit à la parole. À voir si les deux gouvernements arriveront à s’arranger. Revenons au tensions intérieures. Le Président ferait bien de ne pas sous-estimer la force d’un peuple en marche, cette fois-ci pour s’opposer à ses projets. Bien des chefs d’États l’on fait et se sont mordus les doigts. Ce qui manque le plus en France, ce sont les explications de textes. À force de vouloir gouverner le pays par décrets n’est pas la meilleure forme de gouvernance, lorsqu’on tient à informer les citoyens. J’appliquerais l’article 38 avec la plus grande retenue. Je pense que lorsque les réformes ne sont pas d’une urgence vitale, comme celle du travail, il faudrait que la procédure suive son cours, soit devant l’Assemblée nationale et le Sénat. Il me semble que cela pourrait être le cas. Je souhaite que le Président aille au devant des Français afin de leur mieux expliquer le fond de sa pensée. Je suis pour les réformes si elles sont nécessaires comme celle de la SNCF. L’échéance des sociétés de droit public arrivera très bientôt à son terme, en ce qui concerne le monopole. C’est une directive de l’UE.

pm

https://www.nouvelobs.com/politique/20180328.OBS4338/les-francais-et-macron-mais-pourquoi-toutes-ces-reformes.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.