Emmanuel Macron s’est rendu aujourd’hui à Bruxelles au sommet de l’OTAN. Il a rencontré à l’occasion d’un déjeuner de travail Donald Trump. La rencontre a été bien plus chaleureuse que ce qu’on pouvait attendre. Une longue poignée de mains, où le président américain a félicité son hôte pour son élection. « Vous avez mené une campagne incroyable et remporté une formidable victoire. (…) Le monde entier en a parlé. » Les deux hommes ont abordé tous les problèmes actuels. D’après les dires des observateurs le courant est bien passé entre eux malgré leurs différences. Si cela pouvait continuer, il serait peut-être possible de désamorcer bien des bombes à retardement entre l’Europe et les États-Unis. La rencontre avec les autres chefs d’États a démontré que rien n’était gagné. Donald Trump les a sermonné en réitérant l’exigence qu’ils augmentent sensiblement les dépenses pour la défense, ce qui avait déjà été accepté en principe. Il a aussi obtenu satisfaction en ce qui concerne l’engagement de l’OTAN dans la lutte contre le terrorisme, contre Daesh. Les commentateurs allemands ont relevé l’agressivité du président américain. Il était question d’une humiliation. Un reporteur a dit : « Il y a gagné deux à zéro ! », et ceci d’une manière cavalière. Un contraste avec la rencontre à l’ambassade américaine entre Macron et Trump. Peut-on l’expliquer ? Je pense que dans la psychologie du magnat de l’immobilier l’esprit d’initiative et le courage d’entreprendre qui a marqué l’ascension fulgurante de son interlocuteur, l’a visiblement impressionné. Je crois qu’il a été sincère. Mais ce mouvement de sympathie ne doit pas cacher les enjeux, les différents.

Il est bien connu qu’entre une chancelière de grande expérience comme Angela Merkel et lui, il y a plus de retenue. En plus elle est une femme. Et c’est justement là qu’Emmanuel Macron peut jouer un rôle de médiateur, ce qui sera essentiel pour l’avenir de l’Europe. Il a le charme mais aussi une forte dose de pragmatisme, une qualité assez rare. Je ne pense pas qu’il se laissera aller à la sentimentalité, ce qui en politique est vital. Tous les drames ont éclaté lorsque les émotions ont pris le dessus. Mais cela ne l’empêche pas de se conduire comme un gentleman, d’être parfaitement galant. Un homme qui par son charme peut conquérir les plus méfiants. Une arme diplomatique qui ne pourra que faire du bien à la France et à l’Europe. Mais attention : cela ne marchera pas toujours et c’est là qu’il sera vraiment possible de juger l’effet Macron sur le parquet international. Mais je trouve sa première prestation dans un tel cadre prometteuse. J’ai aussi l’impression que la coopération entre l’Allemagne et la France pourra être le moteur d’une nouvelle Europe. Quel que soit le parti qui gagnera les élections du Bundestag, il peut être assuré que les relations amicales s’approfondiront encore. Je vois ce soir avec un peu plus d’optimisme notre avenir. Une petite lueur qui me donne envie de lutter. D’habitude je fais très attention en ce qui concerne les femmes et les hommes-providences, mais je crois que la chimie pourrait bien fonctionner. Avant tout pour faire comprendre à Donald Trump, qu’il n’est pas le seul à décider.

pm

http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/05/25/premiere-rencontre-entre-emmanuel-macron-et-donald-trump-en-marge-du-sommet-de-l-otan_5133844_823448.html

Pierre Mathias

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.