Le 1er septembre sera-t-il une date butoir en ce qui concerne l’Allemagne ? Le retour en force des émules d’Adolf Hitler ? Probablement pas, mais il est à prévoir que l’extrême-droite prenne aujourd’hui un sérieux coup de vitamine dans le cadre des élections régionales dans le Brandebourg et en Saxe. Le hasard veut que je sois aujourd’hui à Potsdam, l’occasion éventuellement pour moi de jauger l’ambiance. Il est malheureusement à prévoir que l’AfD soit en tête de course dans ces nouveaux länder. Une situation qui me met hors de moi. Comme je l’ai déjà écrit dans le passé, il y a eu de graves erreurs de faites lors de la réunification, mais force est de reconnaître que l’ex-RDA se trouve aujourd’hui dans une situation incomparable à celle qu’elle a été au cours « des années bétons ». Il est indéniable que les citoyens jouissent d’une liberté qu’ils n’avaient jamais eu depuis 1933, à l’avènement du nazisme. Ils ont vécu en dictature pendant 56 ans ! Et maintenant ils plébiscitent un parti qui voudrait les renvoyer à la case de départ ! Lorsque je vois cela je me pose la question, si 1989 n’a pas été un grand échec ? S’il n’aurait pas été mieux d’avoir deux États sur le territoire allemand ! Il y a une grande colère en moi de voir à quel point les gens sont bêtes! De suivre comme des moutons ceux qui leurs promettent monts et merveilles, qui par leurs coups de gueules racistes, leurs font croire qu’ils sont les fers de lance du nationalisme germanique, que c’est à eux de mettre un terme à l’esprit de tolérance, pour anéantir tous parasites. Évidement tous les sous-hommes bronzés, qui n’ont qu’a allé se faire voir ailleurs !

Et puis le soutient apporté à tous ces guignols vêtus mentalement d’une chemise brune. L’apologie d’une époque « où l’ordre régnait ! » Ils auront le vent en poupe, mais il est à prévoir qu’ils ne pourront pas s’emparer du pouvoir, tout au moins ce soir. Mais néanmoins ils obtiendront une place qu’ils n’auraient jamais dû avoir. Qu’a-t-il pu se passer pour qu’on en arrive là ? On a souvent traité les Allemands de chiens couchés, ce que j’ai toujours condamné. Pour moi une injure faite au pays des philosophes, des grands penseurs qui n’auraient jamais pu écrire des textes ayant marqué le monde entier, s’ils avaient été muselés. Mais il y a dans ce pays beaucoup de timorés, qui craignent être menacés. Et lorsqu’ils se sentent insécurisés, ils s’en remettent à ceux qui préconisent la force. Je ne sais pas comment je réagirai en fin d’après-midi à Potsdam, le siège du gouvernement brandebourgeois. Aurai-je envie de ruer dans les brancards, interpeller les passants, leurs reprocher leur veulerie, celle de poignarder la démocratie allemande ? Celle de cracher sur tous ceux qui ont contribué à les rendre libre ? Non, je ne le ferai pas, car deux tiers de la population ne suivront pas ces bergers pervertis par l’esprit totalitaire. Sous cet aspect là, les élections de ce jour joueront un rôle de fanal. Mais pour les partis démocratiques cela devrait servir de leçon. Il faudra se poser la question, pourquoi on en est là ? Il y a certes encore le problème migratoire, mais la lame de fond ne réside à mon avis pas seulement là. Je crois plutôt que les habitants de l’ex-RDA ne se sont jamais sentis vraiment intégrés. C’est là que le bât-blesse à mon humble avis !

pm

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/30/dans-l-est-de-l-allemagne-l-afd-en-embuscade_5504476_3210.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.