Emmanuel Macron a prononcé un vibrant discours au Bundestag à Berlin hier après-midi. Il a plaidé pour plus d’Europe, pour lui la seule solution pour nous et pour les citoyens de demain de garantir la paix. En parlant des relations franco-allemandes, il a parlé d’amour, une amitié qui a pour lui un aspect affectif. Jamais un chef d’État est allé aussi loin dans un discours, qui a eu avant tout pour but de consolider les rapports entre les deux pays. D’après les commentateurs, ce discours a été remarquable, car contrairement à la retenue habituelle en diplomatie, il n’a pas hésité de dire aux parlementaires et avant tout à la Chancelière, qu’il fallait avoir le courage d’aller au-delà des conventions. Pourvu que le personnel politique allemand en prenne de la graine ! Angela Merkel aurait l’occasion de saisir la main que lui tend Emmanuel Macron et de se dépasser elle-même, d’œuvrer pour sa place dans l’histoire. J’ose espérer qu’elle se départisse de sa réserve, qui dans ce cas bien précis est un obstacle. Après le samedi, où les Gilets Jaunes ont barré les routes un peu partout dans l’hexagone, les évènements de hier ont été une bouffée d’oxygène. Mais un journaliste n’a pas hésité de faire le rapprochement entre le voyage de Charles de Gaulle à Baden-Baden, lors des évènements du mois de mai 68 et sa rencontre avec le général Massu. Il a fait la remarque, que le président avait dû quitter le pouvoir une année plus tard. Un oracle fatal en ce qui concerne Macron. Une fois de plus ce dernier a fait la preuve qu’il était incontournable en ce qui concerne notre avenir. Il sera obligé de redresser la barre en France, après la mobilisation d’une frange importante de la population, qui appelle de tous ses vœux son départ. Il serait temps qu’il fasse aussi une déclaration d’amour envers ses compatriotes, qu’il leur explique qu’une France forte à un avenir, mais qu’il faut faire de gros sacrifices pour y arriver.

Mais sans faits concrets il n’arrivera pas à calmer la grogne, qui est profonde. Il ne suffira pas d’amadouer le peuple avec de belles paroles, comme au Bundestag. Je pars du principe, que sa timidité est un obstacle lorsqu’il s’adresse à des personnes vivant parfois dans la précarité. Il est trop intelligent pour ne pas sentir la colère qu’on lui témoigne. Comme elle est souvent aveugle, il faut qu’il trouve le moyen de toucher les cœurs, une mission presque impossible. Il ne veut pas non plus céder aux revendications et faire marche-arrière, car cela serait un signe de faiblesse. Il veut être comme un roc dans une mer déchaînée. Il en va aussi de sa crédibilité sur la scène internationale. Je comprends absolument ses réticences, mais il est forcé de changer d’attitude en ce qui concerne le peuple. Je ne crois pas que la recette que nous a transmis Machiavel soit aujourd’hui compatible avec notre mentalité. Celle de dire que le Prince préfère être craint que d’être aimé. En démocratie cela ne colle plus, bien que le fonds de sa pensée ne soit pas erroné. Il faudra qu’Emmanuel Macron fasse un premier pas envers tous ceux qui ne peuvent plus dormir, car ils ont trop de soucis, qu’il leur tende la main, comme il l’a fait hier pour le peuple allemand. Je ne peux qu’espérer que l’amour puisse faire des miracles. Il n’est jamais trop tard de faire l’impossible.

pm

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/11/18/macron-souhaite-une-relance-de-l-europe-pour-eviter-un-chaos-mondial_5385199_3214.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.