Qui est dans l’incapacité complète de former une équipe stable ne peut pas aspirer à la présidence des États-unis. Les responsables de la campagne de Donald Trump se sont fait connaître le moins qu’on puisse dire par des scandales. Le dernier en date concerne Steve Bannon qui en 1996 s’est fait remarquer par des violences conjugales et par des propos antisémites. Cela veut-il dire que le candidat est lui-aussi machiste et raciste ? On ne peut que le croire. Il laisse derrière lui qu’une atmosphère nauséabonde et croit ainsi pouvoir recueillir grâce à la haine une majorité ? Cela fait mal, même si les USA sont assez éloignés. Comment peut-on rester indifférent à ce genre de diatribes ? Je n’ose pas penser à ce qui pourrait se passer si Trump arrivait à la Maison Blanche. Ce serait le chaos le plus complet d’autant plus qu’il change d’avis comme une girouette. Ce qu’il produit lors de la campagne, c’est de la chienlit. La démonstration qu’il est parfaitement incapable de former un gouvernement. Ce n’est pas avec des slogans qu’on mène les affaires !

Si on en croit la presse, son empire vacille. Les dettes s’empilent de plus en plus. Le génial entrepreneur pour lequel il voudrait se laisser passer, est plus que vulnérable. Ce qui est le plus déconcertant, c’est qu’il prend ses concitoyens pour des demeurés. Des individus qui ne vivent que par la vengeance, parce que beaucoup d’entre-eux ont échoué. La jalousie est le principal facteur de leur manque de tolérance. Ils en veulent à tous ceux qui dans leur optique leur volent leur dû. Ce sont les plus faibles évidemment. Ils seraient trop lâches de vouloir s’attaquer à la toute puissance des milieux financiers. Mortifier tous ceux qui ne correspondent pas à leur physique ou à leur manière de penser, c’est ce qu’ils font, encouragé par un triste sire qui croit pouvoir manipuler leur frustration à son avantage. C’est la démonstration évidente d’un cynisme total, qui en fait des larves. Un peu comme la majorité du peuple allemand en 1933. Des laissés pour compte croient en un messie pour les tirer de la morosité dans laquelle ils se trouvent. Ils remarquent très tardivement dans quel imbroglio ils se sont aventurés. Le réveil, comme on le sait, ne pouvait pas être plus brutal. Je ne veux pas assimiler un Donald Trump à un Adolf Hitler, mais sa démarche est identique. En s’attaquant aux minorités il éveille l’agressivité qui mène à la ratonnade, au lynchage et plus. En est-il conscient ? Peut-être que c’est le seul moyen pour lui de cacher son incompétence. Steve Bannon, son directeur de campagne, a mis son épouse d’antan sous pression en lui disant, qu’il la pousserait dans la misère si elle déposait plainte pour coups et blessures. Elle n’est pas apparue au tribunal pour témoigner contre lui. Il est guère croyable qu’un tel personnage puisse se hisser au poste qu’il occupe actuellement. Le site internet qu’il dirige, se complaît dans l’injure, dans la diffamation. Des propos proches de ceux du Stürmer, l’affreux journal satirique des nazis, y trouvent leur place. Trump ne pouvait pas ignorer cela. Dans ce cas il serait vain de le disculper. Il est un adhérent de telles idées et instaurerait probablement un régime de tendance fasciste. Inutile de lui trouver des circonstances atténuantes. Certains Républicains l’ont compris.

pm

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/elections-americaines/20160827.OBS6959/donald-trump-a-encore-un-probleme-avec-son-equipe-de-campagne.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *