Angela Merkel était hier à Paris, où elle a rencontré le Président de la République. C’était à l’occasion du traité de l’Élysée qui a été signé le 22 janvier 1963, il y a 55 ans. Les deux chefs d’État et de gouvernement, Frank-Walter Steinmeier étant le président de la République fédérale, trépignent d’impatience d’arriver à leurs fins. Mais la chancelière, d’après les rapports de presse, était visiblement fatiguée, mais en même temps tendue. Son avenir, comme celui de Martin Schulz, le chef du SPD, tient au feu vert du congrès social-démocrate qui aura lieu demain. Sans une grande coalition, il y aura probablement de nouvelles élections en Allemagne, avec un résultat qui pour les deux grands partis pourrait être désastreux au cas d’un non ! On ne peut qu’espérer que la raison l’emporte. La chancelière a bien fait comprendre à Emmanuel Macron, que le point de mire d’un nouveau gouvernement sera l’Europe et évidemment les rapports d’amitiés entre les deux pays. Si la « Groko », la grande coalition, voyait jour, ce sera une priorité absolue. Le SPD veillera bien que le plan français pour l’UE, soit la nomination d’un ministre pour le budget, de plus de coopération dans le domaine politique et une réforme des institutions, soit accepté par le gouvernement allemand. Même si le Président ne veut pas s’immiscer dans les affaires intérieures d’un partenaire, il n’est dans ce cas-là pas possible de maintenir cette volonté, car si le gouvernement réussissait à se former, ce serait en partie grâce à lui. Cela voudrait-il dire que Madame Merkel est déplumée ? Tout dépendra de la force qu’exercera l’exécutif en Allemagne. Elle doit être bien consciente que la valse-hésitation qui se déroule en ce moment n’est pas propice à plus de stabilité. Je ferai trois croix, si Martin Schulz pouvait dès demain soir continuer les négociations. Un travail de fourmis pouvant prendre beaucoup de temps.

Même si le CDU/CSU prétendent que les esquisses préliminaires soient prises comme colonne vertébrale qui conduiraient à la formation d’une équipe, je suis d’avis qu’il y aura probablement des rectifications à apporter au traité définitif. Ce sont les détails qui seront déterminants. Même si les trois chefs de partis et leurs équipes pouvaient se retrouver autour d’une table, l’épreuve n’est pas pour pourtant achevée. Ce sont les membres du SPD qui finalement donneront leur accord ou non. Il faudra à nouveau convaincre bien du monde. Il est probable que la chancelière soit forcée de faire à nouveau des concessions. Le tout est de trouver un terrain d’entente, avec lequel tous les protagonistes peuvent vivre. Si au bout du compte il y avait accord à tous les niveaux, le nouveau gouvernement devrait avoir le courage de faire de grandes réformes qui pourraient changer la physionomie de cette nation. Ce serait aussi le meilleur moyen de dresser une barricade contre la montée du populisme avec à sa tête l’AfD. Ce qui est demandé, c’est une bonne dose d’esprit d’initiative. J’ose espérer que les obstacles actuels inciteront les dirigeants, quelle que soit leur couleur, à sauter par dessus leurs dogmes actuels et d’apercevoir que la politique est une marche en avant.

pm

http://www.lemonde.fr/politique/article/2018/01/19/une-declaration-commune-de-macron-et-merkel-pour-un-nouveau-traite-de-l-elysee_5244284_823448.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.