Malgré une certaine hésitation, la classe politique anglaise semble être dans sa majorité pour le maintien de Grande-Bretagne dans l’UE. Cela ne veut pas dire grand chose, car ce vote sera dicté par des émotions et la nostalgie d’un temps révolu. Celui où le pays avait l’impression de dominer le monde. Comme le démontre l’Autriche, les relents du passé existent toujours. Dans ce cas-là c’était la monarchie dominatrice des Habsbourg qui régnait sur une bonne partie de l’Europe. Passer d’une grande puissance à une république alpine, cela n’est pas du goût de tout le monde. La poussée de l’extrême-droite résulte aussi de ce malaise. Que cela soit le brexit ou la montée vertigineuse du FPÖ, les électeurs voudraient revenir en arrière. Une tendance dangereuse qui risque de mener l’UE à son déchirement. C’est-là où le pragmatisme est défaillant. Le peuple agit viscéralement au lieu de se poser des questions réalistes sur son état des lieux. C’est la raison pour laquelle il est permis de craindre, que les anglais se déclarent dans leur ensemble pour un départ dans l’inconnu. Les syndicats ont beau dire que dans un tel cas de figure bon nombre d’emplois passeraient à la trappe, il n’est pas dit que cela suffise pour convaincre les récalcitrants à changer d’attitude. L’esprit de clocher est souvent plus fort que la logique. L’idée idyllique qu’il soit aujourd’hui possible de vivre enfermé dans un espace hyper-nationaliste est une illusion. Mais malgré ce constat, les européens se dirigent malheureusement dans une telle direction. Comment l’expliquer psychologiquement ? Lorsqu’il y a un mal-être, il est plus facile de chercher les responsables à l’extérieur au lieu de se remettre en question. Cet état est particulièrement visible au Royaume-Uni qui a galvaudé au cours des années une grande partie de son industrie, et ceci pour se soumettre à la merci de la City.

L’appât de l’argent facile a prédominé au cours de ces dernières années la politique. Peut-être une des raisons fondamentales en ce qui concerne le rejet de l’Euro. Le brexit s’explique en partie par la volonté de vouloir gérer ses propres affaires. Les gens sont-ils si naïfs de croire que leur soumissions aux marchés financiers est un signe d’indépendance ? Ils ne donnent pas l’impression de s’être posé ce genre de questions. Le pays se trouve dans un état de dépendance bien plus fort que celui de Bruxelles. Mais allez expliquer cela à des gens plus ou moins aveugles qui sont dans l’incapacité de juger un tel état des lieux. Le gouvernement n’ira jamais aussi loin de reconnaître ses erreurs dans la matière, car c’est lui qui a poussé le pays dans une telle voie. Il est très inquiétant de constater que cette tendance s’accentuera. À quand le grand crash ? Il arrivera immanquablement et entraînera la fière Albion dans son tourbillon. Il serait temps d’expliquer aux électeurs que de tels risques se trouvent atténués au sein d’une communauté solidaire. Mais comme on se trouve en présence d’apprentis-sorciers, il n’est guère envisageable que le peuple se raisonne. J’aimerais bien me tromper, mais je pense que ce débat est vain et qu’il se prononcera pour le brexit. Plutôt par défi que par raison.

pm

http://www.lemonde.fr/r%C3%A9f%C3%A9rendum-sur-le-brexit/article/2016/05/27/brexit-les-positions-contrastees-des-politiques-britanniques_4927800_4872498.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *