Une ville submergée par les eaux, des gens désemparés, la nature est sortie de ses gonds et démontre quels dommages peuvent être causés par la main de l’homme. Ce que les habitants vivent est à mes yeux la conséquence directe du réchauffement climatique. Donald Trump aura beau traiter de fous, tout ceux pour qui la réduction du CO2 est une condition absolue, les faits devraient le faire réfléchir. En est-il capable ? De vouloir sortir de l’accord de Pairs est un acte irresponsable. Lorsque j’entends ses arguments, cela me met tout simplement en colère. J’ose espérer que le martyre de Houston sera le point de référence pour une prise de conscience des habitants de ce grand pays. Il est temps qu’il y ait une résistance populaire. Je ne vais pas rendre responsable Trump de ce qui se passe au Texas, mais bien plus son populisme dans ce domaine. De vouloir faire gober aux Américains que les mesures qui devraient être prises pour enrayer ce processus dévastateur. Je ne sais pas ce que ressentent les habitants de Houston, mais à leur place je me sentirais abandonné. Les bons vœux que le président à twitter de Camp David, seraient à mes yeux plutôt de la provocation. Le grand patriote qu’il croit être, devrait être sur place au lieu de jouer au golf. C’est dans de telles situations qu’il est possible de percevoir vraiment qui on a placé à la tête de l’État. Ce qui se passe dans cette ville, un haut lieu de la technologie, démontre une fois de plus le manque de préparation en cas « d’alerte ouragan ». D’après les experts, comme à la Nouvelle Orléans il y a quelques années, l’infrastructure ne semble pas être adaptée aux coups de boutoir de la nature. Weiterlesen…

Donald Trump se regarde dans le miroir et dit à sa femme, « Mon chéri, je suis Dieu le père ! ». Satisfait il réajuste son nœud de cravate avant d’envoyer un tweed, Je ne peux que supposer ce qu’il va écrire : « Njet à l’accord de Paris sur le climat ! », Il ne va pas prendre sa chaussure pour taper sur la table comme l’avait fait Nikita Khrouchtchev à l’ONU, pour la bonne raison que Dieu ne porte pas de souliers. Basta ! Mesdames et Messieurs les chef d’États, il sait ce qu’il dit. L’écologie et l’envoi dans les airs du CO2, c’est du pipeau. Comme Donald emploie toujours des mots choisis, il ne dira pas que c’est de la couille de bouc ! Que la Chine, le Canada et l’UE rejettent ses bonnes paroles, est un sacrilège, des propos lès-majesté. Et tout cela pour continuer à brûler du charbon dans les centrales électriques. Mon petit-fils dirait : « Ton bon Dieu est complètement ringard, d’autant plus que la houille est une denrée de plus en plus rare. » Et l’avenir ? Il s’en fiche royalement, pourvu qu’on l’adule. Un homme qui veut baisser les subventions accordées à la recherche ne peut avoir qu’un cerveau de moineau et ceci, même s’il est Dieu ! Au lieu de saisir la chance que lui accorderait une réduction massive de l’effet de serre, il s’enferre dans des reliques du passé. L’Amérique aurait le potentiel intellectuel nécessaire de relever le défi en cherchant à développer des énergies renouvelables. Ce sera un marché énorme qui procurera beaucoup d’emplois. La Chine l’a bien compris. Ce n’est pas sans raison qu’elle exerce un leadership en ce qui concerne les panneaux solaires. Mais comme Dieu le père est têtu, il ne veut pas entendre raison, même si Ivanka, sa chère fille et son mari, sont d’un autre avis que lui. Il n’a certes pas encore donné son dernier mot, mais d’après ce qu’il fait entendre de lui, il n’hésitera probablement pas à se prononcer pour le massacre de la nature. Weiterlesen…

Barak Obama veut aller plus loin en ce qui concerne la réduction de l’oxyde de carbone. D’ici 2030 elle devrait être de 32%. Lorsqu’on sait que 37% de l’électricité est produit par des centrales fonctionnant au charbon, il est aisé de s’imaginer à quelle résistance le président est soumis. Des États vivant en partie grâce à cette matière première ont annoncé leur intention de déclarer la guerre. Ils sont soutenus par les Républicains et par une industrie n’ayant que pour but le profit. Ce qui se passe ici est une vue à court terme. Il est étrange que ce pays qui est soumis périodiquement à des catastrophes naturelles causées pas le réchauffement du climat, résiste à ce point à une initiative de première nécessité. Un aveuglement insensé lorsqu’on additionne les effets négatifs occasionnés par exemple par les tornades ou les raz-de-marée comme à la Nouvelle Orléans. Une ville a été dévastée, mais cela n’a pas déclenché une réflexion générale. On préfère plonger sa tête dans le sable et ignorer ce qui devrait être évident. Je salue donc l’initiative présidentielle, tout en étant conscient qu’avec un congrès à majorité républicaine il ne pourra guère mettre en pratique ses intentions. Mais pour ne pas perdre la face, il devait aller dans cette direction. Une initiative devant nous inciter à faire de même, de dépasser les limites fixées. Ce serait un défi industriel de taille que de fabriquer de nouveaux produits dévorant moins d’énergie. Cela se fait déjà dans bien des cas, mais il faudrait faire encore plus d’efforts. Il y a de l’argent à gagner. Weiterlesen…