Donald Trump ne s’attendait pas à être pris sur le fait dans cette partie de poker-menteur, qu’il est par la force des choses obligé de mener en ce qui concerne l’affaire ukrainienne. Je ne comprends pas qu’il ait pu soumettre le président Wolodymyr Selenskyj à un tel chantage. « Je te refile 400 millions de dollars pour la défense de ton pays. En contrepartie tu me passes des renseignements au sujet du fils de Joe Biden. Et le vieux ? Tu peux aussi l’écorcher au passage ! » Le jeune chef d’État ne serait reçu à la Maison Blanche que s’il remplissait de telles conditions ! Un état d’esprit d’un potentat d’une république bananière. Hier eut lieu au congrès l’audition de l’ambassadeur des USA auprès des institutions européennes, Gordon Sondland, un proche du président, même si ce dernier le dément. Milliardaire dans le domaine de l’hôtellerie, il avait soutenu la campagne de Donald Trump en faisant un don d’un million de dollars. En contrepartie il devint ambassadeur, ceci même si la diplomatie était pour lui aussi étrangère que les mathématiques pour un âne… Passons !

À la Maison Blanche on s’attendit que ce dernier blanchirait Trump. C’était ce qu’il avait eu l’intention de faire, mais lorsqu’il apprit qu’il pouvait dans un tel cas passer un certain temps à l’ombre, il se rétracta. Il était un témoin important, car il avait été présent lors de la conversation téléphonique entre le président et Wolodymyr Selenskyj. Il confirma ce qui s’était passé. Ce qui pour certains était une chasse aux sorcières, se relève devenir un coup de boomerang pour le pouvoir. La preuve que le locataire de la Maison Blanche n’a aucun scrupule d’agir comme un mafieux. Il suit dans ses pensées l’action de Richard Nixon lors de l’affaire Watergate en 1974, où il avait essayé de jeter le discrédit sur le parti démocrate. Lorsque ses hommes furent pris sur le fait lors du cambriolage d’une antenne de ses adversaires, il en fut de lui. Afin de ne pas subir les mesures d’un impeachment, il démissionna. Je ne comprends pas que Donald Trump n’en ai pas pris de la graine. Comment de fait-il que Rudy Giuliani, l’ancien maire de New-York, aujourd’hui l’avocat personnel du président, l’ai fait tomber dans ce piège ? J’aurais attendu de lui plus de lucidité. Comme on le sait le juriste exerce sur lui une grande influence, est son homme de l’ombre. Il est question d’une politique étrangère parallèle employant la méthode forte, comme celle appliquée dans ce cas-là. « Le président Trump ne m’a jamais dit directement que l’aide était conditionnée » Mais « c’était clair pour tout le monde qu’il y avait un lien », a dit Gordon Sondland. Lui qui avait été considéré comme un témoin à décharge, devint une grande menace pour le pouvoir. Et pourtant Donald Trump a dit de lui « J’adorerais que l’ambassadeur – un homme vraiment bien et un grand américain – témoigne ». C’est ce qu’il a fait. Il n’y aura pas d’impeachment tel mon avis. Dans la situation actuelle je vois mal passer 20 sénateurs d’un bord à l’autre. Mais tel ou tel électeur se posera éventuellement la question s’il est vraiment opportun d’apporter sa confiance à un homme qui a la mentalité d’un parrain ? Mais je crains qu’une majorité soutiendra encore ce président félon. De quoi dire merde !

pm

https://www.nouvelobs.com/l-amerique-selon-trump/20191120.OBS21355/un-ambassadeur-proche-de-trump-assure-avoir-suivi-ses-ordres-dans-le-dossier-ukrainien.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.