Le nouveau slogan du parti porte à confusion. Je ne sais pas trop ce que ses auteurs veulent dire. De quelle France parlent-ils ? De celle du Général de Gaulle ? Ou de celle de Philippe Pétain, aussi paradoxal que cela puisse paraître ? Une France qui ne bouge pas, qui reste figée dans une idéologie surannée, qui ne rime à rien. Cela correspond bien à une formation qui ne sait plus à quel saint se vouer. Du ni,ni à n’en plus en finir. Non, il n’est pas question de ressembler au FN d’antan, qui se nomme maintenant « Rassemblement national », ni aux soi-disant opportunistes de la France en marche, qui pour beaucoup d’opposants font du sur place ! Aussi tôt le matin se casser ainsi les méninges, est un exercice pénible. J’ai de la peine à garder mes yeux ouverts. « Que diable, il faudra bien qu’il me vienne quelque chose à l’esprit ! » Si la philosophie d’un parti ressemble à une usine à gaz, c’est peut-être un signe du temps, mais il n’y a pas de quoi crier victoire. Parfois j’ai l’impression que la politique est atteinte d’anémie, qu’il lui faudrait une cure de vitamines. D’accord, mais cela sert à quoi, lorsque on part du vide pour en fin de compte, ne faire que du vide ? C’est vide de sens ! La droite dite modérée, si elle ne se ressaisit pas, passera aux oubliettes. À quoi bon voter pour un parti, qui n’existe plus ? Je trouve cet appel du pied, aux collègues de l’extrême-droite un cri de désespoir. Pour que la France reste la France, il ne faudrait pas qu’elle reste, ce qu’elle est actuellement ! Hourra, je crois que je suis entrain d’évoluer dans le bon sens !

Mais que faire si les patrons du parti républicain n’ont plus d’imagination, ce qui semble être le cas ! Il ne sera dans de telles conditions pas possible de faire sortir d’un chapeau-clac le lapin de service. Les Républicains se trouvent, comme c’est le cas des socialistes, le cul entre deux chaises. Il me paraît très difficile de se redéfinir aujourd’hui, à une époque, où la clarté est indispensable si on veut pratiquer le sauve-qui-peut. Je pense que les conservateurs feraient bien de se remettre complètement question. Qui n’aime pas la France de Giverny, celle des impressionnistes ? Les magiciens du temps présents. Un déjeuné sur l’herbe en bonne compagnie. La joie de vie loin de l’agitation de Paris. Bien sûr j’y aspire, comme beaucoup de personnes autour de moi, mais ce n’est pas un programme d’un parti politique. Vouloir prôner la paix sans pouvoir la formuler d’une manière offensive, n’est pas possible. Les Républicains représentent bien une France, se trouvant d’après eux, dans le désarroi. Mais un tel constat ne fera pas bouger les foules, d’autant plus que ses adeptes ont mené les affaires de la France pendant des décennies. Tout cela pour dire, qu’on ne peut pas voter pour le vide. Que pourrait être un programme conservateur aujourd’hui ? Je pense que « La France en marche ! » a donné la recette, que soit à droite ou à gauche, celle de faire une synthèse entre la tradition et le progrès. C’est la recette qu’a élaboré Emmanuel Macron. Elle correspond à notre époque, où chacun se cherche. Des questions fondamentales, desquelles on attend une réponse claire. Je crois qu’il serait temps de s’accorder une trêve. Le parti Républicain devrait retirer son slogan et chercher à définir qui il est. Un jeu de colin-maillard ! Pour que la France ne s’endorme pas …

pm

https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/06/07/pour-que-la-france-reste-la-france-le-slogan-des-republicains-critique-meme-a-droite_5311389_823448.html

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.