Que le ou la locataire de la Maison-Blanche doit être en bonne santé est une évidence. Faire circuler des bruits alarmants au sujet d’Hillary Clinton me semble être hors propos. Ceux qui colportent de telles pseudo-nouvelles devraient se poser la question de savoir si leur favori possède les facultés mentales pour exercer une telle tâche ? C’est ce qui me semble être le plus inquiétant. Les provocations continues de Donald Trump démontrent que tout esprit de synthèse lui échappe. En laissant proférer de telles informations, il se nuit lui-même. La campagne électorale américaine prend de plus en plus un aspect malsain. Le candidat des Républicains ne recule devant rien et met ainsi ses amis politiques plus ou moins en touche. The show must go on ! Une façon simpliste de faire de la politique. Il est à craindre que le niveau intellectuel de bien des américains est au dessous de la moyenne. Les vrais problèmes des citoyens ne peuvent pas être débattus dans un tel contexte. D’accord, mais il serait opportun de trouver les causes à cela. Comme c’est souvent le cas dans les perturbations qui entravent le bon déroulement des choses, seul le mal-être ne peut pas être le seul détonateur d’une telle situation. L’histoire prouve quotidiennement que l’irrationnel en est souvent la cause. Il ne serait pas vain d’en connaître les raisons, mais je crains aboutir dans un cul-de-sac. Même lorsqu’il fait des annonces-bidons, Donald Trump amuse son auditoire. Est-ce cela qu’il veut provoquer ? Il se met à la place d’un citoyen de couleur blanche qui ronge son frein. Il prend à sa charge de proférer n’importe quoi, mais sait parfaitement que ceci est le langage des frustrés. Le discours de saloon semble être assez répandu de l’autre côté de l’Atlantique. Une méthode que les populistes aiment prendre en considération. Mais cela ne peut pas être seulement de la tactique. Pour porter ses fruits, l’inepte doit authentique. Il semble l’être et m’incite à me poser la question dans quel état mental se trouve le pays ?

Ne nous leurrons pas, c’est un phénomène qu’il est possible d’observer un peut partout autour du globe. Cela m’inquiète parce que les politiciens s’opposant à de tels propos ne semblent pas avoir trouvé des réponses adéquates. Une fois à nouveau la preuve que le ridicule ne peut être combattu qu’avec ses propres moyens. Inciter les gens à réfléchir, à se remettre en question, exige une forme d’intelligence. Il est indéniable que l’essai de vouloir faire des appels à la raison ne peut pas fonctionner. Trump l’a très bien compris. Il apporte le fourrage dont se nourrissent tous ceux qui ont un IQ faible. Le niveau du débat actuel est misérable. Il est bon que Madame Clinton ne se fasse pas provoquer, mais où sont les grandes idées qui devraient marquer l’avenir ? Diffamer son adversaire en lui prêtant de mauvaises intentions, en le considérant comme étant débile est le meilleur moyen de jeter un déni sur l’ordre démocratique. Ce n’est pas seulement le guignol qui m’inquiète, bien plus tous ceux qui le portent aux nues. On est loin du débat d’intention. Le milliardaire new-yorkais ne semble pas être en mesure d’agir autrement. Et si il était un malade mental ? Comme on le voit les engrenages de la haine peuvent fonctionner ainsi.

pm

http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/08/29/la-maladie-de-hillary-clinton-intox-persistante-de-la-presse-de-droite-aux-etats-unis_4989547_4832693.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *