Le Parti Travailliste en Grande Bretagne, essayera de faire passer une motion à la Chambre des communes préconisant que le pays reste dans l’union douanière avec l’UE. Il est probable qu’il recueillera pas la majorité. Dans ce cas-là le Labour s’engagera afin qu’il y ait un second référendum. Ce sera alors au peuple de trancher. Le but est d’empêcher Theresa May de jouer sur le temps, d’essayer de faire passer un accord modifié du Brexit à « l’usure ». Il est pour l’instant utopique que les pays-membres de l’Union Européenne soit d’accord de modifier quoi que ce soit au traité de divorce. Il est bon que les Travaillistes aient enfin compris, que leur oui-mais au Brexit n’avait aucune chance de trouver une majorité au sein de la population. Jeremy Corbyn partait jusqu’alors du principe que les résultats du référendum ayant été aussi plébiscité par un nombre important de camarades, il ne pouvait pas le remettre en question. Mais vu que le pays se trouve dans l’impasse, il se devait de modifier son attitude, en partant du principe que la sauvegarde des emplois a la priorité absolue. Un Brexit dur mettrait l’économie dans un état d’urgence qui générerait la perte de très nombreux emplois. En surplus à tous ces malheurs confirmeraient l’incapacité d’un gouvernement, quel que soit sa couleur, d’atténuer socialement les effets du chômage, n’ayant pas les revenus de garantir l’équilibre social. Le tout pourrait devenir parfaitement sinistre, car aucune solution d’urgence peut être menée à bien. Pour le Labor la couverture sociale doit avoir la priorité absolue. C’est ainsi qu’on peut comprendre le revirement politique qui vient d’avoir lieu, bien tard à mon humble avis. Je pense que la situation tragique, où se trouve la nation, demande des mesures fortes et que ces dernières devraient être approuvées ou rejetées par le peuple. Il est à mes yeux inconcevable que le gouvernement ne se remette pas en question, dans l’état des lieux présent.

La raison pour laquelle j’approuve ce premier pas en direction de la raison. Mais cela ne suffira pas. Il faut que Labor élabore au cas, où il réussisse à rendre possible le chemin vers les urnes, un programme de société qui irait bien plus loin que ses visées actuelles. Il faudrait en premier lieu remettre en question la suprématie des broker de la City, d’en appeler à leurs responsabilités et le cas échéant, de leur faire le procès s’ils ont nuit au pays en faisant tout pour démanteler l’outil industriel. De même au politiciens qui ont menti au peuple, en leur faisant miroiter un avis meilleur. Je ne suis pas partisan de grandes purges, mais dans cette situation il faudra, qu’on le veuille ou non faire le ménage. Il ne sera pas possible de continuer comme jusqu’à présent en fermant les yeux et en cautionnant tout au nom de la démocratie. Le Brexit remet en question le système tout entier. Il démontre que ce dernier ne fonctionne pas en cas de crise. Le spectacle que nous offre en ce moment la politique anglaise serait digne d’un vaudeville, si la situations des citoyens n’était pas aussi tragique. Le Labor est aussi arrivé au pied du mur, s’il ne réforme pas d’une manière absolue, il passera à la trappe. Mais une chose m’étonne la léthargie du peuple. Il aurait plus de raisons de revêtir des gilets jaunes et aller exprimer son désarroi dans la rue. Il ne le fait pas… Le blues !

pm

https://www.nouvelobs.com/brexit/20190225.OBS0803/brexit-le-parti-travailliste-soutiendra-un-second-referendum.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.