Une ville submergée par les eaux, des gens désemparés, la nature est sortie de ses gonds et démontre quels dommages peuvent être causés par la main de l’homme. Ce que les habitants vivent est à mes yeux la conséquence directe du réchauffement climatique. Donald Trump aura beau traiter de fous, tout ceux pour qui la réduction du CO2 est une condition absolue, les faits devraient le faire réfléchir. En est-il capable ? De vouloir sortir de l’accord de Pairs est un acte irresponsable. Lorsque j’entends ses arguments, cela me met tout simplement en colère. J’ose espérer que le martyre de Houston sera le point de référence pour une prise de conscience des habitants de ce grand pays. Il est temps qu’il y ait une résistance populaire. Je ne vais pas rendre responsable Trump de ce qui se passe au Texas, mais bien plus son populisme dans ce domaine. De vouloir faire gober aux Américains que les mesures qui devraient être prises pour enrayer ce processus dévastateur. Je ne sais pas ce que ressentent les habitants de Houston, mais à leur place je me sentirais abandonné. Les bons vœux que le président à twitter de Camp David, seraient à mes yeux plutôt de la provocation. Le grand patriote qu’il croit être, devrait être sur place au lieu de jouer au golf. C’est dans de telles situations qu’il est possible de percevoir vraiment qui on a placé à la tête de l’État. Ce qui se passe dans cette ville, un haut lieu de la technologie, démontre une fois de plus le manque de préparation en cas « d’alerte ouragan ». D’après les experts, comme à la Nouvelle Orléans il y a quelques années, l’infrastructure ne semble pas être adaptée aux coups de boutoir de la nature.

D’après ce que j’ai pu comprendre, on assiste ici à un raz-de-marée venant du Golf du Mexique. Mais il est certain que toutes les mesures préventives seront obsolètes s’il ne se passe rien au niveau international, concernant la défense du climat. Si j’étais Américain je serais terriblement angoissé. Mais cela ne servirait à rien de combattre la peur sans vouloir modifier son style de vie. Il suffirait déjà que le gaspillage soit combattu aux niveau des familles. Ce sont des mesures qui n’entravent pas la qualité de la vie, au contraire, Mieux isoler les maisons, réduire les emballages, revenir à la consommation de proximité et j’en passe, seraient des mesures à prendre immédiatement. Mais elles ne correspondent pas aux mentalités, qui croient que la quantité est un gage de prospérité et ceci au détriment de la qualité. Le populiste Trump le sait parfaitement et joue sur ce réflexe pour faire de la politique. Je pense qu’une prise de conscience aux USA pourrait être un grand vecteur de prospérité. Ce pays qui a démontré que l’innovation était la colonne vertébrale de son avenir, va-t-il sombrer dans l’immobilisme de peur de perdre des acquis ? Je ne sais pas combien de Houston devront encore avoir lieu pour faire entendre raison à la politique, mais je ne peux pas m’imaginer que ce qui se passe au Texas laisse insensible les citoyens américains. Ils devraient faire sentir leur désarroi à la Maison Blanche réfuter les arguments du président. Réveillez-vous, arrêtez au plus vite cette comédie macabre. Il n’est jamais trop tard pour réagir.

pm

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/08/27/houston-submergee-par-les-pluies-de-harvey_5177251_3222.html

Pierre Mathias

Schreib einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *