Lorsque Bachar Al-Assad déclare que toutes les guerres sont mauvaises et qu’elles ne sont pas en mesure de régler les problèmes politiques, je crois rêver. Dans une entretien avec trois médias français il semble s’être retourné dans de la farine pour essayer de justifier ses actes. Même si des conflits sont déclenchés pour de bonnes raisons, pour sauver la nation contre le terrorisme, ce n’est pas une solution. Dans la même interview il prétend qu’il ne pouvait pas agir autrement afin de sauver les otages des extrémistes, que ses attaques contre ces dissidents étaient le prix à payer, même s’il impliquait des morts parmi la population civile. Ce qu’il veut faire passer pour du pragmatisme est en fait du cynisme. Faire passer des crimes de guerre pour de l’humanitaire, il faut le faire. De tels débats n’apportent rien, s’ils se déroulent d’une telle façon. Ils sont plutôt contre-productifs car le but recherché est la disculpation d’une personne qui par ses actes s’est disqualifiée. Bachar Al-Assad a tout d’abord voulu défendre sa propre dynastie, qui était en proie à des assauts de plus en plus violents de ses adversaires. Il n’a reculé devant aucuns moyens pour anéantir ses ennemis. Le sort de la ville martyre d’Alep en est la démonstration. Un génocide afin de garder le pouvoir ! Mais essayons d’être objectif. Il est clair qu’au sein de la rébellion il y a des fanatiques religieux, comme ceux de l’EI, qui n’hésitent pas à employer la terreur pour mener la populations des territoires qu’ils occupent à la baguette. Nous n’avons pas affaire à des agneaux, au contraire.

Mais dans un cas comme celui-ci il est nécessaire de jauger les moyens mis en route par rapport aux effets collatéraux et comme nous le savons ils ne sont en aucune mesure par rapport au but fixé. Je pense qu’un autocrate comme Bachar Assad a perdu une bonne occasion de se taire. Mais c’est un trait de son caractère de vouloir se justifier. Le fait est que la réalité démontre à quel point « sa lutte contre le terrorisme international » est un désastre. La guerre civile en Syrie a fait des centaines de milliers de victimes, a anéanti des villes entières, a décimé un très grand nombre de familles. Sous ce qu’il désigne comme des actions de libération, un nombre élevé d’enfants massacrés été pris en compte. Je ne sais pas ce que les familles concernées ressentent en entendant de tels propos. En tout cas, malgré l’optimisme affiché par le président syrien, je ne vois pas comment il pourrait entamer des négociations de paix avec une telle tare ? Je pense qu’il doive être écarté du pouvoir au plus vite. Tout dialogue serait cautionner une attitude qui devrait le mener au tribunal international de la Haye. Il faudrait que le drame syrien soit un exemple pour l’avenir. Mais je doute fort que les hommes en mesure d’apprendre quoi que soit. La mort d’innombrables victimes ne servira à rien. Ce qui se passe-là est très décourageant. Il faut dans untel contexte lutter pour la paix, même si cela semble être vain. Ne vous découragez pas, élevez vos voix encore plus fort. La résignation fait encore plus de mal ! C’est la raison pour laquelle je ne me tairai pas pour défendre mes idéaux. Est-ce le laxisme qui a amené les Al-Assad au pouvoir ? Probablement !

pm

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/01/08/c-est-parfois-le-prix-a-payer-bachar-al-assad-justifie-la-mort-de-populations-civiles_5059501_1618247.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *