Un nombre élevé de femmes s’est inscrit pour les élections du 6 novembre aux États-Unis. La plupart d’entre elles ont l’intention de voter contre les Républicains qui continuent de soutenir Donald Trump. Ce dernier n’arrête pas d’injurier les femmes, de leur porter ombrage. Il n’a pas hésité à blesser la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, qui est à la tête de toutes celles qui n’acceptent de telles discriminations. Le président a aussi déversé tout son fiel sur Stormy Daniels, une actrice-porno, en la traitant de face de cheval. Il serait possible d’allonger la liste de ces méfaits qui ne sont pas dignes d’un chef d’État, qui par son comportement met toute une nation dans le discrédit. Je ne comprends pas son attitude. Où veut-il en venir ? Impressionner les machos comme lui, par ses invectives ? Je ne peux que souhaiter que cela soit un jour la cause de son échec. Cela démontre qu’il est un diviseur et non rassembleur, comme cela devrait être le cas pour un président d’une telle nation. Il a causé un mal irréparable. Il a scindé la société en deux groupes, qui se haïssent de plus en plus. 257 femmes ont décroché une investiture pour le congrès, un nombre record. Ce qui me surprend le plus, c’est l’attitude des Républicaines, qui contre vents et marée le portent aux nues. Est-ce de l’aveuglement ? Ou tout simplement de la bêtise ? Il est temps que les femmes ne s’assouvissent plus, quelles défendent leur identité. L’appel aux urnes peut leur donner cette possibilité, mais le feront-elles ?

L’élection d’un Jair Bolsonaro, un frère de combat de Monsieur Trump, n’a pas non plus hésité de salir l’honneur des Brésiliennes. Cela ne l’a pas empêche d’avoir été plébiscité par plus de 56 % des ses concitoyens et concitoyennes. Qu’elle est l’explication d’une telle attitude ? Faut-il avoir de beaux muscles, un corps d’athlète pour s’attirer la grâce des électrices ? Avoir le cerveau d’un moineau ? Si on en était là, tout le mouvement Me Too n’aurait plus en aucun sens. Peut-être que Donald est le symbole de la sexualité en ce qui concerne les soumises ? Lorsque la presse prétend que le pénis du président est de toute petite taille, cela est d’un niveau plus que contestable. Comme si l’action d’un chef d’État se résumait à cela. L’intéressé a lui-même livré les éléments nécessaires afin qu’on le mette dans le lot de ceux qui « voudraient bien », mais qui n’ont pas les moyens d’être de ceux dont il souhaiterait faire partie. Je comprends parfaitement que les féministes le mettent au pilori. Il est pas concevable qu’ un gentleman comme Barak Obama, ait été mis à un tel niveau. De vouloir considérer les femmes comme des êtres inférieurs est aussi grave que le racisme. C’est une perversion de l’esprit que de pratiquer une telle politique. Un pays, où la liberté individuelle devrait primer sur tout, est souillé par la boue nauséabonde que répand Donald Trump. Cela devrait provoquer le réveil, peut-être tardif mais si nécessaire. Mais c’est aussi la preuve qu’il est un ringard, un homme du passé ! Cela ne correspond en aucun cas au dynamisme technologique des USA. Peut-être un épisode de l’histoire, mais il est connu que le populisme est misogyne, discriminatoire. Faire de la politique sur le dos des femmes n’est guère reluisant !

pm

https://www.lemonde.fr/elections-americaines-mi-mandat-2018/article/2018/10/30/dans-l-amerique-de-trump-un-record-de-femmes-se-presentent-aux-elections-de-mi-mandat_5376694_5353298.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.