La gauche allemande n’est pas à l’abri de la xénophobie. Vendredi soir je suis allé avec ma fille à une réunion de sa section du SPD à Berlin. J’ai eu l’impression d’avoir été parachuté dans un meeting de l’AfD en écoutant le point de vue de certains camarades, dont les propos étaient identiques à ceux de l’extrême-droite. Heureusement que la majorité des participants les ont réfutés et décrit comme étant non-conforme avec la philosophie du parti, un parti qui a été discriminé par les nazis et contraint à l’exile en 1933. Bien des membres sont morts dans les camps de concentration. Je vous décris cet incident pour vous démontrer que la gauche est aussi atteinte du virus ségrégationniste. Ces derniers jours Sahra Wagenknecht, une des leaders de « Die Linke », « la France insoumise » d’outre-Rhin, a créé un mouvement qui porte le nom « Aufstehen », « Debout ». L’égérie de l’extrême-gauche allemande, la femme d’Oskar Lafontaine, une belle femme à moitié originaire de l’Iran, préconise une politique migratoire, qui a un relent provenant de l’AfD, quoique qu’elle en dise. Elle prétend sans détour qu’il faut rendre les frontières plus imperméables, qu’il s’agit de renvoyer dans leurs pays respectifs tous ceux qui pour des raisons de survie économique cherche leur salut en Allemagne.

Même si elle se dit favorable à une politique d’accueil pour tous ceux qui sont victimes dans leurs pays de la terreur, je trouve une telle vue des choses inacceptable et je ne suis pas le seul. Une majorité de « Die Linke » ainsi que le SPD, les Verts et d’autres formations s’opposent à elle. Je trouve positif que les adeptes de Jean-Luc Mélenchon se soient emparés de cette question, qui pour eux n’est pas un fait divers. Comme en Allemagne, un grand nombre de ceux qui soutiennent activement ou qui votent Le Pen et compagnie sont issus de la gauche. Des prolétaires ayant peur que « les sales étrangers » puissent leur ravir leurs emplois et leurs femmes. Je trouve d’autant plus déplorable qu’une intellectuelle de haut niveau comme Sahra Wagenknecht puisse devenir à ce point opportuniste afin de récupérer des voix de l’AfD, ce qu’elle nie farouchement. Sans vouloir sombrer dans des rêves irréalisables – il est évident que l’Europe ne peut pas accueillir tous les malheureux de la planète – je trouve ses propos insupportables. N’oublions pas qu’en Suède les électeurs se rendront aux urnes aujourd’hui à partir de 8 heures. Il est à prévoir que le parti d’extrême-droite, les Démocrates de Suède, le Sverigedemokraterna, SD, une formation issue des cercles néonazis remportera un grand succès grâce à sa politique intolérante vis-à-vis des migrants. Ceci dans un pays qui a toujours eu une grande tradition de gauche, qui a été à la pointe de l’humanisme. Il est évident que Sahra Wagenknecht veut arrêter une telle hémorragie. Une attitude opportunisme qui me fait croire qu’il lui en va que du pouvoir. Cela est probablement la même démarche que le Sverigedemokraterna, celle de faire appel à la peur, à la xénophobie pour glaner des voix. Sahra Wagenknecht, que je considérais comme un espoir pour la gauche européenne toute entière, me déçoit terriblement. Si c’est cela la gauche, je pense que je lui tournerais le dos !

pm

https://www.nouvelobs.com/politique/20180906.OBS1911/clementine-autain-je-ne-suis-pas-convaincue-par-l-approche-de-sahra-wagenknecht.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.